306 connectés     7 331 missions IT     24 839 CV récents
se connecter | s'inscrire
Tous les Forums La comptabilité, la gestion, les obligations légales




Augmenter son bénéfice pr augmenter sa capacité d'emprunt ?


Augmenter son bénéfice pr augmenter sa capacité d'emprunt ?

  
prec  1 2 3  suiv
16/05/19 à 15:42
barel75
Freelance
impliqué
Inscrit le 29 Sep 2015
Messages: 151
Membre-CC a écrit:
Bonjour,

Le delta évoqué de ne change rien à l'affaire puisque vous aurez déclaré les revenus fonciers correspondants (ou du moins, 70% si régime micro-foncier) et ferez montre des deux. Donc si vous avez une certaine capacité d'épargne et si votre créancier veut bien raisonner en "différentiel mensualités d'emprunt - loyers attendus" vis-à-vis de votre capacité d'emprunt ténue, pourquoi pas chercher ?

Mais vous ne vous tromperiez pas en calculant votre économie fiscale, entrevue à 500 €, 2018 étant année blanche fiscale ? En 2018, calculer est très compliqué, d'autant plus qu'il faut relier tout calcul fiscal à 2019 en vue de rattraper le complément de CIMR, ce qui devrait être votre second enjeu.

Et vous n'omettriez pas l'économie sociale qu'implique la charge de 3,5 K [sauf à ne prendre aucune rémunération en... SASU à l'IR, semble-t-il ? Comme le soulignait hmg, outre l'OGA, il nous manque des éléments-clés dans votre situation], qui serait entièrement blanchie - par un CIMR social -, côté revenu foncier (immobilier, et non mobilier, au passage) ?


Merci

Membre-CC vous dites "il nous manque des éléments-clés dans votre situation], qui serait entièrement blanchie - par un CIMR social -, côté revenu foncier (immobilier, et non mobilier, au passage)". Je sens que c'est une précieuse info mais que je ne comprends pas. Pourriez vous me préciser comment "blanchir par un CIMR social" SVP ?

Voir le profil de l'utilisateur    
16/05/19 à 15:46
barel75
Freelance
impliqué
Inscrit le 29 Sep 2015
Messages: 151
Pour préciser.

Je n'ai pas d'épargne supplémentaire, pas de biens immobiliers et pas de crédit en cours.
L'intention c'est de contracter avec un prêt sur la durée la plus longue (25 ans), à un taux compétitif, sur une surface la plus grande possible pour maximiser le rendement locatif. Idéalement j'aimerais ne pas attendre le 3eme exercice pour pouvoir recharger normalement la société sur l'exercice 2019, ce que je ne pourrais pas faire si je dois attendre le 3eme bilan.

J'ai cru comprendre que les banquiers ne regardent pas le CA mais le bénéfice. D'où mon dilemme de payer beaucoup plus d'impôt volontairement cette année pour maximiser cette capacité d'emprunt à un taux interessant.

D'où cette question désormais urgente de savoir si oui ou non et dans quelle mesure omettre des charges et payer plus d'impôts pour accéder à plus de levier est une action pertinente à réaliser ?


PS : Je comptais en effet plutôt déclarer que c'est pour ma résidence principale (pr dossier plus classique + taux + durée d'emprunt supérieure+ pas mon loyer actuel qui réduit ma capacité d'emprunt), puis de rafraichir un grand lieu ancien et de le faire passer en colocation locative en encaissant des loyers supérieurs au remboursement de crédit. Puis d'accéder à une 2eme propriété... Pour cela il faut ne pas mettre d'apport... (je ne sais pas si toutefois il faut nécessairement payer les 10% de notaire)

Question bonus : la date de limite de dépot de la liasse par internet c'est demain soir à 23h59 ou samedi soir à 23H59 SVP ?

Voir le profil de l'utilisateur    
16/05/19 à 18:08
Membre-CC
Membre
impliqué
Inscrit le 03 Mar 2018
Messages: 585
barel75 a écrit:
D'où cette question désormais urgente de savoir si oui ou non et dans quelle mesure omettre des charges et payer plus d'impôts pour accéder à plus de levier est une action pertinente à réaliser ?
C'est effectivement la bonne question, surtout en année blanche fiscale ET en ayant débuté non pas en 2018, mais en 2017 ! Mais l'inconnue principale est d'apprécier votre connaissance en la matière, car c'est compliqué à mener.

Les éléments qui manquent sont :
- Est-ce bien une SASU à l'IR ?
- Avec ou sans rémunérations de président (vous ?) versées en 2018 ?
- Quel régime déclaratif du résultat de votre SASU a été utilisé en 2017 [vos "700 € de bénefs"], puis en 2018 ? Est-ce bien le réel via la n°2035 (BNC), ou la n°2031 (BIC) ? Votre SASU bénéficierait-elle d'une exonération fiscale (création en "zones", etc.) qui aurait justifié ce choix de l'option à l'IR ?
- Avez-vous adhéré à une OGA/AGA en 2018 pour ne pas voir votre revenu imposable majoré d'une pénalité de 25% ? [ce que voulait savoir hmg pour vous éviter de mauvaises surprises fiscales dès cet été !]

En effet, s'ils sont bien soumis à un plafond anti-abus,le plan est d'élever vos revenus personnels déclarés en BNC ou BIC 2018 issus de la SASU le plus possible. Mais pas que pour le banquier ! Il faudrait le faire tout en étant certain de pouvoir les égaler en 2019, car le but est de rattraper l'impôt 2018 payé sur l'inévitable dépassement de votre plafond anti-abus (qui vaudrait 700 €...).

Mais si c'est du chinois pour vous, n'hésitez pas à laisser tomber ! Mad

Voir le profil de l'utilisateur    
16/05/19 à 18:53
barel75
Freelance
impliqué
Inscrit le 29 Sep 2015
Messages: 151
MERCI Membre-CC

Je vais faire de mon mieux.
- Oui SASU à l'IR
- aucune rémunération versées en 2017 ou 2018 de la SASU (juste en début 2017 juste avant la création de la SASU les 20k de micro entreprise)
- en 2017 : les 19k de micro entreprise (en revenu non commerciaux, micro entrepreneur) et sur les 700€ de bénéf de la SASU mis sur 5QC de la 2042C (Bic pro). Pas à ma connaissance d'exonération fiscale qui pourrait justifier l'option IR
- Je cotise bien à un CGA depuis le début

Plein de gratitude et prêt à préciser tout point qui vous paraitrez nécessaire

Voir le profil de l'utilisateur    
16/05/19 à 20:41
Membre-CC
Membre
impliqué
Inscrit le 03 Mar 2018
Messages: 585
Je vais aussi faire de mon mieux :

- De principe, les BIC sont bien des revenus 2018 soumis à plafond anti-abus ;
- dans votre cas, votre plafond est de 700 € (2017 uniquement, à proratiser à l'année entière toutefois, ce qui ne sera pas la lune !) ;
- vous devez donc considérer que votre BIC 2018 sera regardé quasiment comme un revenu exceptionnel, soumis à imposition au taux moyen d'imposition de votre entier foyer fiscal. Estimons-le au pire à 8/10% si vous êtes célibataire et déclarez 27 500 € de RI global. Vous aurez donc environ 2 500 € d'IRPP 2018 à payer en été 2019, votre CIMR l'annulant en partie étant indigent en l'absence d'autres revenus ordinaires ;
- afin de récupérer cet impôt de 2 500 € en 2020, vous devrez réaliser un BIC 2019 au moins égal à celui de 2018. En effet, c'est ce chiffre qui servira de plafond anti-abus rétrospectif ;
- vous aurez donc compris que vos années 2018 et 2019 sont étroitement liées !

Or, dans votre dynamique (décrocher un emprunt bancaire) et dans la limite du possible, vous avez intérêt à ce que votre BIC 2018 soit le plus élevé possible. Et que sur le plan fiscal pur, cette élévation n'aura aucune conséquence fâcheuse si BIC 2019 = ou > à BIC 2018.

Vous avez donc réponse à votre Q fondamentale : oui, vous avez intérêt à omettre des charges en 2018 pour augmenter votre levier dans les limites du possible [discutez-en avec les EC du forum]. Mais attention, si elles se trouvaient reportées vers 2019, il vous faudrait alors restaurer votre résultat par des recettes 2019 plus importantes étant donné que, fiscalement, le BIC 2019 doit au moins égaler le BIC 2018 afin de récupérer (automatiquement) du CIMR !

Quant aux conséquences sociales de cette "élévation", elles seraient ici extraordinairement nulles puisque vous ne prenez aucune rémunération taxable autrement qu'aux CS, ce qui le principe de la quote-part de résultat...

Bonnes cogitations.

Voir le profil de l'utilisateur    
19/05/19 à 21:19
barel75
Freelance
impliqué
Inscrit le 29 Sep 2015
Messages: 151
Merci HMG et particulièrement Membre-CC.
Grâce à vous tout à été fait au mieux et dans les délais.

Membre-CC a attiré l'attention sur le fait que les bénéfices de la SASU de seulement 650 euro pour 2017 pourraient peut être faire considérer ma société comme quasi-débutante (même si crée en mai 2017).

Du coup je pensais passer au guichet des impôts (car tous les rdv sont pris) et expliquer la situation pour envisager un remboursement dès août 2018, plutôt que potentiellement en mai 2019.
En effet cela ferait une potentielle dispense d'impôt.

1/ Si c'était accepté (ce dont je doute), cela voudrait-il dire que je n'aurai pas à nécessairement égaler voire dépasser le bénéfice de 2018 en 2019 ? Et si accepté que demander pour garantir la parole ? (uniquement le nom suffit et le mettre en mention express ? Une lettre que j'imagine peu probable ? Un mail de confirmation qui suit la visite aux impôts ?

2/ Ma société cumule les points atypiques pour les impôts : SASU à l'IR sans salaire + maintien artificiel de la micro entreprise à l'ACCRE sur une activité professionnelle proche pour la sécurité sociale et donc risque de PUMA + création de part et d'autres de l'année blanche + compta qui pourrait être plus clean.
Du coup iriez vous aux impôts présenter uniquement la situation de l'année blanche ou pensez vous que ce soit une mauvaise idée et que cela ne ferait qu'attirer l'attention sur le cas limite de ma société ?

3/ J'envisageais aussi en plus une mention express dans la déclaration IR pour demander cette clémence fiscale. Bonne idée ou pas selon vous ?

MERCI

Voir le profil de l'utilisateur    
19/05/19 à 23:16
hmg
Conseiller entreprise
avatar
Grand Maître
Inscrit le 09 Jan 2005
Messages: 24088
Bonjour ,

Tout est automatisé.

Normalement personne ne lit les commentaires à moins d'un contrôle par tirage au sors.

[edit] précision plus bas [/edit]


_________________
Cordialement,

- HMG - hmg_71@yahoo.fr
Expert comptable - Paris - www.hmgec.com
Pensez à regarder le contexte et la date des réponses. Elles ne s'appliquent pas toujours à tous les cas.
Voir le profil de l'utilisateur    
20/05/19 à 00:16
barel75
Freelance
impliqué
Inscrit le 29 Sep 2015
Messages: 151
Merci hmg,
Voulez-vous dire que ça ne sert à rien de laisser une mention express sur la déclaration IR car elles ne sont que rarement lues ?
Recommandez-vous en parallèle de passer ou non au guichet des impôts ?

Voir le profil de l'utilisateur    
20/05/19 à 17:06
hmg
Conseiller entreprise
avatar
Grand Maître
Inscrit le 09 Jan 2005
Messages: 24088
Bonjour,
barel75 a écrit:
Merci hmg,
Voulez-vous dire que ça ne sert à rien de laisser une mention express sur la déclaration IR car elles ne sont que rarement lues ?
Recommandez-vous en parallèle de passer ou non au guichet des impôts ?
Pas exactement.

Tout dépend où vous laissez la mention. Je parlais d'une mention générale en base de page.

Or, il y a lors du remplissage en ligne un moment avant de valider où on vous demande si vous avez une précision à apporter ou une hésitation sur votre déclaration. N'hésitez pas, à préciser votre interrogation et ce que vous avez déclaré.


_________________
Cordialement,

- HMG - hmg_71@yahoo.fr
Expert comptable - Paris - www.hmgec.com
Pensez à regarder le contexte et la date des réponses. Elles ne s'appliquent pas toujours à tous les cas.
Voir le profil de l'utilisateur    
20/05/19 à 19:09
barel75
Freelance
impliqué
Inscrit le 29 Sep 2015
Messages: 151
Merci hmg,

je faisais comme vous référence à cette mention express avant validation finale en ligne.
Mon questionnement portait sur le risque/bénéfice d'une telle mention eu égard de ma situation professionnelle qui semble certes légale mais borderline.

Voir le profil de l'utilisateur    

prec  1 2 3  suiv
Répondre au sujet
Recruteurs
Accès via Turnover-it :
CVthèque & publication
Nous contacter
Par formulaire
AGSI SAS
75 Rue de Lourmel
75015 PARIS
logo freelance-info.fr
2018 © Copyright AGSI SAS
Conditions d'utilisation