100 % FREELANCE 100 % IT
100 % FREELANCE 100 % IT
 

Passer de EIRL à autoentrepreneur

Leo-eirl

4 Messages

nouveau
16/05/2018 à 15:03

Bonjour,

J'espère ne pas faire un impair en rédigeant ce message sans m'être présenté auparavant :).
Je suis en EIRL (régime réel / IS) depuis août 2017 avec un CA annuel cible d'environ 75/80K. Les nouveaux plafonds pour les autoentrepreneurs de 2018 sont au final bien plus intéressants pour moi que l'EIRL.
Je cherche donc à passer en autoentreprise et je trouve très peu de documentation sur le sujet, voir des informations contradictoires.

Mes questions sont donc les suivantes :
- Savez-vous si le passage simple d'EIRL vers AE est possible, afin de bénéficier des nouveaux plafonds (en réduisant mon activité pour ne pas les dépasser), et ce de manière rapide ? (j'ai entendu 2 ans de délai, mais ça me semble délirant et assez injuste vu l'évolution des plafonds qu'il y a eu)
- Si ce n'est pas possible, savez-vous s'il est possible de clôturer mon EIRL pour recréer une auto-entreprise ?
- Si cela n'est également pas possible, peut-on transformer son EIRL en une SA (SASU par exemple) et re-créer une autoentreprise derrière ?

Merci par avance !

hmg

25781 Messages

Grand Maître
19/05/2018 à 06:41

Bonjour,

Membre-126566 a écrit :J'espère ne pas faire un impair en rédigeant ce message sans m'être présenté auparavant :).
Puisque vous en parlez, membre-xxxxxx, pouvez vous regarder pour modifier votre pseudo (il y a plus de 10 "membre-xxxxxx" actuellement sur les forums).
Membre-126566 a écrit :Je suis en EIRL (régime réel / IS) depuis août 2017 avec un CA annuel cible d'environ 75/80K. Les nouveaux plafonds pour les autoentrepreneurs de 2018 sont au final bien plus intéressants pour moi que l'EIRL.
Je cherche donc à passer en autoentreprise et je trouve très peu de documentation sur le sujet, voir des informations contradictoires.

Mes questions sont donc les suivantes :
- Savez-vous si le passage simple d'EIRL vers AE est possible, afin de bénéficier des nouveaux plafonds (en réduisant mon activité pour ne pas les dépasser), et ce de manière rapide ? (j'ai entendu 2 ans de délai, mais ça me semble délirant et assez injuste vu l'évolution des plafonds qu'il y a eu)
- Si ce n'est pas possible, savez-vous s'il est possible de clôturer mon EIRL pour recréer une auto-entreprise ?
- Si cela n'est également pas possible, peut-on transformer son EIRL en une SA (SASU par exemple) et re-créer une autoentreprise derrière ?
Vous ne pouvez pas renoncer à l'option IS.

Par ailleurs, vous êtes déjà en EI (EIRL).

Etes vous certain que le micro fiscal est avantageux pour vous ?

Comparatif rapide :
- EIRL : Vous êtes imposé sur la rémunération prise après abattement de 10% (cotisations sur la rémunération non abattue).
- Micro : Vous êtes imposé sur un forfait (qui peut ne pas être avantageux). Le forfait de frais en BNC est de 34% (cotisations comprises).

Les statistiques pour les conseils donnent +/- 45% de charges pour un CA de 70k (plus élevé pour des CA plus faibles en raison des frais fixes).

Cela veut dire que si c'est avantageux pour certains d'être en micro, cela ne l'est pas pour tous (J'ai fais le calcul avec mes clients anciens ayant moins de 70k de CA : 75% des personnes concernées devaient déclarer au réel).

A noter : Du fait de la présence de la TVA, même si la comptabilité est simplifiée (les opérations sans TVA pourraient ne pas être affectées ) des postes/comptes particuliers), elle doit tout de même exister en micro.

Cordialement,

- HMG - hmg_71@yahoo.fr
Expert comptable - Paris - www.hmgec.com
Pensez à regarder le contexte et la date des réponses. Elles ne s'appliquent pas toujours à tous les cas.

Leo-eirl

4 Messages

nouveau
22/05/2018 à 09:47

hmg a écrit :Bonjour,


Etes vous certain que le micro fiscal est avantageux pour vous ?

Comparatif rapide :
- EIRL : Vous êtes imposé sur la rémunération prise après abattement de 10% (cotisations sur la rémunération non abattue).
- Micro : Vous êtes imposé sur un forfait (qui peut ne pas être avantageux). Le forfait de frais en BNC est de 34% (cotisations comprises).

Les statistiques pour les conseils donnent +/- 45% de charges pour un CA de 70k (plus élevé pour des CA plus faibles en raison des frais fixes).

Cela veut dire que si c'est avantageux pour certains d'être en micro, cela ne l'est pas pour tous (J'ai fais le calcul avec mes clients anciens ayant moins de 70k de CA : 75% des personnes concernées devaient déclarer au réel).

A noter : Du fait de la présence de la TVA, même si la comptabilité est simplifiée (les opérations sans TVA pourraient ne pas être affectées ) des postes/comptes particuliers), elle doit tout de même exister en micro.
Merci pour ces informations.
D'après les informations que j'avais trouvé, étant en profession libérale, le forfait de charge sociale est de 22% et AE me concernant. Sachant que j'ai très peu de frais courants (quelques centaines d'euro grand maximum par mois). Comment trouvez-vous 45% svp ? Je me demande si j'ai les bons chiffres.

Cordialement.

hmg

25781 Messages

Grand Maître
22/05/2018 à 18:21

Bonjour,

1/ Comptez vous les cotisations dans vos charges (22%).

2/ Comptez vous votre bureau ? (loyer, taxes, charges, consommations, entretien)

3/ Vos frais de déplacement ?

4/ Vos frais de telecom ?

5/ Documentation, logiciel ? (dont la compta)

6/ Matériel, ordinateur ?

7/ Fournitures ?

8/ CFE

9/ assurance RC Pro (regardez votre contrat, est-ce obligatoire en plus d'être prudent)

10/ Frais bancaires.

11/ ...

Cordialement,

- HMG - hmg_71@yahoo.fr
Expert comptable - Paris - www.hmgec.com
Pensez à regarder le contexte et la date des réponses. Elles ne s'appliquent pas toujours à tous les cas.

Leo-eirl

4 Messages

nouveau
23/05/2018 à 10:31

hmg a écrit :Bonjour,

1/ Comptez vous les cotisations dans vos charges (22%).

2/ Comptez vous votre bureau ? (loyer, taxes, charges, consommations, entretien)

3/ Vos frais de déplacement ?

4/ Vos frais de telecom ?

5/ Documentation, logiciel ? (dont la compta)

6/ Matériel, ordinateur ?

7/ Fournitures ?

8/ CFE

9/ assurance RC Pro (regardez votre contrat, est-ce obligatoire en plus d'être prudent)

10/ Frais bancaires.

11/ ...
Merci pour votre réponse.

1/ De ce que j'ai compris, le forfait de charge en AE contient toutes les cotisations obligatoires et légales. Y en a-t-il d'autres à intégrer ?

2/ Je fais des prestations en régie, donc chez mes clients. Donc pas de frais à ce niveau, ou des frais très réduits (repas).

3/ Je vais chez mes clients à pied en ce moment. Et je n'accepte que des clients locaux. Si un client m'envoie à distance, je peux lui demander de prendre à sa charge les frais de déplacement.

4/ Pris en compte (19 € / mois)

5/ Peu de frais là-aussi. En AE, je gérerai ma compta moi-même.

6/ Déjà acheté en EIRL. Tout neuf.

7/ Pas de fourniture particulière.

8/ Je ne connais pas encore le montant de la CFE (EIRL de moins d'un an).

9/ Je n'en ai pas pour le moment.

10/ Très bas.

Grosso modo, tout cela mis bout à bout ne représente pas plus de 100 € / mois pour le moment. La particularité de mon activité est de n'avoir que très très peu de frais courants.
Je crois comprendre que vous déconseillez AE pour les personnes ayant des frais assez conséquents, du fait que les charges en AE ne sont pas déductibles.
Qu'en est-il pour les gens comme moi ayant très peu de frais ? Y-a-t-il des charges cachées que je ne vois pas, au delà du forfait de 22% ?
Enfin, si AE est plus intéressant dans mon cas, quelles sont les possibilités pour pouvoir passer de EIRL en AE et quel délai cela prend ?

Merci beaucoup pour votre aide : je paie une prestation de comptabilité et n'ai jamais eu le début du commencement d'une explication aussi précise que la votre ! Raison de plus, par ailleurs, pour laquelle je serai plus à l'aise en AE.

hmg

25781 Messages

Grand Maître
23/05/2018 à 23:45

Bonjour,

Si l’AE est acceptée par votre client direct (risques plus forts qu’en EI classique) :

1/ Vous payez un forfait de 22%. Forfait qui peut être plus ou moins élevé que la réalité.

Exemple : vous payez 22% des cotisations de novembre/décembre en 2018. Si novembre et décembre 2017 sont importants, vous avez peut être payé un énorme montant de cotisations qui seraient des charges au réel.

2/ vous faites votre administratif et gardez vos archives chez votre client ? Vous n’avez pas une activité ambulante. Vous allez même payer une CFE. Pour les repas, on vous apres (consommation = EDF GDF eau fioul bois).

3/ aujourd’hui vous vous déplacez peu (on peut intégrer les repas pris seuls ici). Si un client vous rembourse des frais, c’est à ajouter à votre CA.

5/ il faudra un logiciel et de la documentation.
Rappel : si vous êtes assujetti à tva, les’obligations sont plus lourdes.

6/ donc à compter en produit lors du retour dans votre patrimoine privé.

7/ feuilles, stylos, ampoules, agrafes, classeurs...

8/ demandez à un voisin. Dans certaines communes cela fait mal.

Si effectivement, vous avez des frais faibles et que votre client direct accepte, c’est intéressant.

Cordialement,

- HMG - hmg_71@yahoo.fr
Expert comptable - Paris - www.hmgec.com
Pensez à regarder le contexte et la date des réponses. Elles ne s'appliquent pas toujours à tous les cas.

François2

260 Messages

impliqué
24/05/2018 à 01:16

J'ai l'impression que c'est la mode maintenant le passage à AE avec l'augmentation du plafond, certes à 22% c'est intéressant avec moins de complication mais il y a l'IR aussi à ne pas oublier , et surtout facturation HT

Leo-eirl

4 Messages

nouveau
24/05/2018 à 09:55

Merci pour votre aide, mais je suis certain (j'ai fait mes projections depuis un moment) qu'AE est plus intéressant dans mon contexte, qui est un peu particulier. Et
l'IR est effectivement conséquent mais je reste malgré tout à 7K net au dessus de la rémunération que je vise en EIRL, en prenant en compte l'IR.
Concernant tous les points que vous évoquez Hmg, je les ai déjà analysé. Je sais par exemple que la CFE dans ma ville est très acceptable (je n'ai plus le montant exact en tête), je n'ai aucune fourniture (ni cahier, stylo etc., ou alors 1 par an à la limite), et mon client aura aucun problème à ce que je sois en AE (ni les futurs clients). Pour les loyers etc., je fais l'administration chez moi et je ne le prends pas en compte dans mes charges (trop compliqué pour un gain très minime dans mon cas).

Ma question porte surtout sur les moyens de passer en AE. Je re-liste mes questions ci-dessous ici pour simplifier :
- Savez-vous si le passage simple d'EIRL vers AE est possible et ce de manière rapide ?
- Si ce n'est pas possible, savez-vous s'il est possible de clôturer mon EIRL pour recréer une auto-entreprise ?
- Si cela n'est également pas possible, peut-on transformer son EIRL en une SA (SASU par exemple) et re-créer une autoentreprise derrière ?

Merci.

Pragmateek

1222 Messages

Grand Maître
24/05/2018 à 21:42

Bonsoir,

je vais peut-être dire une ânerie mais je suis persuadé qu'avant on ne pouvait pas être AE si on avait déjà une activité d'indépendant (EURL j'en suis sûr à 99%, EI(RL) à voir).

L'idée étant que l'AE soit une rampe de lancement pour tester un marché et ses propres capacités à faire du cash en dehors du cocon du salariat avant de couper le biberon.

Et sans délai de carence ça me semble d'autant plus délicat, car c'est un simple arbitrage fiscal/social qui risque d'être défavorable à l'État.

hmg

25781 Messages

Grand Maître
27/05/2018 à 07:31

Bonjour,

Je ne connais pas les nouvelles règles. Il existait avant une année franche à respectée pour que les organismes acceptent le micro. Maintenant avec les changements de seuils et les changements réguliers de règles, je ne sais pas.

Cordialement,

- HMG - hmg_71@yahoo.fr
Expert comptable - Paris - www.hmgec.com
Pensez à regarder le contexte et la date des réponses. Elles ne s'appliquent pas toujours à tous les cas.