78 freelances IT, SI et WEB connectés     4 547 missions
se connecter | s'inscrire
Tous les Forums Par ou commencer ?




+ 40 ans et toujours dans la technique


+ 40 ans et toujours dans la technique

  
1 2  suiv
20/12/15 à 21:11
Invité
bonjour,
tous est dans le titre, c'est grave ou pas, j'ai eu très peu d'expérience de management, à votre avis qu'est ce qu'il faut faire, trouver une mission de chef de projet asap, ou rester dans la technique et de se faire détruit par les jeunes tôt ou tard.

Merci

   
20/12/15 à 21:28
mixomatose
Membre
avatar
Grand Maître
Inscrit le 12 Fév 2008
Messages: 6037
non, ce n'est pas grave, je dirai même au contraire, à condition d'évoluer et de rester meilleur que les petits jeunes.
Ou de te spécialiser dans une technique exotique sur laquelle il y a de la demande mais peu de compétition.


_________________
calculette de charges sociales TNS indépendant en ligne, comparateur simulateur Autoentrepreneur EI EURL
http://www.entrepriseindividuelle.info/Calc_CharSoc.php
Voir le profil de l'utilisateur    
20/12/15 à 21:58
Pragmateek
Freelance
impliqué
Inscrit le 10 Déc 2014
Messages: 747
Bonjour,

je plussoie mixomatose.

La question n'est pas tant pourquoi tu restes technique mais pourquoi d'autres ne le restent pas.

Et là le plus souvent c'est tout simplement l'incapacité à le rester pour une belle raison exogène : la famille. Smile
Quand il faut arbitrer entre se maintenir intellectuellement et s'occuper de sa petite famille tous les gens que je connais ont vite choisi et pour la petite anecdote quand j'ai demandé des news d'un projet technique à un jeune papa il m'a gentiment répondu : "tu sais j'ai des choses plus importantes à gérer maintenant".

Les deux seuls pères de famille nombreuse (4/5 enfants) toujours techniques que je connais ont un secret en commun : une femme au foyer (pas la même hein ho !). Smile

Et ça va aussi de paire souvent avec l'arrêt du freelancing et l'internalisation chez le client pour plus de sécurité (là encore 1 des deux mentionnés au dessus).

Voir le profil de l'utilisateur    
21/12/15 à 09:18
alex77
Freelance
actif
Inscrit le 04 Mai 2013
Messages: 45
Bonjour,

Je suis aussi d'accord avec Mixomatose.
Dans mon domaine (conception de carte électronique), c'est devenu très difficile de trouver des gens techniques avec plus de 10/15 d'expérience. Or c'est un domaine où l'on devient opérationnel après 5 à 10 ans d'expérience.

Et ceux qui se sont fait licencier à 50 ans ont retrouvés du travail en moins de 3 mois.

Donc, si tu es dans un domaine où l'expérience technique prime et que la compétence devient et deviendra de plus en plus rare, rester technique peut être une bonne stratégie.

Après, rien n'empêche de se faire 1 ou 2 expériences de management, ça permet d'ajouter des cordes à son arc.

L'essentiel est d'être passionner et de rester à un niveau technique ou pédagogique supérieur aux juniors.

Alex

Voir le profil de l'utilisateur    
21/12/15 à 11:14
findus
Freelance
Grand Maître
Inscrit le 10 Avr 2007
Messages: 3010
Bonjour,

Non c'est pas grave, on a besoin de gens expérimentés en DEV pour faire avancer des projets Laughing

Voir le profil de l'utilisateur    
22/12/15 à 16:25
Olap_2011
Freelance
actif
Inscrit le 28 Déc 2010
Messages: 58
Bonjour,
C'est grave si tu développes avec un langage que les juniors (2 à 3 ans d'exp) maitrise parfaitement (type Java ) car à +40 ans tu voudras un bon TJM (c'est normal) mais un junior pourra faire le même taf à 380 ou 400€/jour Sad
la solution ? c'est se spécialiser Razz

Voir le profil de l'utilisateur    
22/12/15 à 17:05
gch06
Freelance
très actif
Inscrit le 29 Déc 2008
Messages: 144
Personnellement le problème auquel je suis confronté est d'avoir un profil technique digital/web à plus de 40 ans ET d'être freelance en même temps (même si je fais souvent indirectement de la gestion de projet "technique" ou du lead en conduisant des équipes de développement constituées de profils Junior).

Je me retrouve de plus en plus souvent (quasiment tout le temps maintenant) dans des situations ubuesques lors d'entretiens avec un interlocuteur/interviewer client plus jeune que moi et qui dispose par essence de moins d'expérience/vécu que moi dans le domaine (ou qui bien au chaud chez le client final ne va pas forcément faire le même effort qu'un freelance pour se tenir à jour des évolutions techniques).

Le hic est que,si l'entretien se passe bien, cet interlocuteur va devenir mon futur supérieur hiérarchique alors que je sais au fond de moi que ça devrait être le contraire.

Je ne sais pas si c'est l'âge (en vieillissant on devient probablement plus exigeant/pénible) ou si c'est l'égo qui parle mais j'ai de plus en plus de mal à accepter ce genre de situation.

La seule chose qui me pousse à continuer en indépendant pour le coup est uniquement l'aspect financier (je ne mettrais pas en avant la latitude dans le choix des missions car avec le marché actuel dans ma région c'est 95% d'offres à 300 EUR la journée pour faire du dev).

Alors que c'était une idée inconcevable pour moi il y a 2/3 ans, pour la première fois depuis que j'exerce en freelance (16 ans), je me pose la question de chercher en parallèle des opportunités en management/direction technique, mais ces postes ne sont accessibles qu'en CDI ....

Voir le profil de l'utilisateur    
23/12/15 à 09:02
michel95
Freelance
impliqué
Inscrit le 14 Juil 2010
Messages: 429
Bonjour,
gch06 a écrit:
Je me retrouve de plus en plus souvent (quasiment tout le temps maintenant) dans des situations ubuesques lors d'entretiens avec un interlocuteur/interviewer client plus jeune que moi et qui dispose par essence de moins d'expérience/vécu que moi dans le domaine (ou qui bien au chaud chez le client final ne va pas forcément faire le même effort qu'un freelance pour se tenir à jour des évolutions techniques).
Le hic est que,si l'entretien se passe bien, cet interlocuteur va devenir mon futur supérieur hiérarchique alors que je sais au fond de moi que ça devrait être le contraire.
Je ne sais pas si c'est l'âge (en vieillissant on devient probablement plus exigeant/pénible) ou si c'est l'égo qui parle mais j'ai de plus en plus de mal à accepter ce genre de situation.

Si un « profil technique digital/web » propose une prestation destinée à améliorer la gestion d'une PME, le dirigeant de cette dernière aura tendance à déléguer l'approche du consultant à ses équipes techniques même si la technicité apparait exceptionnelle à nos yeux.
Si le même profil propose une prestation destinée à augmenter le chiffre d'affaires ou la rentabilité de l'entreprise, le dirigeant de cette dernière aura tendance à s'intéresser personnellement au consultant.

Tout ceci pour faire remarquer qu'un consultant ne présente pas le même intérêt selon la finalité de sa mission et qu'il est préférable de viser le second objectif. En effet, dès que l'on touche aux aspects financiers d'une entreprise c'est beaucoup plus concret pour un chef d'entreprise que de « simples » développements techniques.

C'est pourquoi je pense qu'il est parfois nécessaire de réorienter ses prestations vers la demande du marché ce que beaucoup d'indépendants ne sont pas forcément prêts à accepter pour des raisons qui leurs sont propres.

Voir le profil de l'utilisateur    
23/12/15 à 10:37
gch06
Freelance
très actif
Inscrit le 29 Déc 2008
Messages: 144
michel95 a écrit:
Bonjour,
gch06 a écrit:
Je me retrouve de plus en plus souvent (quasiment tout le temps maintenant) dans des situations ubuesques lors d'entretiens avec un interlocuteur/interviewer client plus jeune que moi et qui dispose par essence de moins d'expérience/vécu que moi dans le domaine (ou qui bien au chaud chez le client final ne va pas forcément faire le même effort qu'un freelance pour se tenir à jour des évolutions techniques).
Le hic est que,si l'entretien se passe bien, cet interlocuteur va devenir mon futur supérieur hiérarchique alors que je sais au fond de moi que ça devrait être le contraire.
Je ne sais pas si c'est l'âge (en vieillissant on devient probablement plus exigeant/pénible) ou si c'est l'égo qui parle mais j'ai de plus en plus de mal à accepter ce genre de situation.

Si un « profil technique digital/web » propose une prestation destinée à améliorer la gestion d'une PME, le dirigeant de cette dernière aura tendance à déléguer l'approche du consultant à ses équipes techniques même si la technicité apparait exceptionnelle à nos yeux.
Si le même profil propose une prestation destinée à augmenter le chiffre d'affaires ou la rentabilité de l'entreprise, le dirigeant de cette dernière aura tendance à s'intéresser personnellement au consultant.

Tout ceci pour faire remarquer qu'un consultant ne présente pas le même intérêt selon la finalité de sa mission et qu'il est préférable de viser le second objectif. En effet, dès que l'on touche aux aspects financiers d'une entreprise c'est beaucoup plus concret pour un chef d'entreprise que de « simples » développements techniques.

C'est pourquoi je pense qu'il est parfois nécessaire de réorienter ses prestations vers la demande du marché ce que beaucoup d'indépendants ne sont pas forcément prêts à accepter pour des raisons qui leurs sont propres.


Oui enfin ça c'est une vision théorique des choses, mais en pratique et sur le terrain cela ne se passe ABSOLUMENT pas comme ça.

Pour avoir tenté de démarcher en direct les entreprises de ma région depuis plusieurs mois (approche multi canal : web , réseaux sociaux , emailing, ...), on rencontre généralement 4 types de situations :

- La PME n'évoluant pas dans le domaine du digital et souhaitant basculer vers le numérique : le freelance se retrouve alors en concurrence avec des web agencies/freelance pas chèr(e)s, avec des prix tirés vers le bas ==> pas intéressant ni rentable

- La startup qui démarre et propose des offres/outils innovants : la startup à l'origine ne disposant pas de gros moyens, elle est plutôt intéressée par des profils juniors car pas chers et en clin à bosser 15 heures par jour pour le même prix ; les seules personnes expérimentées que j'ai croisé dans ces startups sont les CTO/directeurs techniques/cofondateurs qui étaient là à la création de la boîte (donc en CDI) ==> pas intéressant pour un freelance un peu expérimenté sauf à accepter un CDI pour un poste de CTO

- La startup déjà plus installée qui a déjà réalisée plusieurs levées de fonds et compte entre 20 et 50 salariés : dans ce cas , ces sociétés on parfois une "dette technique" liées à de mauvaises habitudes d'architecture prises au départ (souvent car pressés par le temps) et il peut y avoir un créneau à prendre pour un freelance consistant à encadrer les développeurs, à indiquer les bonnes pratiques ==> ce sont des opportunités rares, j'en ai identifié une seule jusqu'à présent

- Les grands comptes : comme déjà expliqué maintes fois sur ce forum, l'accès aux grands comptes est verrouillé par les SSII et dans mon domaine rares sont les missions de missions/management car ces postes sont généralement réservés aux internes

Donc désolé @Michel95, mais à moins d'éventuellement disposer en plus de compétences progiciel/SAP ou Big Data (et encore ...),ce n'est pas possible DANS MON DOMAINE de se positionner pour "améliorer la rentabilité/ROI/bla bla d'une PME", c'est du vent.

Dans mon domaine , à plus de 40 ans , le marché est tel qu'aujourd'hui les clients/SSII sont intéressés pour vous embaucher à des prix similaires à ceux d'un junior, tout en sachant très bien que vous apporterez au cours de la mission une expertise supplémentaire qui sera au final "gratuite" (architecture, modélisation, QA, connaissance du monde DEVOPS, ....).

Par accumulation, je finis donc par me dire que je vais céder et accepter une embauche chez un client final (je l'ai déjà refusé plusieurs fois) , prendre ma paie de manager/chef de projet/brasseur de vent et les 9 semaines de congés payés/RTT qui vont avec, faire bosser des petits jeunes motivés pour des cacahuètes et arrêter de subir ce marché français qui ne reconnait pas l'expérience technique au delà de 40 ans (pour en revenir au sujet initial) et qui n'a que la seule vision à court terme qui consiste à faire bosser des mecs de plus en jeunes à des TJMs qui ne cessent de dégringoler (du moins si on les compare à l'inflation/coût de la vie).

Voir le profil de l'utilisateur    
23/12/15 à 11:26
michel95
Freelance
impliqué
Inscrit le 14 Juil 2010
Messages: 429
gch06 a écrit:
La PME n'évoluant pas dans le domaine du digital et souhaitant basculer vers le numérique : le freelance se retrouve alors en concurrence avec des web agencies/freelance pas chèr(e)s, avec des prix tirés vers le bas ==> pas intéressant ni rentable

Sur le principe il n'y a rien de nouveau de ce côté-là, ceci est vrai quel que soit le métier et le domaine d'activité.

Nous avons la chance de travailler dans le domaine du service. Que dire alors de ceux qui travaillent dans la commercialisation de produits non différenciants ?

Dans mon domaine, pour certaines prestations, si l'on tient compte de la durée de la prestation, du profil, de l'expérience, … on arrive à des écarts de prix considérables alors que la prestation porte le même intitulé sur le papier.

Quel que soit le créneau il est nécessaire de pouvoir se différencier ; mais il est évident que sur un marché donné, si l'on est totalement inconnu, il est difficile de justifier des différences tarifaires dans les prestations. J'ajoute quand même que si l'on n'a pas travaillé sérieusement ce point je ne peux qu'être d'accord avec les conclusions.

Voir le profil de l'utilisateur    

1 2  suiv
Répondre au sujet
Recruteurs
Accès via Turnover-it :
CVthèque & publication
Nous contacter
Par formulaire
SARL AGSI
75 Rue de Lourmel
75015 PARIS
logo freelance-info.fr
2017 © Copyright AGSI
Confidentialité