146 freelances IT, SI et WEB connectés     6 236 missions
se connecter | s'inscrire
Tous les Forums Vos problèmes, les pièges à éviter




Retard paiement - Affacturage - Clause confidentialité


Retard paiement - Affacturage - Clause confidentialité

  
prec  1 2 3  suiv
27/08/17 à 14:06
tux77
Freelance
actif
Inscrit le 22 Oct 2015
Messages: 52
Si un freelance ne fait que de la régie en enchaînant des contrats de 2/3 ans alors effectivement le nombre de pb est restreint.

Par contre si vous ne faites principalement que des courtes missions (entre 3 et 6 moins), que vous avez plusieurs clients en même temps (via des contrats de maintenance ou de la vente de matériel) alors ce genre de mésaventure est plus courantes.

Voir le profil de l'utilisateur    
27/08/17 à 17:24
michel95
Freelance
impliqué
Inscrit le 14 Juil 2010
Messages: 441
Bonjour,

Quelle que soit la durée, aujourd'hui, on ne peut faire confiance à personne et c'est un principe de bon sens qu'il vaut mieux avoir à l'esprit.

Il faut donc impérativement tout contractualiser et disposer des traces de la réalisation la prestation. Personnellement je n'accepte plus les contrats par e-mail depuis longtemps sauf cas particuliers. Et contractualiser cela peut prendre du temps, pour ma dernière proposition j'y ai passé 7 heures ce qui est important pour une prestation pourtant de courte durée mais au forfait.

En cas de souci on peut aussi pousser le client à la faute, ce n'est pas très compliqué car beaucoup sont particulièrement laxistes.

En procédant de la sorte, dans la majorité des cas il n'y a pas de problèmes.

Les conseils donnés par les intervenants, pour la conduite modérée à tenir à ce stade, me semblent pertinents, je procède aussi de la sorte : des relances graduelles (au début par téléphone en conservant les traces car tout est exploitable) et quand il n'y a aucune issue raisonnable j'utilise les méthodes classiques.

Tout ceci fonctionne très bien, quelle que soit la taille du client et la durée de la mission, si l'on se fixe une ligne de conduite à laquelle on ne déroge pas.

Voir le profil de l'utilisateur    
27/08/17 à 18:11
phili_b
Freelance
impliqué
Inscrit le 08 Oct 2014
Messages: 253
michel95 a écrit:
Et contractualiser cela peut prendre du temps, pour ma dernière proposition j'y ai passé 7 heures ce qui est important pour une prestation pourtant de courte durée mais au forfait.


Ha ouais quand même, à chaque contrat passer autant de temps que pour négocier la refonte de sa cuisine chez un cuisiniste. Après, quand on y pense, c'est logique s'il y a des loups ou que c'est un forfait.

Voir le profil de l'utilisateur    
27/08/17 à 19:31
michel95
Freelance
impliqué
Inscrit le 14 Juil 2010
Messages: 441
Oui, effectivement, cela peut paraitre excessivement long, mais cela permet d'éviter les aléas et en cas de souci on dispose d'arguments solides y compris envers d'importants donneurs d'ordres.

Il ne faut pas oublier que c'est du forfait donc il est essentiel de déterminer un périmètre très précis : il y les pré-requis sur lesquels on s'appuie qui permettent d'engager le client, ensuite ce que l'on fait au titre de la prestation mais aussi (implicitement ou non) ce que l'on ne fait pas. Et ici, chaque mot compte et peut peser lourd.
On connait donc assez précisément le point de départ et le point d'arrivée.

Ensuite, pour ma part, même si je suis toujours économiquement mal placé, ce sont généralement des missions pour lesquelles les chances de l'emporter sont sérieuses (au moins 50%).
Donc, en ce qui me concerne, cela convient au niveau du retour sur investissement.

Voir le profil de l'utilisateur    
27/08/17 à 20:18
Hans
Freelance
impliqué
Inscrit le 05 Mai 2008
Messages: 385
Non, mais cela vous choque pas que la boite ne paye pas en août ? Le client se fout bien de sa gueule quand même !

Moi, quand on se fout de ma gueule comme cela, je me laisse pas faire. Une fois, un de mes clients à voulu me payer un mois plus tard car leur client ne les avaient pas encore payé et que comme ils ne font les virements pour payer les fournisseur que le 15 du mois, cela allait attendre le 15 du mois d'après. Sauf que ben non, j'ai poliment mais fermement insisté, le virement a été fait très rapidement, bien avant le 15 du mois suivant.

Donc à sa place, j'aurais secoué un peu la merde quand même ! A partir du moment ou la commerciale m'aurait servi l'excuse, pas de paiement pendant les vacances, j'aurais menacé au téléphone de mettre la mission en pause ! Et quitte à le faire. Il suffit de le faire poliment mais fermement. Après tout, ils ont surtout pas envie de se retrouver mal avec leur client pour une connerie comme celle-la.

Je veux bien mettre des formes et faire les relances proprement. Cela m'arrive d'ailleurs régulièrement et tout se passe bien. Mais être pris pour un con comme cela, j'aurais joué qui peut être le plus con.

Bon après ton message date du 26 aout et tu indiques qu'ils sont de retour le 28 aout. Bon, ben harcèle le service comptable demain. Demande leur pour les pénalités de retard si tu leur fait une facture à XX jours (comme dan ton contrat) ou à échéance immédiate, histoire qu'ils se sortent un peu les doigts du cul.
Ils vont possiblement te sortir une connerie du chapeau comme quoi, il faut que tu leur fournisse tel ou tel document concernant ta société avant d'être payé. Si c'est le cas, tu peux les incendier car ils auraient du faire leur travail correctement et te les demander avant. Et tu indiques qu'ils vont quand même te devoir les pénalités jusqu'au 28.

Voir le profil de l'utilisateur    
27/08/17 à 20:43
tux77
Freelance
actif
Inscrit le 22 Oct 2015
Messages: 52
Ce n'est pas que c'est choquant ou pas, mais ça arrive et peut-être que le commercial est de bonne fois (si il y en a Laughing ) et que pour X raisons le virement n'a pas été fait.

Raisons qui resteront toujours vagues de toute façon.

Il est évident qu'il ne faut pas se laisser faire mais de là à envoyer une mise en demeure pour un retard de 15 jours il y a quand même un peu de recul à avoir.

D'expérience, menacer l'arrêt d'une mission pour le paiement d'une facture ne débloque en rien la situation, cela tend les relations avec l'intermédiaire ce qui pose de gros pb lors de la renégo du TJM même si tu as le client avec toi.

Je l'ai vécu par l'intermédiaire d'un collègue, durant sa misson tous les freelances ont augmenté leur TJM sauf lui car ses relations avec le commercial étaient très tendues (il ne se parlait et ne se voyait jamais) et lorsqu'il a menacé de mettre fin à la mission (alors que le client était satisfait) c'est lui qui s'est retrouvé sans renouvellement d'avenant (avenant tous les 3 mois) et a vu à sa grande surprise un nouveau le remplacer.

Il a eu beau menacer le commercial, l'avenant se terminant il n'avait plus que ses yeux pour pleurer et pour la petite histoire il est resté ensuite 2 mois sans trouver d'autres missions car il considérait qu'il ne se ferait plus avoir, que les SSII n'étaient que des voleurs, qu'il choisirait mieux l'intermédiaire, .... et au final le TJM de la mission trouvée était 10 % moins élevé que lors de la mission précédente.

Donc oui il ne faut pas se laisser faire, oui il faut faire valoir ses droits mais menacer verbalement ou par courrier n'est pas la bonne méthode face à des commerciaux souvent habitués à gérer ce type de conflits.

Voir le profil de l'utilisateur    
28/08/17 à 07:57
Hans
Freelance
impliqué
Inscrit le 05 Mai 2008
Messages: 385
tux77 a écrit:
Ce n'est pas que c'est choquant ou pas, mais ça arrive et peut-être que le commercial est de bonne fois (si il y en a Laughing ) et que pour X raisons le virement n'a pas été fait.

Raisons qui resteront toujours vagues de toute façon.

Il est évident qu'il ne faut pas se laisser faire mais de là à envoyer une mise en demeure pour un retard de 15 jours il y a quand même un peu de recul à avoir.

D'expérience, menacer l'arrêt d'une mission pour le paiement d'une facture ne débloque en rien la situation, cela tend les relations avec l'intermédiaire ce qui pose de gros pb lors de la renégo du TJM même si tu as le client avec toi.

Je l'ai vécu par l'intermédiaire d'un collègue, durant sa misson tous les freelances ont augmenté leur TJM sauf lui car ses relations avec le commercial étaient très tendues (il ne se parlait et ne se voyait jamais) et lorsqu'il a menacé de mettre fin à la mission (alors que le client était satisfait) c'est lui qui s'est retrouvé sans renouvellement d'avenant (avenant tous les 3 mois) et a vu à sa grande surprise un nouveau le remplacer.

Il a eu beau menacer le commercial, l'avenant se terminant il n'avait plus que ses yeux pour pleurer et pour la petite histoire il est resté ensuite 2 mois sans trouver d'autres missions car il considérait qu'il ne se ferait plus avoir, que les SSII n'étaient que des voleurs, qu'il choisirait mieux l'intermédiaire, .... et au final le TJM de la mission trouvée était 10 % moins élevé que lors de la mission précédente.

Donc oui il ne faut pas se laisser faire, oui il faut faire valoir ses droits mais menacer verbalement ou par courrier n'est pas la bonne méthode face à des commerciaux souvent habitués à gérer ce type de conflits.


Pour ton collègue, le commercial a bien senti qu'il ne voulait pas changer de mission et que donc il n'était pas prêt pour cela. Il y a des indépendants qui souhaitent des missions hyper longues, comme du salariat, avec juste un salaire plus élevé (Personnellement, je ne suis pas fan de ces missions très longues dont on ne connait absolument pas la fin au départ). Mais être indépendant, c'est aussi autre chose. C'est la vie d'indépendant de se retrouver presque du jour au lendemain sans mission et il faut être prêt (entretenir son réseau, ses compétences, etc.) pour rebondir rapidement.

Voir le profil de l'utilisateur    
28/08/17 à 08:50
tux77
Freelance
actif
Inscrit le 22 Oct 2015
Messages: 52
Il y a des salariés comme des indépendants qui ne sont jamais satisfaits et qui pensent que soit ils sont indispensables soit que l'herbe est plus verte ailleurs, qu'ils pourront avoir un meilleur salaire ou TJM, ....

Ce n'est pas que le collègue était accroché à sa mission mais comme il était dans une spirale négative depuis quasiment le début avec l'intermédiaire, dès que celui-ci en a eu l'occasion il l'a sorti et ce même si le client final était satisfait du travail fourni.

C'est aussi la raison pour laquelle j'indiquais qu'en tant que chef d'entreprise il fallait prévoir de la trésorerie en cas de paiement avec retard, intercontrat, maladie, ..., et comme tu l'indiques entretenir son réseau, ses compétences, ...

Voir le profil de l'utilisateur    
28/08/17 à 10:32
KvnOnWeb
Freelance
discret
Inscrit le 28 Oct 2016
Messages: 14
Déjà merci à tous pour vos réponses. C'est sympa de voir que la communauté est réactive.

Pour ceux qui disent qu'il faut de la tréso. Vous avez raison. En tant qu'entreprise j'ai commis une "faute". Ceci dit j'ai que 3 factures payés d'existences et j'ai réussi à tenir 3 mois sans être payé. Maintenant ça commence à se compliquer mais je suis d'accords que c'est un axe que je privilégierai plus dans le temps.

Maintenant c'est pas ça le fond du problème, le fond du problème c'est que cette société ne respecte pas un contrat signé. Ce qui me "choque" c'est que c'est tellement monnaie courante que s'en est presque de ma faute. Mais si je respectais pas la clause de non concurrence ? si je faisais pas l'affaire chez le client ? Ca serai une toute autre histoire. Mon oncle a sa société de froid commerciale au Luxembourg et m'a dit lors d'une discussion que les sociétés Belge, Luxembourgeoise et Allemande préféraient payer plus cher et traiter avec l'une de ces 3 pays plutôt qu'avec une Française. C'est à nous de rendre intolérable une pratique qui est devenu presque normal...

Pour l'affacturage : Aujourd'hui je n'ai aucune preuve que la société va me payer et pas faire plus d'histoire. En tant que chef d'entreprise je me dois de penser au pire. Le pire : je suis dans mon droit mais ça traine 1 an.
Solution affacturage : 3 mois de factu = 80% de 30 000 euros dans mon compte plutot que dans la nature = 900 euros de coût d'affacturage (et la tranquillité de n'avoir pas à me taper la paperasse) et les autres 20% dès que le factor a été réglé.
Solution sans : 30 000 euros dans la nature, du stress, du temps de perdu (ma seule semaine de vacances a été entaché par ce genre de soucis). Si je passe par un avocat et une procédure longue ma société peut avoir un gros déficit et 2000 - 3000 euros d'avocats...

L'affacturage a un coût mais je le trouve pas forcément disproportionné par rapport à la mentalité Française de paiements des fournisseurs... De plus je mettrai ma main à couper que très peu de SSII s'amuse à jouer avec des factor comme elles font avec leurs freelances

Voir le profil de l'utilisateur    
30/08/17 à 11:51
Olivier_M
Freelance
Grand Maître
Inscrit le 18 Mar 2010
Messages: 1151
Bonjour,

Outre l'affacturage, qui reste coûteux et dont il n'est pas certain que vous trouviez une banque acceptant sa mise en place (peu de factures, petites sociétés, prestations intellectuelles...), vous avez quelques moyens de pression très efficaces sur votre SSII récalcitrante.

La première est l'injonction de payer. C'est très efficace et ne coûte pratiquement rien. On en a discuté dans de nombreux fils sur le forum.

La seconde est de signaler à la SSII que vous allez utiliser l'article 12 de la "Loi n° 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance" et réclamer le paiement directement au client final. Vu la situation dans laquelle cela mettrait la SSII, à mon avis, vous serez réglé dans les 48h.

Par contre, tout cela n'est à utiliser que si vous avez décidé de ne plus travailler avec cette SSII, parce que s'il est quasiment certain que vous serez payé, il est tout aussi certain que vous allez vous fâcher avec eux !

Voir le profil de l'utilisateur    

prec  1 2 3  suiv
Répondre au sujet
Recruteurs
Accès via Turnover-it :
CVthèque & publication
Nous contacter
Par formulaire
SARL AGSI
75 Rue de Lourmel
75015 PARIS
logo freelance-info.fr
2017 © Copyright AGSI
Confidentialité