100 % FREELANCE 100 % IT
100 % FREELANCE 100 % IT
 

En direct avec un donneur d'ordre ou passez par SSII ?

youcef91

20 Messages

discret
15/09/2020 à 14:18

Hello les free..
Je voulais faire un petit sondage .... etes vous en direct avec des societé de conseil..ou passez en dierct avec le client.... 
donnez mois vos experience....  Perso je passe par une SSII je suis dans le metier des achats industriels TJM :  420 e HT / J , je suis basé en IDF ...

Droopyann

63 Messages

actif
16/09/2020 à 09:33

Hello,
Actuellement, je passe par une ESN pour ma part.
Client final grand groupe banque / assurance.

Celeri

29 Messages

actif
16/09/2020 à 09:49

Personnellement, je recommande plutôt de passer par des sociétés de portages qui gèrent plus de freelances que de CDI : ils sont en général plus à l'écoute, vont à l'essentiel au niveau contractuel, et la relation est plus saine. La sous-traitance en SSII, ça peut dépanner, mais sachez que vous serez toujours à la merci d'être remplacé par un presta "de la maison", surtout en période de crise.

Pour ce qui est du fait de passer en direct ou pas, je dirais que c'est une question de type de mission et de taille de client.

Pour des missions courtes et ponctuelles, il n'y a en général pas de souci : on signe pour une tâche, on envoit la facture et basta. Mais pour les missions de longue durée (type régie) ou récurrentes, qui induisent de plus grandes dépenses, ça complique les choses, et c'est là que la taille du client change la donne. En général, il n'y a pas de souci avec les petites structures (quand elles savent ce qu'elles veulent), mais pour un grand compte, là je pense qu'il vaut mieux vaut oublier. Pourquoi ? Pour deux raisons principales.

La première, c'est qu'en général, ces entreprises n'aiment pas le faire, parce que ça induit un risque de gestion de l'effectif. Un indépendant, c'est par nature plus "volatil" : comme il n'a pas de patron, il peut se barrer du jour au lendemain, parfois même en faisant fi du délai de prévenance (beaucoup ont déjà entendu l'excuse du fameux "accident de voiture/moto/vélo"). Et quand ça arrive, ça veut dire qu'il faut chercher un remplaçant, à l'arrache et sans passsation, ce qui fait un peu tache quand on en parle au n+2. Voilà pourquoi les grands comptes sont friands des SSII : on signe avec une structure qui fera normalement ce qu'il faut pour assurer la continuité dans de bonnes conditions, tout en permettant malgré tout de faire un casting des candidats.

Deuxième raison : même si vous trouvez un grand compte qui accepte de signer avec vous, si vous êtes un expert très demandé dans votre secteur par exemple, méfiez-vous. Car ce n'est pas votre n+1 que vous aurez en face, ni un RH, mais un responsable des achats. Et ces gens-là ne voient que votre TJM, et ne sont ni prescripteurs (ils se fichent de savoir que vous êtes le meilleur candidat ou non), ni les payeurs (ils se moquent du fait que vous soyez payé dans les temps). Bilan : vous allez dépenser énormément de temps et d'énergie pour contractualiser face à quelqu'un qui n'aura aucun intérêt personnel à ce que les choses avancent. Car dans la majeure partie des structures que j'ai fréquentées, bizarrement les services achats sont en roue libre, personne ne leur met de bride notamment en délais de contractualisation, résultat leur seul objectif est de serrer les coûts au maximum afin de toucher un plus gros bonus en fin d'année, peu importe le temps que ça prend. J'ai par exemple vu un freelance facturer son plein-temps au bon de commande chaque semaine pendant 9 mois avant d'avoir son contrat définitif : c'était un fort caractère qui adorait tenir tête aux requins, mais personnellement ça m'aurait vite lassé.

Ah et autre chose aussi : un contrat avec un grand compte n'a rien à voir avec ceux qu'on signe avec des SSII ou des sociétés de portage. Ces derniers font une dizaine de pages assez limpides en général, mais ceux des grands comptes c'est autrement plus fastidieux, plein de clauses obscures et passablement légales, et avec une pression beaucoup plus forte pour les signer sans trop discuter.

youcef91

20 Messages

discret
16/09/2020 à 16:13

@Celeri
Les sociétés de portage c'est de l'arnaque ... il est ou le bénéfice d'etre freelance et ensuite revenir a se verser un salaire via une société intermediaire ( portage )... le but du freelancing surtout en micro entreprise et surtout quand tu as l'Acre...et de gagner un max de tune ! car le régime social et fiscal est propice et assez avantagieux (meme si le plafond reste limité a 72 KE )  mais ça vaut le coup .. le portage = quite a rester salarié en interne dans une boite ...au moins t'as les avantages sociaux ( 1% logement, CE, TR.... ) ....

Celeri

29 Messages

actif
16/09/2020 à 17:29

youcef91 a écrit :@Celeri
Les sociétés de portage c'est de l'arnaque ... il est ou le bénéfice d'etre freelance et ensuite revenir a se verser un salaire via une société intermediaire ( portage )... le but du freelancing surtout en micro entreprise et surtout quand tu as l'Acre...et de gagner un max de tune ! car le régime social et fiscal est propice et assez avantagieux (meme si le plafond reste limité a 72 KE )  mais ça vaut le coup .. le portage = quite a rester salarié en interne dans une boite ...au moins t'as les avantages sociaux ( 1% logement, CE, TR.... ) ....
Excuse-moi, mais tu m'as l'air d'avoir des idées bien arrêtées pour quelqu'un qui vient demander un retour d'expérience aux autres freelances... Et tu sembles aussi mélanger des choses incompatibles, comme par exemple l'ARCE et la micro-entreprise. Tu es sûr de vouloir connaître l'expérience des autres, ou est-ce que tu cherches à confirmer les idées que tu as déjà ?

Je ne l'ai pas précisé, mais je parlais de société de portage commercial. Le portage salarial est un mode de fonctionnement assez spécifique, qui a ses avantages et ses inconvénients. Néanmoins, quel que soit le type de portage, certaines caractéristiques demeurent : l'intermédiaire gère la prospection des missions, la contractualisation (difficile) et la relation avec les services autres qu'opérationnels avec les clients. Perso, je n'y vois pas d'arnaque, c'est une délégation de tâche, et c'est grâce à ça que je n'ai eu aucun jour d'intercontrat depuis 2015. C'est comme pour ceux qui choisissent un EC pour ne pas avoir à gérer leur comptabilité eux-mêmes.

Si négocier avec un service achats t'intéresse alors tant mieux pour toi, moi non, et j'en connais beaucoup d'autres qui pensent pareil. De même, si ça t'amuse de prospecter au-delà de ton réseau en contactant à l'aveugle des clients que tu ne connais pas, grand bien te fasse, en tout cas moi je n'en ai ni le temps ni l'envie, j'ai bien assez de taf chez mes clients comme ça.

Chacun a sa façon de considérer ce que signifie être "freelance", personnellement ce qui m'intéresse c'est de pouvoir choisir mes missions, d'en partir quand je veux et de pouvoir me reposer avant d'enchaîner avec une autre sans compte à rendre. Quant aux avantages sociaux qu'on peut avoir en étant interne, moi ça ne me motive pas : ce sont autant de boulets qui dissuadent de changer d'employeur quand ça devient nécessaire, et avoir sa propre structure offre aussi des avantages (dividendes, CESU, frais professionnels, etc.).

code38

182 Messages

impliqué
16/09/2020 à 17:33

youcef91 a écrit :Les sociétés de portage c'est de l'arnaque ... il est ou le bénéfice d'etre freelance et ensuite revenir a se verser un salaire via une société intermediaire ( portage )... le but du freelancing surtout en micro entreprise et surtout quand tu as l'Acre...et de gagner un max de tune !
 
Merci pour partager votre vision du freelancing. Ca a le mérite d'être clair. Heureusement ce n'est pas le but principal de tous.
A propos de votre jugement réducteur sur le portage salarial ... sachez quand même que c'est un modèle qui convient à certains.

Concernant votre sujet initial, j'hésitais à répondre car je sentais la question "lancée en l'air" sans comprendre ce que vous alliez tirer des réponses. C'est étonnant que vous ne connaissiez pas déjà la réponse mais la plupart passe par un intermédiaire (SSII) et beaucoup aimeraient s'en passer.