100 % FREELANCE 100 % IT
100 % FREELANCE 100 % IT
 

Le client final ne veut pas traiter avec des freelances

pacodoso

278 Messages

impliqué
15/03/2018 à 17:34

Bonjour,

Après avoir parcouru le forum, j'ai vu que plusieurs d'entres nous ont déjà confronté à un problème similaire : un client final qui "refuse" de traiter avec les freelances, ce qui nécessite donc de passer par du portage salarial, ou par un CDD avec une SSII.

C'est le cas au quel je suis confronté aujourd'hui. Une agence web/mobile m'avait contacté il y a quelques semaines pour me proposer une mission sur une techno qui m'intéresse. Connaissant le client final, je connaissais déjà son aversion pour les freelances. Mais le responsable de l'agence m'avait alors expliqué qu'en raison de "rapports privilégiés" avec le client, cela ne serait pas un problème, et je lui ai donc donné mon feu vert pour présenter mon CV.

Aujourd'hui, il est revenu vers moi en m'expliquant que le client était intéressé par mon profil, mais qu'il faudrait que je signe un contrat de travail avec eux.

Il me propose ainsi 2 alternatives :
- un CDD, en répercutant l'intégralité du TJM que je demande sur le salaire versé
- un CDD, avec un salaire "minimum", et le reste du TJM facturé sous forme de "prestations" par ma structure

Comme je suis en SARL, avec un statut de TNS, que j'ai des frais fixes (comptable, compte pro, ...) et une mutuelle Madelin, je n'y vois aucun intérêt...

Mais une des 2 options est-elle "moins pire"?

J'aimerais également essayé de comprendre ce qui pousse les clients finaux à ne pas traiter avec les freelances, car cette situation me semble absurde et paradoxale :
- dans ma région, n'importe quelle SSII (grande/petite) peut traiter avec ce client : en quoi cela apporte-t-il plus de garanties qu'un freelance?
- pensez-vous que cela se joue par rapport aux statuts de la société? (auto-entrepreneur/SARL/SASU/capital)

Au cours d'un énième entretien avec une SSII, nous avons abordé le sujet de ce client : selon le commercial, c'est le statut du "freelance" lui-même qui poserait problème au client. Le fait qu'un freelance puisse partir "rapidement" sur un autre projet. Mais encore une fois, ne vaut-il pas mieux un freelance motivé pendant quelques mois, qu'un salarié de SSII complètement démotivé qui n'aura pas la possibilité (ou le courage) de quitter une mission qui ne lui plait pas?

Merci d'avance pour vos retours!

chamamo

12 Messages

discret
15/03/2018 à 18:25

En ce qui me concerne j'ai déjà eu des propositions de ce genre, des SSII qui me propose soit un CDI chantiers, soit un contrat de quelques jours afin de lui présenter au client (société générale en l'occurence), j'ai refusé car même si la combine passe je vais vivre avec la peur au ventre, que le client m'éjecterais le jour ou il se rende compte de mon statut de freelance.

Tap

1679 Messages

Grand Maître
15/03/2018 à 18:29

Si ce qui les gêne, c'est que vous puissiez partir "rapidement", rien n'empêche de mettre dans le contrat un préavis de 3 mois (symétrique, évidemment). Cela vous mettrai complètement à égalité avec un salarié de la SSII. Si c'est réellement le problème, c'est une solution.

En terme de "risque" pour le client final, EURL/SASU sont plus rassurantes que les EI (et encore plus qu'AE, mais bon on est pas dans ce cas ici). A priori, il n'y a pas eu de jurisprudence requalifiant des freelances en société en tant que salarié (alors qu'en EI, et surtout en AE, ca existe).

Quand aux alternatives, perso je dirais non tout net. Déjà parce que vous aviez remonté le sujet avant qu'ils présentent votre CV et qu'ils vous avaient assuré que ça ne posait pas de pb (mais bon, ils vous ont a priori raconté des bobards). Selon ma situation (en galère ou tranquille), je les mets même en blacklist pour s'être fichu de moi.

Ensuite, car les 2 alternatives sont mauvaises :
La 1 vous donne un revenu net très inférieur, et en plus vous continuez a devoir prendre en charge les frais de votre structure, pour rien
La 2 est une magouille qui est sans doute requalifiable en abus de droit (si pas totalement illégale d'ailleurs...). Avoir 2 "canaux" de rémunération pour la même mission avec la même société... ca pue.

cacail

379 Messages

impliqué
15/03/2018 à 18:38

Je pense que c'est une position tenue par certains clients qui n'a pas vraiment de fondement. Les seules "explications" qui me viennent à l'esprit sont :
- Une méconnaissance du statut qui fait peur ;
- Une (ou plrs) mauvaises expériences avec des indépendants qui ont refroidi le client.

L'argument avancé par le commercial de la SSII ne tient pas. Si un salarié pète un plomb et n'a plus envie de bosser, il peut tout à fait le faire... les arrêts maladie, l'abandon de poste, ...
Le pire est encore le cas que vous avancez, i.e. le salarié démotivé qui reste parce qu'il y est obligé par sa SSII.

De mon point de vue, la seule solution serait d'avoir une discussion tripartite avec le client final et la SSII pour comprendre ses réticences à travailler avec un Freelance et potentiellement, lui proposer d'ajouter des clauses contractuelles pour le rassurer.
Si la discussion n'est pas possible ou n'aboutit pas, perso, je passerai à autre chose.

pacodoso

278 Messages

impliqué
15/03/2018 à 19:00

Vous avez raison...

Après pour connaitre les "vraies raison" du client, ça risque d'être compliqué. J'ai pour l'instant uniquement les interprétions/explications des commerciaux traitant avec lui.

Le client est plus le gros "employeur" de prestataires informatiques dans la région : j'ai moi même effectué 2 prestations lorsque j'étais en SSII. Du coup il profite de la situation pour imposer ses conditions : des tarifs bas, des conditions strictes, ...

Il a également mis en place une autre pratique plus que douteuse : une "liste de noire" des sous-traitants qui ne lui conviendraient pas. J'ai moi-même été confronté à cette pratique lors de mon deuxième passage chez le client : comme la mission ne me convenait pas, j'avais commencé à passer des entretiens dans d'autres SSII. Une des SSII a eu la bonne idée d'envoyer mon CV au client sans m'avertir, alors que j'y étais encore. Le client l'a donc mal pris et avait averti ma SSII de l'époque qui m'a demandé de choisir : j'avais démissionné dans la foulée. Par la suite, les SSII qui essayaient de me placer chez le client m'avaient confirmé que j'étais bien "blacklisté".

Je serais curieux de connaitre la légalité d'une telle pratique, surtout avec la RGPD qui arrive.

ENiYi

402 Messages

impliqué
15/03/2018 à 19:13

Bonjour,

On a discuté de cette histoire il n’y a pas très longtemps. Il y a quand même un principe primordial qui a l’air de s’oublier : Freelance = Indépendant; liberté de choix des missions, de services, de gestion de soi, etc. Donc qu’on vous propose de telles combines sous le prétexte que le client final ne veut pas travailler avec les Freelance c’est qu’on ne vous intéresse que pour le côté financier et personnellement ça me gêne beaucoup. Déjà, je ne pense pas que ce soit plus intéressant et certains montages comme l’ont dit certains sont borderline. Les SSII sont en difficulté et passent par divers moyens pour continuer à maintenir un rapport employeur-salarié avec les consultants; cela passe par la création de filiales de portage salarial ou les fameux CDI de chantier.

Pour revenir à la question initiale de pourquoi les clients finaux ne veulent pas travailler avec les Freelance : pour moi c’est purement et simplement une entente entre SSII et responsables des achats (quand il y en a) ou DSI des clients finaux. Et même j’ai déjà entendu des cas où on m’appelle et me dit que tel client refuse les Freelance; or chez ce même client j’en connais des milliers de Freelance. Un salarié ne vaut pas mieux qu’un Freelance. Je suis plus tenu aujourd’hui en temps que Freelance de fournir un service de qualité car il en va de la continuité de ma mission donc du business pour moi. Contrairement à un salarié qui peut se planquer et qui n’en a rien à cirer. J’ai déjà eu le cas où la SSII intermédiaire m’a mis 3mois de préavis vu que c’était ça la crainte dudit client. Mais le jour où j’ai voulu partir tenez-vous bien : je suis parti en 3semaines car j’en ai discuté avec mon CP qui m’a libéré.

Perso, aucun argument ne m’est audible pour justifier de la préférence du statut de salarié à celui d'un Freelance. Perso, je n’accepterai ni l’un ni l’autre. Mais comme l’a dit Tap; selon votre situation faites le choix qui est le mieux pour vous.

N’oublions quand même pas dans Freelance il y a FREE. Il y a le côté financier mais pas que... Je ne sais pas si certains ont fait la même remarque mais : On vous parle mieux quand on sait que vous êtes Freelance que Non. Aussi, à moins de se retenir pendant 3ans mais au détour d’un café, on a vite lâcher un mot qui fait savoir qu’on est Freelance.

Ce n’est que mon avis...

findus

3822 Messages

Grand Maître
16/03/2018 à 16:15

hello

je refuse ces missions.

le client ne veut pas de freelance, qu'il prenne un vrai salarié de SSII...

A+

EURL / IS depuis 2008

pacodoso

278 Messages

impliqué
19/03/2018 à 21:55

Aujourd'hui j'ai prévenu l'agence qui m'a proposé la mission que je la refusais car je ne voulais pas d'un CDD.

J'en ai profité pour demander les raisons fournies par le client pour imposer ce mode de fonctionnement. A priori, ce serait une question de norme ISO.

Après serait-il suffisant de me faire certifier, ou est-ce une norme au niveau de leur contrat, je n'en sais rien...

ENiYi

402 Messages

impliqué
20/03/2018 à 09:42

Bonjour,

pacodoso a écrit :J'en ai profité pour demander les raisons fournies par le client pour imposer ce mode de fonctionnement. A priori, ce serait une question de norme ISO.
Après serait-il suffisant de me faire certifier, ou est-ce une norme au niveau de leur contrat, je n'en sais rien...
C'est l'excuse à la mode ces temps-ci. Je ne sais pas d'où elle sort cette norme ISO mais ce n'est que du bla bla... D'ailleurs de quelle ISO s'agit-il ici? J'ignore ce qu'elle vaut également; mais s'il y a quelqu'un qui doit se conformer à des règles vis à vis du client final, c'est plutôt la SSII et non vous. C'est eux qui ont un contrat avec le client final.

Je doute que le fait de vous faire certifier soit suffisant; ici il est juste question de s'en mettre plein les poches pendant qu'un autre va travailler. Quite à être certifié, autant que ce soit pour signer directement avec le client final.

Cdt

pacodoso

278 Messages

impliqué
20/03/2018 à 10:10

ENiYi a écrit :C'est l'excuse à la mode ces temps-ci. Je ne sais pas d'où elle sort cette norme ISO mais ce n'est que du bla bla... D'ailleurs de quelle ISO s'agit-il ici? J'ignore ce qu'elle vaut également; mais s'il y a quelqu'un qui doit se conformer à des règles vis à vis du client final, c'est plutôt la SSII et non vous. C'est eux qui ont un contrat avec le client final.

Je doute que le fait de vous faire certifier soit suffisant; ici il est juste question de s'en mettre plein les poches pendant qu'un autre va travailler. Quite à être certifié, autant que ce soit pour signer directement avec le client final.

Cdt
C'est l'excuse que le client donnerait à la SSII, pas que la SSII me donne à moi pour m'imposer le CDD. Après je ne sais (toujours) pas si c'est vrai, ou ce que ce que la norme ISO peut imposer ou régler comme problème...

Si certains ont plus d'infos sur le sujet, ça permettrait d'éclaircir cette situation!

bolhrak

41 Messages

actif
21/03/2018 à 11:43

Bonjour,

Je pense qu'il faut demander à la SSII de quelle norme il s'agit, et voir ensuite si elle est "transitive" (je ne sais même pas si cela est possible pour une norme ISO).

Dans le cas de l'ISO 9001 par exemple, une entreprise certifiée ISO 9001 peut travailler avec des fournisseurs qui ne le sont pas. La norme impose seulement que l'entreprise certifiée s'assure de la qualité fournie par ses fournisseurs. Certaines demandent par facilité que les fournisseurs soient eux aussi certifiés ISO 9001 par facilité, mais ce n'est en rien imposé par la norme.

Dans votre cas, la norme est imposée à la SSII puisque c'est elle qui établit le contrat avec le client, donc si la norme est du type ISO 9001, ce n'est pas le client qui refuse de travailler avec des indépendants, mais la SSII.

Par ailleurs se faire certifier demande du temps et de l'argent (il faut établir un dossier, se faire auditer, en général se faire accompagner par un cabinet de conseil pour mettre en place les différents actions permettant d'obtenir la norme).

Ceci dit, je partage l'avis de ENiYi, ça sent la tentative d'enfumage à plein nez et vous devriez peut être creuser un peu plus le sujet si vous asouhaitez continuer à travailler avec eux.

herge

27 Messages

actif
06/04/2018 à 00:38

Un certain nombre de sociétés refusent de travailler avec les freelances, les grosses banques principalement, suite apparemment à un précédent sur le délit de marchandage.

Je travaille dans une grosse banque où l'intermédiaire m'a demandé de cacher mon statut, ce que je fais sans rechigner.

raduro19

546 Messages

impliqué
06/04/2018 à 15:27

LA 2 est possible, deux canaux de rémunération pour la même mission .... pas tout à fait . Tu as un canal en CDI/CDD de formateur par ex et le reste sur ta structure. Par contre le vrai sujet a été longuement débattu sous toutes les coutures, es-tu sécure sur ta position actuelle, es-tu en galérè ou as-tu suffisamment les reins solides pour laisser passer plusieurs mois de recherche. Si oui privilégies la qualité de la mission sinon arbitre tes priorités.
Rad

83514939400016

6 Messages

nouveau
13/02/2020 à 07:21

En fait ce sont les ingénieurs d'affaires des SSII qui préfèrent cela car ça leur fait plus de marge. En SASU, par exemple, on peut communiquer que l'on est salarié et ne pas communiquer sur la structure. :roll:

Freelance91

1202 Messages

Grand Maître
13/02/2020 à 08:57

Ce n'est pas aussi simple, il faut être salarié d'une entreprise référencée chez le client.

p.s : il n'y a pas d'ingénieur d'affaire en SSII, il y a juste des commerciaux, les mêmes qui hier vendaient des patates, vendent aujourd'hui de la prestation intellectuelle :lol:

83514939400016

6 Messages

nouveau
13/02/2020 à 09:41

Dans ce cas, demandez un salaire conséquent qui permet à la SSII de ne vous garder que pendant la période de la mission.

Par exemple 82500€ en brut sur 12 mois et 7500€ de bonus garanti.

L'avantage c'est que vous aurez droit aux assurances chômages.

Vous vous y retrouver pour un equivalent de TJM à 750€/J.

:P

Freelance91

1202 Messages

Grand Maître
13/02/2020 à 10:02

Avec ce salaire et ce TJM, la SSII ne fait quasi pas de bénéfice.

Papus007

532 Messages

impliqué
13/02/2020 à 11:24

Avec ce TJM, on se fait plus de 100 Ke de revenus nets en EURL IS.
Alors, pourquoi se contenter de 82 Ke brut (soit 63 Ke en net) en passant par une SSII ?

100 Ke vs 63 Ke

Freelance91

1202 Messages

Grand Maître
13/02/2020 à 11:36

Parce qu'en tant que salarié de SSII, il y a plus de charges ( cotisations chômages entre autres ) et plus de monde à nourrir :shock:

_lael

380 Messages

impliqué
13/02/2020 à 14:51

Faut bien nourrir les parasites et les commerciaux qui vont empocher un bonus de 500-1000€/mois sur ton dos pendant toute la durée de ta mission.

Freelance91

1202 Messages

Grand Maître
13/02/2020 à 16:33

Le système des SSII relève du proxénétisme aggravé en bande organisée :lol:

jmolive

2186 Messages

Grand Maître
14/02/2020 à 10:36

_lael a écrit :Faut bien nourrir les parasites et les commerciaux qui vont empocher un bonus de 500-1000€/mois sur ton dos pendant toute la durée de ta mission.
Il faut nourrir toute la France :
- ceux qui sont sur ton dos pendant la durée de la mission
- ceux qui ont besoin de se loger via la CAF
- ceux qui font des enfants via la CAF
- ceux qui bossent aux impôts
- ceux qui bossent aux urssaf
- ceux qui bossent aux RSI/CPAM/RAM
- les enseignants qui sont souvent en congés
- les employés du public qui souvent sont à 50% de charges
- les malades
- les chômeurs
- les RSA
- ..etc
- ..etc

Faut être con pour bosser en France non ???

Gérant maj. EURL IS clot 30/09

hmg

25581 Messages

Grand Maître
15/02/2020 à 22:50

Bonjour,

1/ AILLEURS DANS L'ESPACE

Il y a aussi des contributions dans les autres pays. Même si en Europe, la solidarité est importante, il faut voir que ce qui n'est pas solidarité comme en France se paye autrement ailleurs.

Dans certains pays, pas d'accès aux soins pour les démunis. Donc des épidémies et maladies qui disparaissent ailleurs toujours présentes.

Dans d'autres, il n'est pas rare de voir les gens loger dans des immeubles ou lotissements avec accès sécurisés avec gardiens.

Dans d'autres encore, si les taxes et impôts nationaux sont faibles, les taxes locales peuvent être très importantes.

2/ AILLEURS DANS LE TEMPS

Vous n'avez jamais bénéficié de cette solidarité de votre côté ?

Ecole publique ? Soins ? Allocations familiales pour vos parents ? (...)


Je pense qu'il est difficile de bien comparer à la fois ce qui est possible ailleurs et comment l'on aurait pu arriver où nous en sommes avec les règles de cet ailleurs.

Cordialement,

- HMG - hmg_71@yahoo.fr
Expert comptable - Paris - www.hmgec.com
Pensez à regarder le contexte et la date des réponses. Elles ne s'appliquent pas toujours à tous les cas.

jmolive

2186 Messages

Grand Maître
16/02/2020 à 10:59

Bonjour HMG,

Je suis d'accord avec vous mais le compte ne me semble pas y être.
La qualité de nos services est dramatiquement faible pour tous les efforts/finances nécessaires.

Prenons les 3 exemples :

- Ecole : la qualité du public est quasiment directement reliée au prix de l'immobilier. Mes enfants sont dans le privé. Je suis très critique sur les enseignants : leur manque d'implication vient probablement d'un salaire fixe public, d'avancement et donc de reconnaissance.
Si je pouvais je préférerais ne plus payer d’impôt pour cela et paierais des écoles à 100% en direct.

- Soins : cela fait 8 ans à présent que je n'ai pas vu un médecin. Je continue la visite annuelle chez le dentiste. En général, je n'ai rien sauf une fois, une seule fois où j'ai eu besoin de soin pour une carie, directement une couronne -bien déçu) et ... à peine remboursée, la mutuelle ne fait qu'une partie du chemin ... minable ! je paye des milliers d'assurance maladie obligatoire chaque année. Idem pour des lunettes, c'est minable.
J'ai arrêté la mutuelle complémentaire. Depuis je tiens un PnL pour voir mon avance et mon auto assurance.
Si je pouvais je sortirais complètement de tout cette organisation sur laquelle je n'ai rien choisi et qui s'impose à nous.
Et si par malheur, un jour, je dois payer 20000 hében je paierai 20000.
A moi je bien m'entretenir et faire attention pour augmenter mes probabilités de bonne santé.
La conséquence, c'est qu'on augmente la prévention/responsabilisation.

- CAF jamais vu, et la connerie va jusqu'au point de me rendre 32€ par mois pour mes 2 enfants après nous en avoir prélevé plusieurs milliers chaque année. Ca encourage ceux qui n'en ont pas les moyens de faire des enfants. Sans leur donner l'obligation de bien les éduquer ensuite.

Ces bons exemples illustrent le cercle vicieux :
- je suis pauvre
- je fais des enfants
- je ne m'en occupe pas bien puisque j'en ai plusieurs
- tous vont à l'école publique, ils feront bien ce qu'ils pourront, de toute façon, c'est gratuit. Ici, on dévalue l'enseignement. Puisque c'est gratuit, ça n'a plus de valeur. Ainsi suivre les cours devient peu important. Nous sommes plus exigeants et plus impliqués lorsque nous avons payé nos cours n'est-ce pas ?
Exemple des enfants qui sont contents lorsque le prof est absent :( alors c'est eux qui trinquent à la fin ...
- et en utilisant toutes les aides possibles, ils vivront bien quand même : CPAM, CAF, aide d'insertions, de formations (oui on y revient encore gratuitement avec le pole emploi !!), écoles et CAF pour leurs enfants ... on refait un tour, on creuse la tombe.

Et ensuite : on voit nos infos.
La France le pays le plus taxé du monde, le système de retraite qu'il faut sauver, la sécu qu'il faut sauver, la dette, les transferts de poches CSG, CRDS ...etc

A la fin, la solidarité et l'emploi public déresponsabilisent, appauvrissent, et enlèvent la fierté et le moral de tout ceux qui y travaillent (augmentant le nombre de dépressions et d'arrêts maladie).

On se retrouve dans un pays où la non responsabilisation, l'oisiveté, le travail mal fait, la non prévention et la pauvreté sont encouragés.

Alors je ne suis pas 100% contre du social mais je crois qu'il y a un juste milieu à trouver en baissant franchement les aides, en baissant franchement les cotisations obligatoires et en créant une matière éducative, du CP au lycée, pendant toute la scolarité, sur vivre en France : prévention santé, responsabilisation citoyenne, prix de l'éducation, des soins, de l'urbanisme, des transports, des déchets...etc.Etc

Pardon pour le HS :oops:

Gérant maj. EURL IS clot 30/09

Papus007

532 Messages

impliqué
16/02/2020 à 12:09

jmolive a écrit :Bonjour HMG,

Je suis d'accord avec vous mais le compte ne me semble pas y être.
La qualité de nos services est dramatiquement faible pour tous les efforts/finances nécessaires.

Prenons les 3 exemples :

- Ecole : la qualité du public est quasiment directement reliée au prix de l'immobilier. Mes enfants sont dans le privé. Je suis très critique sur les enseignants : leur manque d'implication vient probablement d'un salaire fixe public, d'avancement et donc de reconnaissance.
Si je pouvais je préférerais ne plus payer d’impôt pour cela et paierais des écoles à 100% en direct.

- Soins : cela fait 8 ans à présent que je n'ai pas vu un médecin. Je continue la visite annuelle chez le dentiste. En général, je n'ai rien sauf une fois, une seule fois où j'ai eu besoin de soin pour une carie, directement une couronne -bien déçu) et ... à peine remboursée, la mutuelle ne fait qu'une partie du chemin ... minable ! je paye des milliers d'assurance maladie obligatoire chaque année. Idem pour des lunettes, c'est minable.
J'ai arrêté la mutuelle complémentaire. Depuis je tiens un PnL pour voir mon avance et mon auto assurance.
Si je pouvais je sortirais complètement de tout cette organisation sur laquelle je n'ai rien choisi et qui s'impose à nous.
Et si par malheur, un jour, je dois payer 20000 hében je paierai 20000.
A moi je bien m'entretenir et faire attention pour augmenter mes probabilités de bonne santé.
La conséquence, c'est qu'on augmente la prévention/responsabilisation.

- CAF jamais vu, et la connerie va jusqu'au point de me rendre 32€ par mois pour mes 2 enfants après nous en avoir prélevé plusieurs milliers chaque année. Ca encourage ceux qui n'en ont pas les moyens de faire des enfants. Sans leur donner l'obligation de bien les éduquer ensuite.

Ces bons exemples illustrent le cercle vicieux :
- je suis pauvre
- je fais des enfants
- je ne m'en occupe pas bien puisque j'en ai plusieurs
- tous vont à l'école publique, ils feront bien ce qu'ils pourront, de toute façon, c'est gratuit. Ici, on dévalue l'enseignement. Puisque c'est gratuit, ça n'a plus de valeur. Ainsi suivre les cours devient peu important. Nous sommes plus exigeants et plus impliqués lorsque nous avons payé nos cours n'est-ce pas ?
Exemple des enfants qui sont contents lorsque le prof est absent :( alors c'est eux qui trinquent à la fin ...
- et en utilisant toutes les aides possibles, ils vivront bien quand même : CPAM, CAF, aide d'insertions, de formations (oui on y revient encore gratuitement avec le pole emploi !!), écoles et CAF pour leurs enfants ... on refait un tour, on creuse la tombe.

Et ensuite : on voit nos infos.
La France le pays le plus taxé du monde, le système de retraite qu'il faut sauver, la sécu qu'il faut sauver, la dette, les transferts de poches CSG, CRDS ...etc

A la fin, la solidarité et l'emploi public déresponsabilisent, appauvrissent, et enlèvent la fierté et le moral de tout ceux qui y travaillent (augmentant le nombre de dépressions et d'arrêts maladie).

On se retrouve dans un pays où la non responsabilisation, l'oisiveté, le travail mal fait, la non prévention et la pauvreté sont encouragés.

Alors je ne suis pas 100% contre du social mais je crois qu'il y a un juste milieu à trouver en baissant franchement les aides, en baissant franchement les cotisations obligatoires et en créant une matière éducative, du CP au lycée, pendant toute la scolarité, sur vivre en France : prévention santé, responsabilisation citoyenne, prix de l'éducation, des soins, de l'urbanisme, des transports, des déchets...etc.Etc

Pardon pour le HS :oops:
@jmolive
On dirait que vous découvrez les travers du communisme.

😂😂😂