116 connectés     7 059 missions IT     20 744 CV récents
se connecter | s'inscrire
Tous les Forums Le café de Freelance-info




Peur d'être Freelance car...


Peur d'être Freelance car...

  
prec  1 2 3 4 5 6 7 8 9  suiv
07/01/19 à 19:05
Seiwaza
Membre
actif
Inscrit le 24 Déc 2018
Messages: 37
OscillationForcée a écrit:
Peut-être prendre le problème autrement, établir une démarche de ce type :

    Quels sont les secteurs (jurique ? édition ? bancaire ?) employant des traducteurs ?
    Quelles sont les entreprises ou institutions employant des traducteurs ?
    Chercher si une étude sectorielle existe déjà (études INSEE ou via les codes NAF pour estimer le nombre de traducteurs agissant sous un code NAF précis et correspondant au métier de traducteur)
    Enquête sur les 2 points précédents puis identification des profils types, confirmation des possibilités du statut d'indépendant dans tel ou tel profil type. Aller sur le terrain si besoin, questionner des RH ou services commerciaux.


Ca demande une certaine maturité pour mettre sur pied un telle démarche, désolé. Si pas pour vous, faudra repasser nous voir dans quelques années.

Pourquoi vous focalisez-vous sur le statut d'indépendant plutôt que sur le métier lui-même ? L'immense majorité ici est freelance mais a été salariée, j'en connais qui ont alterné les statuts 4-5 fois voire plus, et pourtant ils continuent à faire le même métier (ou presque) qu'ils aiment. C'est quand même important de faire ce qu'on aime quand il s'agit de le faire pendant plus de 40 ans, et le statut là-dedans n'est qu'une composante du parcours.

A-t-on une hiérarchie ? Evidemment nous autres informaticiens sommes presque tous en clientèle (les éditeurs de logiciel ont souvent d'autres problématiques peu ou pas mentionnées ici). Qui dit client dit donneur d'ordre et tout ce qui va avec (besoins mal exprimés, contradictoires, changeant sans arrêt..)

Peut-on travailler chez soi ? Parfois, ça dépend du client. Pour la traduction, il faut passer par les étapes que j'ai mentionnées. Merci aux autres intervenants de compléter la démarche si elle est bancale sur certains points.


Les agences de traductions ainsi que tout types d'entreprises, un traducteur, bien qu'il puisse spécialiser dans la traduction d'un domaine en particulier, à des travaux variés et peut traduire toute sorte de documents, aujourd'hui ça peut être un mode d'emploi pour une ampoule, demain un article de presse...

Pourquoi j'insiste sur le statut d'indépendant plutôt que sur le métier ? Car je ne souhaite pas travailler pour un patron toute ma vie, j'ai compris que la case salariat est quasiment obligée mais je refuse d'être salarié toute ma carrière, j'insiste donc sur le statut d'indépendant car je cherche à être maître de mon emploi du temps et à pouvoir m'organiser comme je l'entends dans mon travail, sans avoir un supérieur derrière moi, et ce le plus vite possible (après expérience en salariat bien sûr).

L'idéal pour moi serait d'acquérir l'expérience nécessaire dans le salariat pour me lancer en freelance et garder le statut d'indépendant pour toute ma vie, je sais pas si ça semble réaliste comme projet, l'important est d'être mon propre boss.

Pour ce qui est de la hiérarchie, je ne parlais pas des clients, mais des hiérarchies au sein du travail, à savoir responsable/chef.

Voir le profil de l'utilisateur    
07/01/19 à 19:07
Seiwaza
Membre
actif
Inscrit le 24 Déc 2018
Messages: 37
François1 a écrit:
Bonjour,

Comme expliqué par les différents interlocuteurs ici, tu sembles prendre le problème un peu à l'envers.

La question n'est pas de savoir si tu peux devenir freelance, mais si tu peux vivre de l'activité que tu as choisi d'exercer. D'après ce que tu nous expliques, tu es encore au lycée et souhaite devenir traducteur après ton Bac. Il te faut être un peu patient et commencer par exercer en tant que salarié avant d'envisager d'être à ton propre compte. C'est une question d'expérience et de crédibilité.

A ce sujet, je reprend l'une de tes questions:

Seiwaza a écrit:

Connais-tu d'autre domaines en dehors de l'informatique où y a bcp de boulot en freelance ?


Il y a des millions de gens qui travaillent en tant que freelance en France, mais le terme n'est pas approprié, il vaut mieux parler de travailleur indépendant: cela va de l'infirmière au commerçant, en passant par l'artisan, l'expert, le conseiller, la secrétaire, le journaliste et... les traducteurs. Certains deviennent chefs d'entreprises et emploient plusieurs salariés, d'autres travaillent en solo. C'est une question de nature d'activité, d'envie de développement et d'opportunité.

Certains le font en sortant de l'école mais c'est extrêmement rare. Je ne connais personnellement pas de plombier qui se soit mis à son compte en sortant de son Bac Pro, et il y a encore moins d'experts judiciaires qui ont moins de 30 ans. Bref, pour l'essentiel des activités que l'on veut pratiquer comme indépendant (à part les artistes, les youtubers, les gamers et d'autres professions que j'oublie sans doute), il faut un minimum d'expérience. Le reste viendra quand tu te sentiras prêt; et si tu as la fibre commerciale et entrepreneurial, ça peut venir vite.

Bonne chance !

--
François


Je suis tout à fait d'accord avec tout les points que tu as mentionnés et cela rejoint les messages des autres forumeurs.

Tu penses qu'il faut combien d'année d'expérience minimum dans le salariat avant de se lancer freelance ?

Voir le profil de l'utilisateur    
07/01/19 à 20:11
François1
Freelance
Grand Maître
Inscrit le 04 Avr 2008
Messages: 2378
Seiwaza a écrit:

Tu penses qu'il faut combien d'année d'expérience minimum dans le salariat avant de se lancer freelance ?


Personne ne peut répondre à cette question !

Cela dépend du temps passé pour constituer un réseau de clients potentiels, du lieu où on s'installe, de la motivation, des opportunités,...

Patience, patience. Plus tu affineras ton projet, plus tu auras de chance de vivre de ton activité d'indépendant.

--
François

Voir le profil de l'utilisateur    
07/01/19 à 20:19
a.CMS
Freelance
très actif
Inscrit le 25 Juil 2014
Messages: 98
Pour te lancer, sache que euroscript Luxembourg S.à.r.l (traductions, gestion de contenu et documentaire, 85 personnes) emploie énormément de traducteurs freelance, et les référence grâce à sa base de données. Les freelances peuvent être juniors, seniors, spécialisés dans un domaine ou pas, faisant de la version, du thème ou de la version, etc
C'est un démarrage pour te lancer en leur envoyant ton CV.

Voir le profil de l'utilisateur    
07/01/19 à 20:22
niouzz
Conseiller entreprise
très actif
Inscrit le 23 Oct 2017
Messages: 146
Seiwaza a écrit:

Pourquoi j'insiste sur le statut d'indépendant plutôt que sur le métier ? Car je ne souhaite pas travailler pour un patron toute ma vie,

[...]

j'insiste donc sur le statut d'indépendant car je cherche à être maître de mon emploi du temps et à pouvoir m'organiser comme je l'entends dans mon travail, sans avoir un supérieur derrière moi.

[...]

l'important est d'être mon propre boss.

[...]

Pour ce qui est de la hiérarchie, je ne parlais pas des clients, mais des hiérarchies au sein du travail, à savoir responsable/chef.

Attention...

Ce n'est pas parce que tu es indépendant que tu n'as pas de "responsable"/"chef". Ni que tu n'as pas de contraintes d'emplois du temps ou autre.

Une majorité des personnes de ce forum intervient en régie, chez un client.

Nous n'avons certes pas de lien hiérarchique au sens strict du terme, mais c'est tout comme : nos "boss", ce sont nos clients !

Je force un peu le trait, mais il est important d'en avoir conscience.

Voir le profil de l'utilisateur    
07/01/19 à 20:43
OscillationForcée
Freelance
très actif
Inscrit le 23 Nov 2016
Messages: 83
Tout à fait d'accord avec les commentaires de niouzz et François1.

On peut prendre l'exemple de l'indépendant dans le domaine du bien-être ou du culturel. Se lancer là-dedans sans "étude de marché" est aller au casse-pipe, et y développer une clientèle prend des années. Il faut s'armer de patience et développer un arsenal de compétences (pour filer la métaphore).

Dans un cas extrême, il vaut peut-être même mieux avoir un "boss" qui te pourrit la vie mais te défend convenablement face à un client ingérable (soit parce qu'il est en train de se prendre un corner sur un projet, ou qu'il est en faillite, ou carrément parce qu'il est à moitié taré et ça existe) que de se prendre le client frontalement et ne pas savoir gérer. Gérer s'apprend, certes, mais il faut alors vouloir aussi se confronter à ça.

Voir le profil de l'utilisateur    
07/01/19 à 21:49
Seiwaza
Membre
actif
Inscrit le 24 Déc 2018
Messages: 37
Merci pour ces précisions François1 / a.CMS



niouzz a écrit:

Attention...

Ce n'est pas parce que tu es indépendant que tu n'as pas de "responsable"/"chef".
Qu'est-ce que tu veux dire par là ? Un indépendant est supposé travailler seul ou en employant des salariés sauf si j'ai loupé quelque chose ?

niouzz a écrit:

Nous n'avons certes pas de lien hiérarchique au sens strict du terme, mais c'est tout comme : nos "boss", ce sont nos clients !

Je force un peu le trait, mais il est important d'en avoir conscience.


Ah d'accord, mais si tu insistes autant c'est que certains clients font pression sur les freelances ? Je veux dire, même si c'est le cas, on est quand même loin du patron qui surveille ton travail et te donne des ordres...enfin j'espère Rolling Eyes

Voir le profil de l'utilisateur    
07/01/19 à 21:53
mixomatose
Membre
avatar
Grand Maître
Inscrit le 12 Fév 2008
Messages: 6781
Seiwaza a écrit:
Je veux dire, même si c'est le cas, on est quand même loin du patron qui surveille ton travail et te donne des ordres...enfin j'espère Rolling Eyes

En réalité, ça peut être pire que ça. Certains clients considèrent que comme ils te payent, tu es leur esclave...


_________________
calculette de charges sociales TNS indépendant en ligne, comparateur simulateur Autoentrepreneur EI EURL
http://www.entrepriseindividuelle.info/Calc_CharSoc.php
Voir le profil de l'utilisateur    
07/01/19 à 21:54
Seiwaza
Membre
actif
Inscrit le 24 Déc 2018
Messages: 37
OscillationForcée a écrit:
Tout à fait d'accord avec les commentaires de niouzz et François1.

On peut prendre l'exemple de l'indépendant dans le domaine du bien-être ou du culturel. Se lancer là-dedans sans "étude de marché" est aller au casse-pipe, et y développer une clientèle prend des années. Il faut s'armer de patience et développer un arsenal de compétences (pour filer la métaphore).

Dans un cas extrême, il vaut peut-être même mieux avoir un "boss" qui te pourrit la vie mais te défend convenablement face à un client ingérable (soit parce qu'il est en train de se prendre un corner sur un projet, ou qu'il est en faillite, ou carrément parce qu'il est à moitié taré et ça existe) que de se prendre le client frontalement et ne pas savoir gérer. Gérer s'apprend, certes, mais il faut alors vouloir aussi se confronter à ça.


Très bien merci de ton intervention je prend note, j'ai aussi une autre question : dans un pays étranger où la monnaie n'est pas l'euro, c'est possible de travailler pour des clients en Europe et les faire payer en Euro? (ma question est mal formulé mais c'est dur à expliquer, si je reçois l'argent en euro sur paypal par exemple, en sachant que là où je vis c'est en dollar par exemple, ça se passe comment?)

Je sais absolument si quelqu'un a une réponse à ça mais je devais la poser quelque part... Laughing

Voir le profil de l'utilisateur    
07/01/19 à 21:56
Seiwaza
Membre
actif
Inscrit le 24 Déc 2018
Messages: 37
mixomatose a écrit:
Seiwaza a écrit:
Je veux dire, même si c'est le cas, on est quand même loin du patron qui surveille ton travail et te donne des ordres...enfin j'espère Rolling Eyes

En réalité, ça peut être pire que ça. Certains clients considèrent que comme ils te payent, tu es leur esclave...


Ah oui... Shocked
Et c'est régulier de croiser de tels caractériels Rolling Eyes ?

Voir le profil de l'utilisateur    

prec  1 2 3 4 5 6 7 8 9  suiv
Répondre au sujet
Recruteurs
Accès via Turnover-it :
CVthèque & publication
Nous contacter
Par formulaire
AGSI SAS
75 Rue de Lourmel
75015 PARIS
logo freelance-info.fr
2018 © Copyright AGSI SAS
Conditions d'utilisation