101 connectés     7 720 missions IT     26 530 CV récents
se connecter | s'inscrire
Tous les Forums Vos projets




Créer une SSII


Créer une SSII

  
prec  1 2 3 4 5 6 7  suiv
29/03/19 à 11:50
rom2mars
Freelance
impliqué
Inscrit le 04 Nov 2014
Messages: 158
Bonjour gch06,

Merci pour votre réponse,

gch06 a écrit:

Un calcul très rapide : vous placez 5 consultants freelance à 480 EUR/j, vous êtes payé à 45 jours, vous payez les freelances 400 EUR/j à 15 jours.

Vous devez donc faire l'avance pendant un mois de 5x400x20 = 40KE

Effectivement ça serait problématique... Je serais dans l'obligation de faire une avance via le compte courant associé.
gch06 a écrit:

Votre client final fait traîner vos factures pendant un mois, vous devez avancer alors 80KE.

Ca serait la vrai galère. Crying or Very sad

gch06 a écrit:

Bref 20KE pour démarrer c'est vraiment léger (ou alors il faudra placer des consultants petit à petit pour renforcer petit à petit votre trésorerie et comme on le disait précédemment continuer à travailler vous-même à côté).

Oui je pense que j'ai un vrai problème de trésorerie pour me lancer sereinement.

gch06 a écrit:

Un conseil :
- tentez comme je l'ai fait de placer des freelances chez un client chez lequel vous intervenez déjà, ça permet de se faire la main, de s'apercevoir que négocier pour placer un autre freelance ce n'est pas exactement la même chose que de négocier pour soi-même, on ne maîtrise pas toujours tout et notamment le comportement du freelance placé quand il est en mission.
- Cela permet aussi de se faire la main sur l'aspect recrutement (car quand on passe de l'autre côté de la barrière on s'aperçoit AUSSI et c'est intéressant que certains développeurs se voient beaucoup plus beaux et compétents qu'ils ne le sont réellement Smile)

Merci pour ce conseil.

Afin de bénéficier d'un cadre, peut être devrais-je prendre un jour par semaine pour bosser avec mes futurs partenaires, cela me donnerait un cadre de travail pour commencer (sans lacer complètement ma mission).

Voir le profil de l'utilisateur    
29/03/19 à 15:00
hmg
Conseiller entreprise
avatar
Grand Maître
Inscrit le 09 Jan 2005
Messages: 24403
Bonjour,
rom2mars a écrit:
Mon EC m'indique qu'il n'est pas intéressant de provisionner les régularisations de charges sociales sinon c'est dernières sont en quelques sortes réintégrées à mes revenus, et donc je payerais de l'IR.
Etant donné ma tranche marginale payer l'IS est plus intéressant.

Sauf erreur de ma part, sa réponse me semble surprenante.

Qu'en pensez vous?
Votre EC utilise une méthode qui part soit du principe que vous payez les cotisations et pas la société, soit que la société ne peut compter les cotisations sociales qu'en encaissement-décaissement. Dans ce cadre, provisionner une cotisation, cela revient à augmenter votre rémunération.

De mon côté, je considère qu'une société étant commerciale par nature, si elle prend en charge les cotisations, elles sont déductibles et peuvent être provisionnées. Comme on le ferait pour un commerçant.

Sur le long terme, avec une rémunération stable, les deux approches sont quasi identiques. Par contre quand la rémunération augmente ou baisse, le fonctionnement BIC permet de mieux lisser les aléas et éviter des années bien rémunérées sans cotisations et des années peu rémunérées avec beaucoup de cotisations.

Les impôts et la jurisprudence n'ont pas tranché entre ces deux approches pour les gérants majoritaires avec activités libérales non réglementées.

A noter : Pour 2018, exceptionnellement, l'impôt sur les revenus marginaux sera compté en taux moyen pas au taux marginal.


_________________
Cordialement,

- HMG - hmg_71@yahoo.fr
Expert comptable - Paris - www.hmgec.com
Pensez à regarder le contexte et la date des réponses. Elles ne s'appliquent pas toujours à tous les cas.
Voir le profil de l'utilisateur    
01/04/19 à 14:29
rom2mars
Freelance
impliqué
Inscrit le 04 Nov 2014
Messages: 158
Bonjour,

Merci pour votre réponse,

hmg a écrit:
Bonjour,
rom2mars a écrit:
Mon EC m'indique qu'il n'est pas intéressant de provisionner les régularisations de charges sociales sinon c'est dernières sont en quelques sortes réintégrées à mes revenus, et donc je payerais de l'IR.
Etant donné ma tranche marginale payer l'IS est plus intéressant.

Sauf erreur de ma part, sa réponse me semble surprenante.

Qu'en pensez vous?
Votre EC utilise une méthode qui part soit du principe que vous payez les cotisations et pas la société, soit que la société ne peut compter les cotisations sociales qu'en encaissement-décaissement. Dans ce cadre, provisionner une cotisation, cela revient à augmenter votre rémunération.

De mon côté, je considère qu'une société étant commerciale par nature, si elle prend en charge les cotisations, elles sont déductibles et peuvent être provisionnées. Comme on le ferait pour un commerçant.

Sur le long terme, avec une rémunération stable, les deux approches sont quasi identiques. Par contre quand la rémunération augmente ou baisse, le fonctionnement BIC permet de mieux lisser les aléas et éviter des années bien rémunérées sans cotisations et des années peu rémunérées avec beaucoup de cotisations.

Les impôts et la jurisprudence n'ont pas tranché entre ces deux approches pour les gérants majoritaires avec activités libérales non réglementées.

A noter : Pour 2018, exceptionnellement, l'impôt sur les revenus marginaux sera compté en taux moyen pas au taux marginal.



J'ai du mal à comprendre comment sur le long terme les deux approches sont quasi identiques.

Dans l'approche de mon EC, ce que je constate c'est que je vais payer de l'IS (ou de l'IR) sur de l'argent que ni ma société ni moi même ne toucherons car c'est de l'argent que je dois au RSI (régularisation). Comment l'approche de mon comptable peut elle être finalement identique financièrement?

Voir le profil de l'utilisateur    
01/04/19 à 15:42
hmg
Conseiller entreprise
avatar
Grand Maître
Inscrit le 09 Jan 2005
Messages: 24403
Bonjour,

C'est sur le long terme et en régime de croisière que c'est identique.

Lors de la montée en puissance (au début), il y a en effet des retards et des options induites qui mettent du temps à se rattraper.

Mais comme indiqué, il n'y a pas de position prise pour ce cas très particulier de rémunération (gérant majoritaire de SARL à l'IS ayant une activité libérale dont la société paye les cotisations).

Avez vous contacté votre EC pour lui demander s'il pouvait constater, comme pour un BIC puisque la société est commerciale, les cotisations restant à payer ?


_________________
Cordialement,

- HMG - hmg_71@yahoo.fr
Expert comptable - Paris - www.hmgec.com
Pensez à regarder le contexte et la date des réponses. Elles ne s'appliquent pas toujours à tous les cas.
Voir le profil de l'utilisateur    
01/04/19 à 17:46
rom2mars
Freelance
impliqué
Inscrit le 04 Nov 2014
Messages: 158
Bonjour,

merci pour votre réponse,

hmg a écrit:
Bonjour,

C'est sur le long terme et en régime de croisière que c'est identique.

Lors de la montée en puissance (au début), il y a en effet des retards et des options induites qui mettent du temps à se rattraper.

Mais comme indiqué, il n'y a pas de position prise pour ce cas très particulier de rémunération (gérant majoritaire de SARL à l'IS ayant une activité libérale dont la société paye les cotisations).

Avez vous contacté votre EC pour lui demander s'il pouvait constater, comme pour un BIC puisque la société est commerciale, les cotisations restant à payer ?


Je viens de lui envoyer un email pour lui demander.

J'ai également trouvé ça sur internet :

L'équipe fiscale d'Infodoc-Experts du Conseil Supérieur des Experts-Comptables précise de son côté :

« Lorsque la SARL provisionne à la clôture d'un exercice les charges sociales personnelles du gérant qui seront régularisées au titre de l'exercice suivant (selon nous, cette provision est fiscalement déductible), il n'y a pas d'incidences fiscales pour le gérant. La provision fiscale n'est qu'une anticipation de la charge et un problème de détermination du résultat fiscal de la société. A la clôture, il n'y a pas de prise en charge ; cette prise en charge des cotisations sociales n'existe qu'au moment où elles sont appelées et payées. Ainsi, selon nous, la provision ne déclenche pas de complément de rémunération à déclarer, ni de charges à déduire pour l'imposition personnelle du gérant majoritaire ».

Voir le profil de l'utilisateur    
01/04/19 à 18:48
rom2mars
Freelance
impliqué
Inscrit le 04 Nov 2014
Messages: 158
Bonjour,

hmg a écrit:
Bonjour,

C'est sur le long terme et en régime de croisière que c'est identique.

Lors de la montée en puissance (au début), il y a en effet des retards et des options induites qui mettent du temps à se rattraper.

Mais comme indiqué, il n'y a pas de position prise pour ce cas très particulier de rémunération (gérant majoritaire de SARL à l'IS ayant une activité libérale dont la société paye les cotisations).

Avez vous contacté votre EC pour lui demander s'il pouvait constater, comme pour un BIC puisque la société est commerciale, les cotisations restant à payer ?


Je viens d'avoir mon EC au téléphone, ce dernier va étudier la dernière réglementation en vigueur et mesurer le risque afin que je puisse choisir en connaissance de cause.

Voir le profil de l'utilisateur    
01/04/19 à 18:59
hmg
Conseiller entreprise
avatar
Grand Maître
Inscrit le 09 Jan 2005
Messages: 24403
Bonjour,

Même analyse que la mienne. Tout en sachant qu'ils utilisent le conditionnel car ce n'est pas tranché.

Votre EC peut donc décider de conserver son analyse. Éventuellement, il vous demandera une demande écrite pour utiliser une autre méthode. .


_________________
Cordialement,

- HMG - hmg_71@yahoo.fr
Expert comptable - Paris - www.hmgec.com
Pensez à regarder le contexte et la date des réponses. Elles ne s'appliquent pas toujours à tous les cas.
Voir le profil de l'utilisateur    
21/10/19 à 16:04
rom2mars
Freelance
impliqué
Inscrit le 04 Nov 2014
Messages: 158
Bonjour,

Je déterre ce sujet car j'ai toujours en tête d'augmenter les bénéfices de ma société.

Je viens de trouver un client en direct chez qui je vais éventuellement travailler.

Aussi, j'ai un expert qui serait d'accord pour que je l'embauche en CDI afin que je l'envoie chez ce même client.
Il serait éventuellement d'accord pour passer par une société de portage salarial, mais il a peur que les banques lui refuse un éventuelle crédit immobilier.
Le cdi semble donc plus approprié.

Ses prétentions salariales : 55k
son préavis : 3 mois.

Pour calculer du coût d'un salarié en prestation j'ai utilisé le simulateur suivant :
https://www.freelance-info.fr/simulation_freelance.php?S=3


J'ai rentré les données suivantes :
Salaire annuel brut : 55k
Coef des cotisations patronales : 1.5
Nombre de jours facturés : 210
Marge sur tarif final souhaitée : 25 %

Le simulateur me donne :
Prix de revient journalier : 393 euros / jour
Marge : 131 euros / jour
Tarif de vente : 524 euros / jour

Si j'augmente la marge à 28%, j'obtiens un tarif de vente à 546 euros.
Si j'augmente la marge à 30%, j'obtiens un tarif de vente à 561 euros.

marge à 23% , tarif de vente : 510 euros.
marge à 20% , tarif de vente : 491 euros.

J'ai peur que si j'annonce 560 euros comme tarif de vente à mon client, ce dernier va certainement me dire que c'est trop cher...

Pour info, j'ai proposé mes services à ce même client pour 450 euros/jour.

En dessous de quelle marge me conseillez vous de ne pas descendre?
Dois-je tenter d'annoncer un tarif important dans un premier temps 560 euros, et espérer rentrer dans une négociation par la suite?

Si j'indique à mon collaborateur qu'en portage salarial il pourrait obtenir un pret immo aussi facilement qu'en CDI, alors on pourrait prendre cette solution car je pourrai baisser ma marge à 20 (voir 15 %).

Merci d'avance pour votre aide.

Voir le profil de l'utilisateur    
21/10/19 à 21:58
CORDIA
Freelance
impliqué
Inscrit le 22 Oct 2006
Messages: 276
Vous allez au casse pipe....mais ca je vous l'ai déjà dit.

Voir le profil de l'utilisateur    
22/10/19 à 05:28
hmg
Conseiller entreprise
avatar
Grand Maître
Inscrit le 09 Jan 2005
Messages: 24403
Bonjour,

Même avis.

Par ailleurs, vous ne prenez pas en compte dans vos calculs :
- les frais du salarié
- le coût de son départ (indemnité de rupture)
- le coût de réalisation de sa paie
- l'impact sur la taille de l'entreprise et ses obligations (ex : passage du réel simplifié ou réel normal, augmentation des frais compta, taxes, frais bancaires...).
- risques d'arrêt (arrêt maladie par exemple)

Par prudence :
- Faites un calcul sur 200 jours (pas 210)
- Prenez en compte +/- 200 € de frais par mois.
- Prenez en compte +/- 100 € de charges en plus générées par cette activité en plus et la paie.

Il ne faut pas se leurrer.
Vous ne pouvez pas prendre 25% de marge et donner une rémunération supérieure au portage. Cela coincera au niveau tarif.

Par ailleurs, vous oubliez un élément TRES important. Même si vous avez de bonnes relations avec le futur salarié. Il faut bien comprendre que même si c'est un membre de votre famille, un bon ami, un super camarade... Le jour où vous signez le contrat de travail, il devient votre salarié et vous son employeur. Et des amitiés se rompent pour bien moins que les tensions que cette nouvelle relation va créer.


_________________
Cordialement,

- HMG - hmg_71@yahoo.fr
Expert comptable - Paris - www.hmgec.com
Pensez à regarder le contexte et la date des réponses. Elles ne s'appliquent pas toujours à tous les cas.
Voir le profil de l'utilisateur    

prec  1 2 3 4 5 6 7  suiv
Répondre au sujet
Recruteurs
Accès via Turnover-it :
CVthèque & publication
Nous contacter
Par formulaire
AGSI SAS
75 Rue de Lourmel
75015 PARIS
logo freelance-info.fr
2018 © Copyright AGSI SAS
Conditions d'utilisation