100 % FREELANCE 100 % IT
100 % FREELANCE 100 % IT
 

Recourir à un indépendant = 50% plus cher qu'un salarié ?

guillaume.bo

5 Messages

nouveau
22/09/2018 à 15:21

Salut,

Je prépare mon passage d'une activité salarié à une activité freelance, et ne trouve pas d'explication sur ce point : outre l'absence d'attache avec le travailleur (pas de licenciement ou de travailleur indésirable à traîner comme un boulet si cela se passe mal) et la faculté de trouver une compétence précise/rare plus facilement, il me semble que ce n'est pas du tout intéressant financièrement pour l'entreprise.

Prenons cet exemple :

- Une entreprise choisit de recruter un salarié en CDI à temps plein (dont 10j RTT/an) pour un salaire de base de 50 000€ brut annuel + prime sur objectifs de 5 000€ brut. Ajoutons désormais les charges patronales là où elles s'appliquent, et autres avantages non-soumis à cotisations (tickets restaurant, intéressement) : le salarié coûte à l'entreprise 85 000€ par an pour 37 heures par semaine (rappel : ce qui représente 217 jours de travail effectif, que l'on utilisera ici comme pivot)

- Une entreprise choisit de passer contrat avec un indépendant pour le même travail et la même durée (i.e. on reprend les 217 jours posés comme pivot). En s'accordant sur 217 jours, ils sont tous deux conscients que l'indépendant s'est ménagé l'équivalent en repos du trio CP/RTT/fériés d'un salarié. Tous deux conviennent d'un TJM de 600€ HT : l'indépendant coûte à l'entreprise 130 000€ par an pour 37 heures par semaine

Au final, pour un même besoin et une même durée de travail, l'indépendant coûte moitié plus cher à l'entreprise.

Correct ?

Et pourtant, de nombreux secteurs ne jurent que par la sous-traitance.

guillaume.bo

5 Messages

nouveau
22/09/2018 à 15:34

J'ai lu ça et là qu'un indépendant ne facture pas plus de 150 jours par an, car il se ménage du temps de démarchage commercial, de formation, etc.

Soit, mais cela reste son affaire et ça ne change rien au fond de la question.

En reprenant le cas d'exemple, mettons que l'indépendant ne facture que 140 jours par an : il coûtera alors autant que le salarié à temps plein. Sauf qu'ici l'indépendant travaillera 80 jours de moins que le salarié.

jmolive

2194 Messages

Grand Maître
22/09/2018 à 19:09

Bonjour,
Pourquoi prends-tu le salarié à 55 k et l'indep à 600 ?
Fais idem avec le salarié à 70k et l'indep à 500 tout en comptant le même nb de jour.
Le delta restant vient de l'éjectabilité/précarité/risque.
A+

Gérant maj. EURL IS clot 30/09

htnfr

826 Messages

impliqué
22/09/2018 à 20:16

Donc, on est en train de parler les indépendants en régie à plein temps.

Prenez un ex: tu as un projet et tu as besoin de 5 personnes en 2 ans.
- Si tu les embauches en CDI, tu fais quoi avec eux après 2 ans alors qu'une fois fini, t'as peut-être besoin d'une seule personne pour maintenir.
- T'as besoin des gens, mais trouver 5 personnes d'un coup, c'est très très difficile ==> prestataires.
- Au bout de 6 mois, tu dois arrêter le projet pour plusieurs raisons (budget, changement du marché, etc. ). Veux tu continuer à payer 5 salariés?

Sinon, mon client actuel préfère largement les CDI, mais il n'arrive pas à embaucher les gens. Par conséquent, à certain moment, j'étais le seul prestataire en régie. Ils ont même parlé d'une possibilité d'arrêter les prestataires car ca coûte plus cher, mais ce n'est pas possible. Aujourd'hui, 2 prestataires dans mon équipe, une équipe de 4 prestataires d'une SSII sur place sur un projet de 6 mois, et une ou deux équipes à l'étranger d'une autre SSII sur d'autres projets.

guillaume.bo

5 Messages

nouveau
23/09/2018 à 09:27

@jmolive :
Pour l'exemple, j'avais pris le salarié à 60k en considérant 50k de salaire de base dont mutuelle + 5k de prime sur objectifs + 1k tickets restau + 1k intéressement/participation + 1k remboursement de frais + 0,5k prime de vacances SYNTEC.

En le mettant ensuite en vis-à-vis d'une formule lue sur les forums d'indépendants : TJM = rémunération salariée / 100. Ce qui nous donne 60k salarié --> 600 TJM. Ca peut très bien être une mauvaise formule, je ne sais pas.

Ton exemple ne me convint pas : un salarié rémunéré à hauteur de 70k ne posera certainement pas un TJM aussi bas que 500€ en tant qu'indépendant. Au flair uniquement, il me semble qu'un TJM de 500€ serait appliqué en province par une ESN pour un bon profil, ayant 4 ou 5 années d'expérience rémunéré 40k. Je n'ai jamais travaillé en ESN alors c'est vraiment au jugé.

@htnfr :
C'est entendu : l'entreprise trouve plus rapidement et en plus grand nombre des compétences particulières et pour une durée limitée, une souplesse que n'offre pas le salariat. Tu t'accordes aussi à dire que cette solution est plus coûteuse.

En prenant un peu de recul, j'apporte cette précision : je ne cherche pas à dézinguer les indépendants en abordant ce sujet. Je compte moi-même le devenir d'ailleurs.

Je cherche uniquement à comprendre ce qui me semble incohérent. Qui ne l'est d'ailleurs probablement pas et que je dois avoir mal compris ou mal calculé à un endroit.

htnfr

826 Messages

impliqué
23/09/2018 à 09:45

Oui, ca coûte forcément plus cher, sinon, autant de prendre que des indépendants :D .

Un autre ex très concret: un ancien collègue qui bosse dans un open space dans un grand groupe. Sur 70 personnes, il n'y a que 2 ou 3 permanents, les autres sont tous prestataires. En fait, l'informatique, ce n'est pas leur métier, mais ils ont quelques centaines de millions €€ de budgets pour plusieurs projets, sur une durée de quelques années. Dans 3 ans, ils resteront peut-être que 5-10 :D

Sinon, comme beaucoup des gens ici, on m'a déjà proposé de devenir salarié chez eux. C'est un moyen de recrutement aussi :D

guillaume.bo

5 Messages

nouveau
23/09/2018 à 09:49

Sinon, comme beaucoup des gens ici, on m'a déjà proposé de devenir salarié chez eux. C'est un moyen de recrutement aussi
Le choix a dû être vite vu Quoi que, passé un certain âge, si tu veux consacrer plus de temps à ta vie privée et moins te tenir à jour des technos, ça peut être une bonne option de repli.

htnfr

826 Messages

impliqué
23/09/2018 à 10:18

guillaume.bo a écrit : Le choix a dû être vite vu Quoi que, passé un certain âge, si tu veux consacrer plus de temps à ta vie privée et moins te tenir à jour des technos, ça peut être une bonne option de repli.
Pas forcément. Récemment, j'ai pu faire 2 mois de repos pour passer du temps avec mon bébé, ce qui est impossible si tu es salarié :D

Acathla

427 Messages

impliqué
23/09/2018 à 10:25

guillaume.bo a écrit : Je cherche uniquement à comprendre ce qui me semble incohérent. Qui ne l'est d'ailleurs probablement pas et que je dois avoir mal compris ou mal calculé à un endroit.
Je pars du principe que le client paye l'expertise pour une durée bien limitée. C'est également la garantie de ne travailler qu'avec les meilleurs talents, car celui/celle qui ne fait pas l'affaire sera non-renouvelé(e) ou congédié(e).

Autre exemple concret : un client interne qui passe par son IT se verra demander un délais d'attente d'1 à 2 ans pour réaliser un projet là où une équipe de freelances en régie délivrera le produit en 3 mois. Il y a aussi des politiques internes dans les grands groupes, et seuls les entités/services ayants le bras long peuvent utiliser les capacités internes de l'entreprise. Les autres doivent patienter longtemps, ou trouver une solution externe incluant le recrutement de freelances.
Donc oui, cela coûte plus cher, mais cela permet de réaliser le projet dans les délais.

hmg

25777 Messages

Grand Maître
23/09/2018 à 13:03

Bonjour,

guillaume.go a écrit :Je cherche uniquement à comprendre ce qui me semble incohérent. Qui ne l'est d'ailleurs probablement pas et que je dois avoir mal compris ou mal calculé à un endroit.
Pourquoi voulez vous que la logique qui conduise a prendre des indépendants soit ailleurs que les élément cités ?

Le problème est que vous ne tenez pas compte de l’importance décisionnaire des différents services d’une grande entreprise et leurs poids dans la structure.

Le technique est important dans les petites structures. Mais plus la structure grossit plus le commercial puis l’administratif, le financier et le juridique prennent du poids

Or, la logique de chaque service n’est pas la même. Le service juridique préférera des prestataires plutôt que des salariés pour limiter les risques (litiges, flexibilité...). Le service financier même si un coût à court terme est plus faible qu’un autre aura un raisonnement à plus long terme (un salarié en arrêt reste partiellement payé, le préavis est plus long, il est plus simple de prévoir le coût d’un presta que d’un salarié, le presta a sa propre rcp...).

Les discussions budgétaires sont intéressantes par ailleurs, un service voudra toujours un budget plus important et le préserver. Or un presta sur une mission ne sera pas sur le même budget. Il est ainsi plus dur de justifier un salarié même moins cher qu’un presta pour une mission à durée déterminée car il n’est pas toujours sur les mêmes budgets. Pour éviter de batailler pour réduire le budget d’un service, il est plus simple de supprimer le budget d’un projet. Mais un salarié ne permet pas cette flexibilité s’il est dans le budget du projet.

Chaque entreprise a son fonctionnement et le poids respectif des services change dans le temps. C’est pourquoi une banque décidera un jour de ne plus avoir de presta et 3 ans après changera d’idee. J’ai un client qui était salarié d’une banque. Il a bénéficié d’un plan de départ. Est revenu comme presta. Puis est redevenu salarié de la banque. Et à rebeneficie d’un plan de départ. Pour... revenir comme presta. Cela arrive bien plus souvent qu’on le pense au gré des changements des decisionnaires.

Le problème est qu’il n’assument pas les inconvénients d’un choix. Et quand l’inconvenient est trop présent, on revient en arrière entre oubliant pourquoi on avait changé au départ.

Cordialement,

- HMG - hmg_71@yahoo.fr
Expert comptable - Paris - www.hmgec.com
Pensez à regarder le contexte et la date des réponses. Elles ne s'appliquent pas toujours à tous les cas.

guillaume.bo

5 Messages

nouveau
23/09/2018 à 15:27

Merci hmg.

En effet, je ne connais que les petites à moyennes structures (jusqu'à 200 salariés). Et l'éclairage que vous apportez sur le décisionnel dans les grandes structures est apprécié.

ENiYi

402 Messages

impliqué
24/09/2018 à 10:07

Bonjour,

Avez-vous déjà entendu l'expression : l'IT est la 5ième roue du carrosse? Certains grands groupes ont fait le choix de se concentrer sur leur cœur de métier et sous-traiter tout ce qui n'en fait pas partie. Ils privilégient les recrutements sur des compétences concernant leur métier (Financiers/Traders, Actuaires, Commerciaux, etc.). Certes faire appel à un prestataire peut sembler plus cher mais cela comporte beaucoup d'avantages pour le client.

Cdt.

mixomatose

7223 Messages

Grand Maître
24/09/2018 à 10:55

Ayant géré l'IT d'une entreprise moyenne sous pression des marchés financiers, je ne peux que confirmer ce qu'a indiqué hmg. Les effectifs permanents étaient scrutés à l'unité près par la DG et les finances, alors que le buget sous-traitance, servi généreusement à la grosse louche, était 2 à 3 fois supérieur aux couts fixes des permanents.

Justifier un effectif permanent, c'était quasiment mission impossible (il fallait virer deux anciens pour une embauche), par contre, monter une équipe de freelances en régie se décidait en 10 minutes.

La flexibilité recherchée n'était pas seulement opérationnelle, mais aussi (surtout) financière.

calculette de charges sociales TNS indépendant en ligne, comparateur simulateur Autoentrepreneur EI EURL
http://www.entrepriseindividuelle.info/Calc_CharSoc.php

EricLMO

8 Messages

nouveau
25/09/2018 à 16:02

Bonjour,

On a donc le constat suivant : à compétence égale, une entreprise peut préférer payer 50% de plus pour un prestataire.
Et la question est de faire le calcul du point de vu de l'entreprise pour comprendre pourquoi elle trouve ça avantageux.

Quel est donc à votre avis, le poids respectif des différentes raisons évoquées ?

1. Rapidité pour trouver des ressources pour un projet
=> On peut imaginer 3 mois pour des salariés (préavis) contre 1 mois pour des freelances

2. Flexibilité pour dissoudre les ressources allouées à un projet (qu'il soit fini ou annulé, pour des raisons opérationnelles ou financière ou autre ...)
=> J'ai l'impression que le licenciement sans faute du salarié peut être une procédure très lourde aussi bien au niveau financier que administratif (prud'hommes ...)

3. Y a-t-il une notion de "coût réel" d'un salarié pour l'entreprise dû aux fonctions supports : services RH, service IT, communication interne, Ursaff/ administratif…?

4. Autre ...?

J'aurais tendance à penser que la raison 2 a le plus de poids.

Qu'en pensez vous ?

Eric

_lael

543 Messages

impliqué
25/09/2018 à 17:57

Statistiquement il y a également nettement plus d'"experts" freelance que d'experts salariés. Quand un client recherche des profils pour un projet, il trouve donc plus facilement ce qu'il recherche parmi les profils freelances qui lui sont proposés.

Je dis pas ça pour dénigrer les salariés, je pense juste que le cadre de salarié se prête moins au développement d'une expertise que le cadre freelance.
Les raisons sont simples.

En freelance les missions trouvées et le TJM dépendent directement de notre expertise. On est donc encouragé à se perfectionner, à se former, à se certifier, etc...
En tant que salarié malheureusement on est moins encouragé à nous perfectionner car l'évolution professionnelle, dans presque toutes les entreprises, ne peut se faire que verticalement.
Le salaire n'est ainsi fonction que de l'évolution hiérarchique et de l'ancienneté car c'est l'idéal de carrière tel qu'il nous est imposé par ceux sortant d'école de commerce/management et qui dirigent les grandes entreprises.
Il n'y a aucune reconnaissance en entreprise pour l'évolution horizontale et le développement d'une expertise.

A partir du moment où tu as compris ça tu comprends pourquoi de plus en plus de gens passent indépendants et pourquoi les sociétés doivent faire appel à des indépendants pour avoir les profils et les expertises qu'ils recherchent.
Ce qui est d'autant plus ironique car au final les entreprises en viennent à faire appel à des indépendants pour cette "expertise" que ces derniers ont su développer et valoriser mais que elles n'ont pas su leur reconnaître.

hmg

25777 Messages

Grand Maître
25/09/2018 à 19:56

Bonjour,

Il ne faut pas oublier que l'entreprise ne connaît rien en informatique. En général, une personne a une idée. Ils veulent la développer, mais ils ne savent pas combien de temps cela prendra réellement et si au final c'est un projet intéressant qu'ils garderont (les grosses entreprises lancent plusieurs budgets en parallèle).

Par ailleurs, s'ils sont compétents, ils savent qu'un expert dans un domaine, n'est pas expert en tout et il ne sera peut-être pas adapté à un travail dans un autre budget. D'où le besoin de flexibilité.

Cordialement,

- HMG - hmg_71@yahoo.fr
Expert comptable - Paris - www.hmgec.com
Pensez à regarder le contexte et la date des réponses. Elles ne s'appliquent pas toujours à tous les cas.

VicoConsult

13 Messages

discret
26/09/2018 à 14:40

Un CDI n'est pas comptabilisé de la même manière dans les comptes de la sociétés.
Il rentre dans la masse salariale alors que le freelance rentre dans les dépenses.

Tomas466

83 Messages

très actif
26/09/2018 à 16:06

Je suis "expert" dans un domaine technique très spécifique (non IT) et je cumule quasiment 20 années d'expérience avec un scope relativement large. Mes clients font appel à moi pour plusieurs raisons :

- ils savent via leur réseau que je travaille très correctement et qu'ils auront quelqu'un d'opérationnel immédiatement ou à très court terme, fiable et réactif, qui ne rechignera pas à la tâche et qui pourra se mobiliser pour certaines urgences (c'est déjà arrivé). Si je suis contacté pour une mission pour laquelle je n'ai pas les compétences, je le dis dès le début : je n'ai aucun intérêt à planter le client et à me planter au passage

- ils n'ont pas à me former, ni à me prêter d'équipements (smartphone, ordi, licences), ni à me dédier un bureau ou un local, ni à gérer les aspect RH (contrat de travail, congés, primes, arrêts de travail, suivi d'heures, chèques déjeuner, et j'en passe)

- ils peuvent avoir un besoin mais sans forcément savoir comment le traiter : en plus de réaliser la mission je leur amène des méthodes de travail, des outils d'aide à la décision et des retours d'autres expériences le cas échéant

- ils ne peuvent pas embaucher du fait de contraintes diverses, par contre ils gèrent relativement librement leur budget de fonctionnement qui est parfois généreux : recruter un CDD de 3 mois à 12/15 k€ brut chargé est strictement impossible pour X raisons, mais travailler avec un prestataire à 20/25 k€ passe sans problème (modulo quelques exigences du service achats quand il y en a un). Comme dit juste avant ce n'est pas du tout le même compte et ça ne déclenche pas les mêmes impacts

- si jamais je me mets à travailler mal le client n'est au pire engagé que pour le contrat en cours, alors que quand un salarié en CDI est borderline c'est souvent compliqué de s'en séparer

Alors oui clairement, mon tarif journalier est plus élevé qu'un équivalent salarié, même en prenant le brut chargé et une part de charges fixes (RH, compta, local, équipements, etc.). Mais le gain de temps est évident pour le client, la réactivité tout autant, et surtout je n'interviens que dans un cadre précis, quitte à poursuivre ensuite sur une autre mission et un autre contrat.

Pragmateek

1222 Messages

Grand Maître
30/09/2018 à 17:23

J'ai peut-être lu un peu vite mais il ne me semble pas qu'ait été mentionné un élément très important : le salarié en CDI a souvent tendance a enfiler ses pantoufles rapidement, car il sait qu'il risque moins de se faire virer.
J'en ai connu un qui voulait partir sans démissionner et s'est mis à glander, il a fallu 1 an à la boîte pour qu'elle le vire ! :shock: (à l'époque la rupture conventionnelle n'existait pas)
Au contraire j'ai connu un prestataire (indep' je pense) qui pour avoir refusé une tâche s'est fait virer illico-presto.

D'autant plus qu'il est possible de s'enferrer dans la structure en se syndiquant.
J'ai connu un gars qui était sur la sellette (pas pour paresse ni incompétence) mais a rattrapé le coup comme ça.
Un autre passait l'essentiel de son temps dans les activités syndicales sans quasi plus rendre de service à sa société.

Sans compter que si ça arrive il y a le matelas des 2 ans de chômage qui repousse encore l'horizon de la galère où il faudra délivrer de la valeur à la communauté pour maintenir son niveau de vie.

Peut-être qu'à une époque le cycle du salariat "bosser de 20 à 45 ans" puis "vivoter de 45 ans à 60 ans et laisser les jeunes faire le job" tenait la route mais maintenant les boîtes semblent plus exigeantes et veulent tirer du jus de chacune de leurs ressources.

Alors que le freelance est précaire par nature donc n'a pas intérêt à faire le con.

Mais les moins motivés ce ne sont pas forcément les salariés de clients finaux mais ceux de SSII qui estiment, à tort ou à raison, se faire entuber par leur employeur et qui font la grève, au détriment du client qui paye plein pot, mais qui restent en place malgré tout car soit le manager n'a pas le cœur de les virer soit il craint d'être marqué par les syndicats et RH comme un manager dur et/ou faisant de mauvais choix de recrutements, donc il attend la fin du contrat (2 ans) et ne renouvelle pas.
C'est d'autant plus vrai pour les profils qui ont le vent en poupe et qui savent qu'ils retrouveront un client très rapidement, voire ont des velléités de passer en freelance.

François1

2532 Messages

Grand Maître
30/09/2018 à 22:41

Je suis totalement d'accord avec Pragmateek (qui mérite bien son pseudo du coup ;-) ):

Pragmateek a écrit :J'ai peut-être lu un peu vite mais il ne me semble pas qu'ait été mentionné un élément très important : le salarié en CDI a souvent tendance a enfiler ses pantoufles rapidement, car il sait qu'il risque moins de se faire virer.
Vous imaginez aujourd'hui une grosse boîte confier le nettoyage de ses bureaux à des salariés ? Il y a longtemps que les entreprises ont compris qu'il valait mieux sous-traiter des activités négociables sur objectif plutôt que d'embaucher des gens pour ça.

Ce qui est vrai pour le nettoyage des locaux l'est devenu aussi pour la maintenance ou l'informatique. Ça ne concerne évidemment pas toutes les activités nécessaires au fonctionnement des entreprises, en premier lieu bien sûr leur coeur de métier. Mais dès qu'il est possible de négocier un contrat commercial, avec des objectifs, c'est évidemment la plus économique des solutions.

--
François

hmg

25777 Messages

Grand Maître
01/10/2018 à 04:45

Bonjour,

Ce qui aboutit à des situations absurdes comme confier la sécurité des entreprises à des personnes peu payées en passant par des entreprises qui cherchent à payer le moins possible leurs intervenants.

Même chose pour le ménage. Cela aboutit à des personnes qui ne connaissent pas les entreprises où elles interviennent et des femmes de ménage qui peuvent en utilisant de mauvais gants et en ne sachant pas ce qu’est une poubelle à aiguilles se blesser avec de grosses conséquences dans des labos d’analyses médicales par exemple (je prend volontairement cet exemple pour grossir le trait, mais une femme de ménage qui jette un dossier laissé sur un bureau cela existe aussi).

Il y a des conséquences à externaliser des fonctions mêmes simples et pas seulement des conséquences positives en terme de coûts.

Cordialement,

- HMG - hmg_71@yahoo.fr
Expert comptable - Paris - www.hmgec.com
Pensez à regarder le contexte et la date des réponses. Elles ne s'appliquent pas toujours à tous les cas.

jmolive

2194 Messages

Grand Maître
01/10/2018 à 22:17

A propos du ménage, j'en connais une bonne 8)
Je connais une grosse entreprise qui fait passer son aspirateur le lundi matin à 10h :shock:
Ça fait chier tout le monde.
En calculant le coût du dérangement des cadres, ce passage d'aspirateur fait perdre 5 min d'efficacité par personne.
x 500 personnes = 2500 min = 41h = une semaine
A 500€ / jour --> 2500 € de perdu par passage d'aspirateur !!!!
Faut être idiot pour ne pas payer le ménage en heures décalées à 150%

Gérant maj. EURL IS clot 30/09

Acathla

427 Messages

impliqué
02/10/2018 à 08:02

jmolive a écrit :A propos du ménage, j'en connais une bonne 8)
Je connais une grosse entreprise qui fait passer son aspirateur le lundi matin à 10h :shock:
Une incitation a commencer tranquillement le lundi à 10:30 ? 8)

Imperator

242 Messages

impliqué
02/10/2018 à 11:43

jmolive a écrit :A propos du ménage, j'en connais une bonne 8)
Je connais une grosse entreprise qui fait passer son aspirateur le lundi matin à 10h :shock:
Ça fait chier tout le monde.
En calculant le coût du dérangement des cadres, ce passage d'aspirateur fait perdre 5 min d'efficacité par personne.
x 500 personnes = 2500 min = 41h = une semaine
A 500€ / jour --> 2500 € de perdu par passage d'aspirateur !!!!
Faut être idiot pour ne pas payer le ménage en heures décalées à 150%
25000 euros et non 2500

htnfr

826 Messages

impliqué
02/10/2018 à 11:48

Une semaine (5 jours) pour 500€/jour, ca fait bien 2500€ :D