Chrome dans le cloud : c’est possible avec Mighty


Publié le 23-06-2021 par Modérateur FREELANCE INFO



En 2020, 96 % des entreprises mondiales ont déclaré recourir au cloud. Les services les plus utilisés sont les SAAS (logiciels en tant que service) suivis par les IAAS (infrastructures en tant que service) et les PAAS (plateformes en tant que service). Le stockage de fichiers et dossiers en ligne connaît également une croissance exponentielle. On estime à des centaines de milliards de téraoctets le volume de données hébergées et échangées dans les clouds privés et publics à travers le globe. Et une nouvelle offre, nommée Mighty, devrait encore venir renforcer le recours à l’informatique en nuage aussi bien auprès des entreprises que des freelances ou même des particuliers. Mighty est un navigateur web Google Chrome accessible directement depuis le cloud. Son objectif est d’apporter plus de performances et de sécurité que les navigateurs standards. Comment fonctionne ce chrome dans le cloud et quels sont ses avantages et ses limites ? Découvrez-le dans cet article.

 

Qu’est-ce que Mighty ?

Un navigateur plus rapide que Chrome...

 

Selon son site officiel, Mighty est un nouveau navigateur conçu pour la vitesse et qui requiert « 10 fois moins de mémoire » que le navigateur Chromium le plus populaire : Chrome.

Les utilisateurs peuvent ouvrir des centaines d’onglets et charger simultanément de multiples applications sans que la RAM, la batterie et le système de refroidissement de leurs Mac soient impactés puisque tout se passe dans le cloud.

 

Concrètement, lorsque l’internaute lance Mighty, une application enregistre et streame une vidéo des actions réalisées sur le serveur distant. L’ordinateur local n’a donc pas besoin de gérer le chargement et l’affichage des pages web. C’est l’instance de Chrome installée sur les serveurs de Mighty qui s’occupe du rendu et le résultat est restitué en temps réel sous la forme d’un simple flux vidéo. C’est finalement le principe des jeux en streaming, étendu à un navigateur web.

 

À chaque fois que l’internaute ouvre le navigateur Mighty, l’instance dispose de :

  • 16 go de Ram ;
  • 16 processeurs virtuels ;
  • un serveur doté lui-même de deux cœurs Intel Xeon fonctionnant jusqu’à 4,0 GHZ ;
  • des GPU (unités de processeur graphique) Nvidia pour les sites qui nécessitent une haute qualité d’affichage.

 

...mais à l’utilisation plus limitée

 

Revers de la médaille, comme toute autre application basée sur l’informatique en nuage, le fonctionnement optimal de ce Chrome sur le cloud repose sur la qualité de la connexion Internet.

Mighty affirme « briser la barrière de la bande passante » en offrant une vitesse Internet « supérieure à 1 Gbit/s » lors de l’utilisation du navigateur basé sur le cloud. Cependant, cette promesse ne peut être atteignable que si l’internaute dispose déjà d’un bon débit filaire ou mieux de la fibre. Dans tous les cas, Mighty ne peut se charger plus rapidement que Chrome lui-même. Ses créateurs indiquent d’ailleurs qu’une connexion Internet de minimum 100 Mb/s est requise pour faire fonctionner le service de manière fluide.

 

Un autre inconvénient majeur qui pourrait limiter l’adoption de Mighty par les cybernautes est son coût. À l’heure actuelle, ce service de cloud est proposé à 30 $ par mois, une somme qui peut paraître conséquente pour un simple navigateur web. C’est pourquoi ses concepteurs ont développé et mis en avant des avantages supplémentaires par rapport au Chrome « traditionnel ».

 

Les avantages du chrome dans le cloud de Mighty

 

L’utilisation d’un navigateur dans le cloud peut soulever de nombreuses questions au niveau de la sécurité et de la confidentialité des informations échangées. Pour limiter ces inquiétudes, Mighty garantit :

  • un historique de navigation privé ;
  • une identité de connexion sécurisée ;
  • un chiffrement des données sensibles ;
  • des serveurs sécurisés et des infrastructures régulièrement auditées par des sociétés tierces ;
  • la non-revente des informations des utilisateurs ;
  • un contrôle direct de l’internaute sur ses data ;
  • prochainement, la mise en place d’une authentification à deux facteurs.

 

Mighty promet également une confidentialité maximale avec l’élimination des contenus indésirables, des publicités et des bannières de cookies. Grâce au fonctionnement du Chrome dans le cloud, les traceurs ne peuvent plus être déposés sur l’ordinateur local. Ils sont stockés sur une machine virtuelle isolée de celles des autres utilisateurs. L’internaute garde de plus le choix de vider son historique et son cache exactement comme il le ferait sur Chrome.

 

Enfin, ce nouveau navigateur est doté d’optimisations pratiques et ergonomiques telles que la possibilité de recevoir une alerte lorsqu’un appel Zoom entrant est détecté, une recherche facilitée dans les dossiers Google Doc ou encore un déplacement plus simple entre les onglets grâce à des raccourcis clavier.

 

Le futur des navigateurs web ?

 

En théorie Mighty a donc tout pour plaire : sécurité, rapidité et performances. Néanmoins, son coût élevé et son usage pour l’instant limité à macOS risquent de restreindre son utilisation à un marché de niche. D’autant plus que d’autres solutions existent…

 

Des plateformes comme Shadow proposent des machines complètes sous Windows accessibles sur le cloud, à partir d’une connexion de 15 Mb/s. Les performances sont également au rendez-vous avec des configurations semblables à celles d’un PC Gamer (12 go de RAM, un processeur : Intel® Xeon® E5-2678 v3 4 cœurs 8 threads à 2,5 GHz avec Turbo Boost 3,1 GHz pour l’offre de base) et surtout un abonnement mensuel deux fois moins cher que celui de Mighty.

 

L’autre concurrence pourrait venir du cloud computing lui-même. La popularité et la variété des solutions SaaS, IaaS et PaaS déportent déjà la majorité des charges des logiciels et des programmes sur les infrastructures du cloud.

À moins d’avoir une machine vraiment ancienne ou d’utiliser des applications web très gourmandes en ressources, un ordinateur classique devrait sans problèmes faire tourner Chrome ou éventuellement des navigateurs moins lourds comme Opera ou Mozilla Firefox. De la même manière, peu d’internautes ont réellement besoin d’ouvrir des centaines d’onglets en une seule session, pour eux l’intérêt de Mighty est donc très limité.
 

Et vous, que pensez-vous de l’arrivée de cette version de Chrome dans le cloud ? Envisagez-vous d’utiliser Mighty, privilégiez-vous d’autres solutions comme Shadow ou préférez-vous conserver votre navigateur local ? N’hésitez pas à nous faire part de vos impressions sur le forum.

 

Sources et liens utiles :

Mighty App : https://www.mightyapp.com/

Shadow, le PC Gamer basé sur le cloud : http://shadow.tech/fr

Chiffres et tendances sur l’utilisation du cloud par les entreprises : https://www.flexera.com/blog/cloud/2019/02/cloud-computing-trends-2019-state-of-the-cloud-survey/




 



Modérateur FREELANCE INFO