100 % FREELANCE 100 % IT
100 % FREELANCE 100 % IT
 

Création d'un groupement d'indépendants en informatique

EPAULE

12 Messages

discret
15/09/2015 à 19:43

Bonjour,

Consultant indépendant dans le domaine du conseil S.I., je souhaite créer ou rejoindre une structure pour regrouper des informaticiens indépendants au sein d'un Groupement d'Intérêt Économique (GIE).

Notre objectif est de favoriser le développement de l’activité de chacun par trois leviers :
- L’amélioration de la démarche commerciale;
- La réduction des coûts de fonctionnement;
- La mise en commun des retours d’expériences et des savoir-faire;
- surtout éviter les intermédiaires.

L'intérêt du GIE est d’offrir à ses adhérents les avantages d’une grande structure tout en garantissant l’indépendance de chacun.

Si cette démarche vous intéresse, je vous invite à alimenter ce forum afin de programmer une prochaine réunion dans Paris pour en discuter plus sérieusement.

Cordialement.

Serge EPAULE sepaule@free.fr[color=blue:6db8f6582d][/color:6db8f6582d]

Olivier_M

1435 Messages

Grand Maître
16/09/2015 à 08:54

Bonjour,

Je vous invite à explorer les archives du forum avec le mot-clé "groupement", vous trouverez les coordonnées de regroupements parisiens de freelances, et vous verrez les écueils auxquels ils sont confrontés.

Cordialement

Directeur de projet / Banques / Gérant majoritaire depuis 2001 / SARL à l'IS

findus

3822 Messages

Grand Maître
16/09/2015 à 12:20

et que finalement, rien a percé :lol:

EURL / IS depuis 2008

EPAULE

12 Messages

discret
16/09/2015 à 13:13

Bonjour,

A ce jour, y a des structures qui marchent.
Il faut se baser sur les échecs pour améliorer les choses.
Évidement le projet de nludmann a capoté pour des raisons de divergence entre certains membres et pourtant le GIE a bien marché. Des sources de nludmann, le groupe a atteint les 2M€, ce qui est très important pour un début. Il faut canaliser juridiquement le projet au départ, par ces membres.
Le problème en France, ce sont les SSII qui dominent. Nous, on ramasse les miettes.
Pourquoi ne pas s'affronter à armes égales?
Pourquoi se faire imposé une commission de 20%, 80%?
Aujourd'hui, l'union fait la force!!!

Avec mes salutations.

kzg

2931 Messages

Grand Maître
16/09/2015 à 14:20

EPAULE a écrit :Bonjour,

A ce jour, y a des structures qui marchent.
Il faut se baser sur les échecs pour améliorer les choses.
Pourquoi ne pas s'affronter à armes égales?
Pourquoi se faire imposé une commission de 20%, 80%?
Aujourd'hui, l'union fait la force!!!

Avec mes salutations.
Vous avez oublié : votez pour moi ! ;)

Plus sérieusement, si vous relisez les échanges sur le sujet, vous constaterez qu'ils commencent tous ainsi. Y'a qu'à, faut qu'on. (comme un discours politique de campagne, d'où ma boutade liminaire). C'est au moment de la mise en oeuvre concrète que ça coince.
Pour une raison simple à mon avis : dans 'indépendant', il y a... 'indépendant'. Se regrouper, quelle que soit la façon de le faire (société, association, GIE, etc.) c'est avant tout abandonner une part de son indépendance. Or, nombreux ceux qui ont choisi ce statut justement pour être le plus libre possible...

Olivier_M

1435 Messages

Grand Maître
16/09/2015 à 14:38

Ouh, je trouve Findus et Kzg bien négatifs aujourd'hui :)

Je trouve positif d'essayer de faire bouger les lignes en se regroupant. Maintenant, il est vrai que "s'associer tout en restant indépendant", au travers d'un GIE par exemple, n'est pas évident.

De manière plus simple, quand on cherche à se regrouper pour éviter les commissions d'intermédiaires -voire embaucher un commercial, réaliser des économies d'échelles, et générer plus d'opportunités de mission… ça s'appelle souvent "créer une SSII". Personnellement c'est la conclusion à laquelle je suis arrivé en m'associant récemment avec 3 autres indépendants : pas de GIE mais une SAS avec des règles de fonctionnement adaptées à nos besoins.

Directeur de projet / Banques / Gérant majoritaire depuis 2001 / SARL à l'IS

hmg

26116 Messages

Grand Maître
16/09/2015 à 18:55

Bonjour,

Et si vous commenciez petit avant de voir grand ?

Une association qui organiserai des repas entre freelances et le jour où vous aurez suffisamment de roulement, vous pourrez aller plus loin.

Cordialement,

- HMG - hmg_71@yahoo.fr
Expert comptable - Paris - www.hmgec.com
Pensez à regarder le contexte et la date des réponses. Elles ne s'appliquent pas toujours à tous les cas.

michel95

522 Messages

impliqué
20/09/2015 à 11:30

@EPAULE,

Des « structures qui marchent », il en existe probablement mais elles doivent être très minoritaires. Je n’en connais aucune dans mon environnement.

Que ce soit sur ce site mais également sur les réseaux sociaux on voit bien que les tentatives de regroupement se sont généralement soldées par des échecs. Pourtant l’enthousiasme initial existait, mais quand il s’est agi de concrétiser (donc de donner de son temps de manière presque désintéressée) beaucoup d’initiateurs d’idées ont subitement disparu.

Cela ne veut pas dire que le projet ne fonctionnera pas mais que les chances de succès sont très faibles. Encore faudrait-il s’entendre sur le terme « succès » qui peut avoir un sens différent selon les individus.
Il faut avoir à l’esprit qu’un regroupement, quelle que soit sa forme, implique la perte d’une partie de notre indépendance.

EPAULE a écrit : Le problème en France, ce sont les SSII qui dominent. Nous, on ramasse les miettes.
En tant qu’indépendant il peut difficilement en être autrement vu que nous ne disposons pas des moyens pour lutter (Même en nous regroupant). Mais il nous suffit de capter ne serait-ce qu’une partie microscopique du marché.

J’ajoute que l’expression « Nous, on ramasse les miettes » m’a fait sourire vu qu’aujourd’hui je ne survis que grâce aux miettes et c’est un choix délibéré de ma part. Le principal est de faire connaitre les miettes que l’on commercialise, mais c’est viable vu qu’elles intéressent moins les intermédiaires.

kzg

2931 Messages

Grand Maître
20/09/2015 à 13:37

michel95 a écrit : Des « structures qui marchent », il en existe probablement mais elles doivent être très minoritaires. [...] les tentatives de regroupement se sont généralement soldées par des échecs. Pourtant l’enthousiasme initial existait, mais quand il s’est agi de concrétiser (donc de donner de son temps de manière presque désintéressée) beaucoup d’initiateurs d’idées ont subitement disparu.
[...] un regroupement, quelle que soit sa forme, implique la perte d’une partie de notre indépendance.
Michel, nous disons la même chose même si vous y mettez un peu plus les formes ;)

Je pense qu'un point clé à aborder au moment de se regrouper, c'est comment l'aventure va se terminer ; i.e comment et quand on se sépare.

Sujet délicat (comme un contrat de mariage, par exemple) mais essentiel.

Entre ceux qui ambitionnent de construire un empire, ceux qui veulent monter une petite entreprise qui bon an mal an leur assure un revenu minimum, ceux qui veulent juste apprendre pour appliquer ensuite ce qu'ils ont appris dans leur coin, etc. difficile de réconcilier les objectifs de chacun.

Une piste pourrait être de définir un objectif précis à moyen terme (disons 3/5 ans). Sont bienvenus tous ceux qui 1/ adhèrent à cet objectif et 2/ s'engagent à se consacrer au maximum à l'atteinte de cet objectif.
Et on prévoit dès le départ les sorties possibles : continuer sur la même voie, chercher un repreneur, sortir en récupérant ses parts, etc.

A terme, on fait le point. Chacun se détermine et tout se passe en douceur. Ceux qui veulent partir partent, ceux qui veulent rester restent, etc.

freesas

519 Messages

impliqué
21/09/2015 à 11:49

Hello,

Vous manquez d'ambitions je serai plutôt pour la création d'un syndicat, qui nous permettra de récupérer une partie de la nouvelle taxe, réclamez à corps et à cris des subventions (cf.taxi/agriculteurs) car victime de l'oppression des SSII et de la mondialisation galopantes (dumping social des indiens et de chinois), à influencer à coup de resto gastro et parties fines de golf les politiques locaux.

Le programme est ouvert...

hmg

26116 Messages

Grand Maître
21/09/2015 à 14:23

Bonjour,

Désolé de doucher votre optimisme :
- Taxi : Activité réglementée. Ils ont à 99% les mêmes problématiques. Ils sont à l'exception des artisans les plus anciens qui ont payé leur plaque, mal payés. S'ils se mettent en grève, ils bloquent des villes.
- Agriculteurs : Dans chaque région, on rencontre généralement le même type d'exploitations et donc les mêmes problématiques (la baisse du cours d'une denrée touche une région), habitués à protester de concert et des actions coup de point (fumier devant les préfectures, marchés gratuits...). Nombreuses sont les exploitations qui ne vivent qu'en jonglant avec les aides et les emprunts.

Conseils/Informaticiens :
- Contrats individuels. Contrats non respecté = poursuites.
- Si malgré tout, vous vous mettez en grève : combien de temps pour que vous soyez remplacé ?
- Sympathie de la population : Evitez que quelqu'un soit au courant du montant de vos honoraires.

Cordialement,

- HMG - hmg_71@yahoo.fr
Expert comptable - Paris - www.hmgec.com
Pensez à regarder le contexte et la date des réponses. Elles ne s'appliquent pas toujours à tous les cas.

EPAULE

12 Messages

discret
21/09/2015 à 15:58

Bonjour,

Messieurs, je vois que la réflexion sur le sujet est sur la bonne voie.
De toute manière il faut réfléchir à tout, avant de se lancer afin d'avoir moins de chance de se planter.
Au contraire pour que l'aventure aille le plus loin possible. Quant à la mise en cause de l'indépendance de chacun évoquée par michel95, le fait de se regrouper n'entrave en rien à la liberté individuelle.
Par exemple celui qui ne veut travailler que 3 mois par an, n'engage que sa responsabilité mais pas celle du groupement. A préciser que la forme juridique d'un GIE est très contraignante. L'inconvénient de cette solution est que les membres d’un GIE sont solidaires en cas de dette.
La solution doit permettre aux indépendants de coopérer sans s’associer. Et chacun est libre de partir quand il le souhaitera. Ce n'ai pas un mariage!!!
Au point même que les SSII se lancent dans le système, je vous laisse jeter un coup d’œil sur cet article http://www.placedesreseaux.com/Interviews/vdn.htm.

Cordialement.

kzg

2931 Messages

Grand Maître
21/09/2015 à 16:48

EPAULE a écrit :Messieurs, je vois que la réflexion sur le sujet est sur la bonne voie.
De toute manière il faut réfléchir à tout, avant de se lancer afin d'avoir moins de chance de se planter.
Au contraire pour que l'aventure aille le plus loin possible.
Jusque là rien à redire, si ce n'est qu'on se cantonne à des déclarations de bonnes intentions qui ne font pas beaucoup avancer le débat. :)
EPAULE a écrit :Quant à la mise en cause de l'indépendance de chacun évoquée par michel95, le fait de se regrouper n'entrave en rien à la liberté individuelle.
Par définition, si. Se regrouper, c'est bien adhérer à des activités ou des règles ou des objectifs communs, et par la même occasion abandonner -entre autres- la possibilité de changer d'avis, sauf à s'exclure du groupe. Rien que ça c'est "une entrave à la liberté individuelle".

Et c'est valable partout tout le temps.
Exemple : je décide de sortir ce vendredi, pour prendre un verre, dîner et aller en boîte. Je peux y aller seul ou avec des amis.
Si j'y vais seul et qu'après l'apéro je me rends compte que je n'ai pas faim et que j'ai mal aux pieds, je peux faire l'impasse sur le resto et la discothèque, et aller au cinéma à la place.
Si j'y vais avec des amis, je suis obligé de suivre le mouvement, sauf à les convaincre de m'accompagner au cinéma ou de m'exclure du groupe.
EPAULE a écrit :La solution doit permettre aux indépendants de coopérer sans s’associer. Et chacun est libre de partir quand il le souhaitera.
Si chacun est libre de partir quand il le souhaite, on ne peut rien construire. Puisque chacun est susceptible de partir à tout moment.
Toute la difficulté est de trouver le bon équilibre entre le niveau d'engagement nécessaire et suffisant pour développer réellement une entité quelle que soit la forme retenue ; et le degré de liberté dont par nature un freelance ne saurait se passer

michel95

522 Messages

impliqué
21/09/2015 à 18:39

Bonjour,

Je ne reviens pas sur la perte partielle d’indépendance illustrée par kzg mais qui semble assez évidente et qui est souvent admise par ceux qui ont expérimenté.

EPAULE a écrit : Par exemple celui qui ne veut travailler que 3 mois par an, n'engage que sa responsabilité mais pas celle du groupement.

C’est idéal mais difficilement réalisable.

Question : Comment faire accepter cela à un client privé ?

hmg

26116 Messages

Grand Maître
22/09/2015 à 00:50

Bonjour,

Une association qui mettrait en place des règles de bonne conduite (une charte) serait un second pas après un premier qui serait de réunir suffisamment de personnes.

Une fois cette charte connue et respectée par les clients, il sera possible de voir pour une implication plus grande des membres vers d'autres niveaux de collaboration.

Cordialement,

- HMG - hmg_71@yahoo.fr
Expert comptable - Paris - www.hmgec.com
Pensez à regarder le contexte et la date des réponses. Elles ne s'appliquent pas toujours à tous les cas.

Smilerch

290 Messages

impliqué
22/09/2015 à 16:38

EPAULE a écrit :Bonjour,

Messieurs, je vois que la réflexion sur le sujet est sur la bonne voie.
De toute manière il faut réfléchir à tout, avant de se lancer afin d'avoir moins de chance de se planter.
Au contraire pour que l'aventure aille le plus loin possible. Quant à la mise en cause de l'indépendance de chacun évoquée par michel95, le fait de se regrouper n'entrave en rien à la liberté individuelle.
Par exemple celui qui ne veut travailler que 3 mois par an, n'engage que sa responsabilité mais pas celle du groupement. A préciser que la forme juridique d'un GIE est très contraignante. L'inconvénient de cette solution est que les membres d’un GIE sont solidaires en cas de dette.
La solution doit permettre aux indépendants de coopérer sans s’associer. Et chacun est libre de partir quand il le souhaitera. Ce n'ai pas un mariage!!!
Au point même que les SSII se lancent dans le système, je vous laisse jeter un coup d’œil sur cet article http://www.placedesreseaux.com/Interviews/vdn.htm.

Cordialement.
Et qui gèrerait ce beau groupement finalement ?

Pourquoi vouloir concurrencer les grosses SSII qui ne sont pas notre marché ?

Il est à noter que certains marché qui ne nous étaient pas accessibles le deviennent : Exemple
- Jusqu'à très peu de temps la fonction publique ne pouvait pas contractualiser une prestation de plus de 4000€ HT annuelle sans passer par un appel d'offre au marché public. Ceci n'est plus le cas et en tant qu'indépendant je peux maintenant imposer au ministère avec lequel je travaille une convention m'autorisant à 200 K de CA HT par an sans que ce dernier ne me mette en concurrence et donc je gagne forcément. (Ca date du mois dernier cette réforme et y a des opportunités ... ;) )

J'ai sincèrement du mal à trouver de l'intérêt dans un tel groupement, on dirait plutôt qu'on y arrive pas seul et qu'on a besoin d'aide, je trouve ça pas forcément rassurant.

EPAULE

12 Messages

discret
22/09/2015 à 18:04

Je partage le même avis que HMG, il commencer par réunir les personnes volontaires et qui partagent la même idée. Le reste ça sera pour l'étape 2.
Quant aux questions de Smilerch, je n'ai pas dit vouloir faire concurrence aux SSII. Aujourd'hui, je pense pour la plupart d'entre nous, pour avoir une mission il faut passer par un intermédiaire, souvent SSII car il faut être référencé pour travailler avec une société du CAC40!!!
Je ne sais pas quel est votre profil, mais si vous y arrivez tout seul donc ce forum ne vous concerne pas.
Car faire de la technique et prospecter une nouvelle mission, cela devient difficile. Des clients nous (d'autres confrères) ont fait déjà des remarques après avoir interceptés des échanges avec des intermédiaires.
:)

kzg

2931 Messages

Grand Maître
22/09/2015 à 19:32

EPAULE a écrit :Je partage le même avis que HMG, il commencer par réunir les personnes volontaires et qui partagent la même idée. Le reste ça sera pour l'étape 2.
Voilà, voilà...

Quelque chose me dit qu'on va en rester là, pour le moment... Et on aura la même discussion dans 6 mois ou 1 an quand un autre indep avec des idées révolutionnaires en tête viendra nous dire "eh mais pourquoi qu'on se regrouperait pas tous ensemble ? l'union fait la force, c'est pas une chouette idée, ça ??"

:lol: :lol:

cdpFreelance

1 Messages

nouveau
23/09/2015 à 11:17

Je me permets de répondre à ce sujet car j'ai été récemment démarché par une société qui travaille exclusivement avec des freelances.
La présentation était intéressante, ils travaillent avec 140 freelance en sous-traitance avec 6millions de CA en 2014. Ils sont référencés chez des clients qui savent en toute transparence que les profils qui leur sont proposés sont des indépendants.

Tout avait l'air bien sur le papier sauf que curieusement ils n'ont pas fait suite à mon premier entretien qui s'est pourtant bien passé.. (Trop cher? Profil abondants?)

Mais après réflexion ça n'est plus ni moins une SSII camouflée en groupement d'indépendant sans contrat d'exclusivité (la société doit être gérée par le même type de profils que les moyennes SSII); avantage de ne pas verser de salaire/cotisations à part les ingénieurs d'affaires et de RH, curieusement ça me rappelle l'interim..

Et je pense effectivement qu'il n'y ait hélas pas d'espoir pour les GIE au vu du référencement quasi systématiquement mis en place dans les sociétés.. Et que ce type de société intermédiaire (ça ne résout donc pas notre problème) va commencer à se développer en France..

freesas

519 Messages

impliqué
23/09/2015 à 15:34

Je me pose la question: gagne-t-on plus en faisant partie d'un GIE?

d'autre part concernant le référencement, ne pas se faire d'illusion récemment un indep s'est vu contacté par une societe du cac40 (via un interne), je lui propose de passer par un autre indep référencé chez ce client (oui 1 indep!), le client lui dit qu'il préférerai qu'il passe par une grosse SSII qui a un contrat ATG, comme ca son TJM sera noyé dans la masse...bref à la fin c'est tjr le gros qui gagne non?

EPAULE

12 Messages

discret
23/09/2015 à 16:51

cdpFreelance a écrit :Je me permets de répondre à ce sujet car j'ai été récemment démarché par une société qui travaille exclusivement avec des freelances.
La présentation était intéressante, ils travaillent avec 140 freelance en sous-traitance avec 6millions de CA en 2014. Ils sont référencés chez des clients qui savent en toute transparence que les profils qui leur sont proposés sont des indépendants.

Tout avait l'air bien sur le papier sauf que curieusement ils n'ont pas fait suite à mon premier entretien qui s'est pourtant bien passé.. (Trop cher? Profil abondants?)

Mais après réflexion ça n'est plus ni moins une SSII camouflée en groupement d'indépendant sans contrat d'exclusivité (la société doit être gérée par le même type de profils que les moyennes SSII); avantage de ne pas verser de salaire/cotisations à part les ingénieurs d'affaires et de RH, curieusement ça me rappelle l'interim..

Et je pense effectivement qu'il n'y ait hélas pas d'espoir pour les GIE au vu du référencement quasi systématiquement mis en place dans les sociétés.. Et que ce type de société intermédiaire (ça ne résout donc pas notre problème) va commencer à se développer en France..
___________________________________________________

Bonjour,

Je suis très intéressé d'avoir les coordonnées de la société dont tu parles. J'aimerai connaitre, par curiosité leur mode de fonctionnement.
Pourrais-tu, STP m'envoyer ça sur ma messagerie privée?
Ce que je propose n'a rien à voir avec ce modèle décrit. Je le vois plus au sens coopérative. C'est une SSII ou tous les indépendants sont PDG!!!
Ensuite l'entité juridique de la société est à définir (à l'aide d'un juriste) de façon à être crédible pour un référencement chez des clients.
Cela permettrais d'avoir en direct des missions et en plus diminuer les commissions d'intermédiaires.
Cela permettrai aussi des échanges de connaissance et autres avantages.

Salutations.




:)

jockerdz

112 Messages

très actif
23/09/2015 à 17:44

L'idée a je pense déjà été évoquée à plusieurs reprise sur ce site sans que cela se soit concrétisé...par des indep.

Perso je pense que le concept est intéressant et semble valide preuve en est les différentes structures de ce type qui se lancent et qui progressent très vite notamment dans le référencement auprès de grand compte.
Clairement, en ce moment les acheteurs veulent (ou ont été convaincus de) mieux maîtriser leurs sourcing car il est évident que (1) ils ne peuvent se passer des indep. et (2) ils ne peuvent pas continuer à faire semblant de ne pas les voir.

La mauvaise nouvelle (assez dramatique!) c'est que ce sont les mêmes acteurs qui surf sur ce nouveau concept c'est à dire des SSII via des filiales ou encore des anciens commerciaux de SSII qui se sont lancés à leurs compte :) et oui faut croire qu'on les a inspiré ...
Pourquoi ça marche pour eux et pas pour nous ? ...ils consacrent 99% de leur énergie sur le développement commerciale ... chose que très peut de consultant indep. peuvent se permettre ...

EPAULE

12 Messages

discret
23/09/2015 à 19:17

jockerdz a écrit :L'idée a je pense déjà été évoquée à plusieurs reprise sur ce site sans que cela se soit concrétisé...par des indep.

Perso je pense que le concept est intéressant et semble valide preuve en est les différentes structures de ce type qui se lancent et qui progressent très vite notamment dans le référencement auprès de grand compte.
Clairement, en ce moment les acheteurs veulent (ou ont été convaincus de) mieux maîtriser leurs sourcing car il est évident que (1) ils ne peuvent se passer des indep. et (2) ils ne peuvent pas continuer à faire semblant de ne pas les voir.

La mauvaise nouvelle (assez dramatique!) c'est que ce sont les mêmes acteurs qui surf sur ce nouveau concept c'est à dire des SSII via des filiales ou encore des anciens commerciaux de SSII qui se sont lancés à leurs compte :) et oui faut croire qu'on les a inspiré ...
Pourquoi ça marche pour eux et pas pour nous ? ...ils consacrent 99% de leur énergie sur le développement commerciale ... chose que très peut de consultant indep. peuvent se permettre ...

Je partage le même point de vue que [b:3fb7a82d17]jockerdz[/b:3fb7a82d17].
C'est le modèle économiquement le plus intéressant de nos jours. On ne peut plus travailler tout seul dans son coin. Même les médecins se regroupent. Pourtant ils n'ont pas les même contraintes que nous. Un informaticien qui gère ces recherches de missions ou sa SAS d'une façon artisanale, n'ira pas loin, ne serait-ce qu'avec les charges. Je ne vais pas parler de fédéralisme, car si l'on se réfère au modèle français (Sécu & retraite), c'est l'échec assuré. Évidement pour fonctionner il faudrait un local, peut être une secrétaire, mais le plus important est être entouré d'un chargé d'affaires. Moi personnellement, je suis technicien, je ne sais pas vendre et en plus je n'ai pas le temps pour ça.
A chacun son métier. Mais la première brique est de réunir les personnes qui partagent déjà cette idée, ensuite on pourrait en discuter sérieusement et convivialement autour d'une bière!!! :)

kzg

2931 Messages

Grand Maître
23/09/2015 à 20:16

freesas a écrit :Je me pose la question: gagne-t-on plus en faisant partie d'un GIE?
A court terme je ne pense pas : vous regrouper avec 3 ou 4 autres freelances vous coûtera des frais de structure mais ne vous permettra pas de facturer davantage.

A moyen/long terme, ça doit être possible : être regroupé favorise les échanges, les retours d'expérience, la multiplication des contacts. A partir d'un seuil toutes les compétences clés peuvent être représentés, ce qui permet d'envoyer à chaque rdv client celui qui a la plus forte expertise, etc. (un peu comme dans Mission Impossible !) ; donc potentiellement, accès à davantage de missions, et meilleure position pour négocier le tarif. Sur ce point, sachant qu'il est plus facile de rester ferme si on n'est pas partie prenante, le principe serait par exemple que chaque freelance ayant un contrat en vue charge un autre membre du groupe de négocier pour lui. etc.

Et plus généralement, le gain n'est pas que financier. Quand vous êtes sur une mission sensible ou qui vous pose problème, c'est rassurant de savoir qu'il y a un groupe derrière à qui vous pouvez demander conseil, soutien, formation. En tant que sous-traitant pour une ssii c'est rarement le cas (ok, ce n'est jamais le cas). Avec les cabinets conseil c'est possible mais ce n'est pas systématique.

kzg

2931 Messages

Grand Maître
23/09/2015 à 20:34

@EPAULE : j'aime bien l'idée et je ne cherche pas du tout à vous décourager, mais de mon point de vue, vous continuez à énoncer des lieux communs et à démontrer que si l'idée est là, vous n'avez pas encore vraiment poussé votre réflexion. Il en faudra beaucoup plus pour démarrer : réunir des gens qui "partagent l'idée" et qui ne se connaissent pas pour "monter un truc" c'est utopique.

A ma connaissance, au départ de toutes les initiatives de ce genre il y avait une (mais le plus souvent 2 ou 3 personnes qui se connaissaient déjà depuis quelques années) qui ont consacré du temps et de l'énergie pour construire une base solide, avant de la proposer à d'autres indeps soigneusement sélectionnés (des statuts, des règles, un positionnement, des objectifs à court/moyen/long terme etc.)

EPAULE a écrit : On ne peut plus travailler tout seul dans son coin. Un informaticien qui gère ces recherches de missions ou sa SAS d'une façon artisanale, n'ira pas loin, ne serait-ce qu'avec les charges.
Il y a des contre exemples ici même sur ce forum ! On peut avoir envie de se regrouper, ce n'est en aucun cas une obligation. Ça peut m'intéresser mais si et seulement si je trouve des associés crédibles, dans le cas contraire je sais que je peux continuer à mener ma petite barque sans problème. Et puis le coup des charges, franchement. Si vous pouvez nous éviter ce couplet, merci :)
EPAULE a écrit : Évidement pour fonctionner il faudrait un local, peut être une secrétaire, mais le plus important est être entouré d'un chargé d'affaires.


C'est un début. Mais ça demande à être creusé, on est loin du compte. Là c'est comme si le mec qui veut courir le marathon de New York disait "il faudrait peut être que je m'achète des baskets" :lol:

NB: encore une fois je ne cherche pas à vous décourager, prenez plutôt mon message comme un coup de pied au c.l pour que vous avanciez sur ce sujet qui manifestement vous intéresse. Avez-vous dans votre entourage professionnel 1 ou 2 autres freelances que l'idée intéresse ? Parlez-en sérieusement avec eux et organisez des premiers ateliers de travail (sans bière !) pour poser les grandes lignes du projet. Bon courage !