100 % FREELANCE 100 % IT
100 % FREELANCE 100 % IT
 

La fin du referencement c'est pour .... jamais ?

Droopyann

221 Messages

impliqué
04/05/2021 à 08:54

itconsult a écrit :en effett l'URSSAF c'est une saloperie, c'est pour ca que les SSII existent (des parasites destinés a detourner le droit du travail)
Il faut revoir tout le systeme en effet...
Je suis d'accord avec vous qu'il y a des choses à revoir dans le système.

De base, le travail de prestation ne devrait existé qu'à la marge.
L'idée de la loi étant qu'un poste régulièrement attribué à une ressource externe ou a un CDD devraient en fait être transformé en CDI (d'où certaines requalifications quand les salariés se rebellent).

Il faudrait effectivement un vrai coup de pied dans la fourmilière pour mettre au clair :
  • Soit tous postes réguliers doit être un CDI. Les grandes entreprises doivent donc embaucher massivement afin de transformer 80% des postes de prestations, notamment les 1er échelons (les postes junior ne sont quasiment plus ouvert au CDI dans les grandes entreprises). C'est la fin de fait de la majorité des ESN qui fournissent uniquement de la main d'oeuvre en régie. on passe d'un ratio moyen de 60% interne / 40% presta à 95% interne / 5% presta. Ce sont vraiement des missions ponctuelles type remplacement ou poste hyper spécialisé qui sont assuré par des prestataires (salarié d'ESN ou freelance). Dans cette configuration, le nombre de freelance resterait limité (pas de multiplication de contrats et contraintes pour les services achats) et justifié.
  • Soit on reconnait que le modèle actuel n'est plus en phase avec l'esprit de la loi, ni avec la notion de plein emploi qui n'existe plus. On repose l'ensemble des règles afin de faciliter le travail de tout le monde, et faciliter les différents statuts. C'est un modèle qui reste à inventer. La complexité étant que les freelance sont nombreux mais finalement peu organisé et représenter face aux grands groupes et aux grandes ESN. Le risque étant que le nouveau modèle soit encore plus en notre défaveur. Mais on pourrait commencer par mieux reconnaitre le statut de travailleur indépendant, et lever les doutes législatifs sur l'emploi réguliers de travailleurs indépendants.

Yann
EURL-IS depuis juillet 2019

fullstack_obliged

93 Messages

très actif
04/05/2021 à 22:01

Droopyann a écrit :
itconsult a écrit :en effett l'URSSAF c'est une saloperie, c'est pour ca que les SSII existent (des parasites destinés a detourner le droit du travail)
Il faut revoir tout le systeme en effet...
Je suis d'accord avec vous qu'il y a des choses à revoir dans le système.

De base, le travail de prestation ne devrait existé qu'à la marge.
L'idée de la loi étant qu'un poste régulièrement attribué à une ressource externe ou a un CDD devraient en fait être transformé en CDI (d'où certaines requalifications quand les salariés se rebellent).

Il faudrait effectivement un vrai coup de pied dans la fourmilière pour mettre au clair :
  • Soit tous postes réguliers doit être un CDI. Les grandes entreprises doivent donc embaucher massivement afin de transformer 80% des postes de prestations, notamment les 1er échelons (les postes junior ne sont quasiment plus ouvert au CDI dans les grandes entreprises). C'est la fin de fait de la majorité des ESN qui fournissent uniquement de la main d'oeuvre en régie. on passe d'un ratio moyen de 60% interne / 40% presta à 95% interne / 5% presta. Ce sont vraiement des missions ponctuelles type remplacement ou poste hyper spécialisé qui sont assuré par des prestataires (salarié d'ESN ou freelance). Dans cette configuration, le nombre de freelance resterait limité (pas de multiplication de contrats et contraintes pour les services achats) et justifié.
  • Soit on reconnait que le modèle actuel n'est plus en phase avec l'esprit de la loi, ni avec la notion de plein emploi qui n'existe plus. On repose l'ensemble des règles afin de faciliter le travail de tout le monde, et faciliter les différents statuts. C'est un modèle qui reste à inventer. La complexité étant que les freelance sont nombreux mais finalement peu organisé et représenter face aux grands groupes et aux grandes ESN. Le risque étant que le nouveau modèle soit encore plus en notre défaveur. Mais on pourrait commencer par mieux reconnaitre le statut de travailleur indépendant, et lever les doutes législatifs sur l'emploi réguliers de travailleurs indépendants.
J'aime bien le second point mais dans l'absolu je pense qu'il faut laisser les gens travailler comme bon leur semble et retirer tous les freins.
Je me souviens d'une clause que j'avais sur un de mes contrats en SSII il y a quelques annees qui m'interdisait d'avoir un second employeur... A l'epoque ca ne m'importait pas, aujourd'hui je ne comprends pas ce que ca fout en clause de contrat.

Pareil aucune raison de limiter a 39/40 ou 45h le temps de travail. Si quelqu'un a envie de se faire 100h par semaine, ca ne regarde que cette personne donc je suis desormais totalement contre tous freins lier a un quelconque job.

Ozymandias

104 Messages

très actif
05/05/2021 à 18:34

fullstack_obliged a écrit :J'aime bien le second point mais dans l'absolu je pense qu'il faut laisser les gens travailler comme bon leur semble et retirer tous les freins.
Je me souviens d'une clause que j'avais sur un de mes contrats en SSII il y a quelques annees qui m'interdisait d'avoir un second employeur... A l'epoque ca ne m'importait pas, aujourd'hui je ne comprends pas ce que ca fout en clause de contrat.

Pareil aucune raison de limiter a 39/40 ou 45h le temps de travail. Si quelqu'un a envie de se faire 100h par semaine, ca ne regarde que cette personne donc je suis desormais totalement contre tous freins lier a un quelconque job.
C'est vrai que ce genre de règles est parfois délicat. Les règles qui limitent le temps de travail hebdomadaire (même en cas de cumul d'emplois) sont faites pour protéger les salariés et éviter qu'ils se fassent exploiter. Mais en même temps, les gens qui sont prêts à travailler autant...ont parfois vraiment besoin de travailler autant !
C'est comme l'histoire de cette infirmière qui s'est faire refuser la nationalité française parce qu'elle travaillait trop d'heures par semaine.

Dans notre contexte, c'est un peu comme les critères pour définir les statuts de dépendance économique. C'est censé protéger les petites sociétés. Mais ça peut parfois empêcher ces sociétés d'obtenir des contrats aux montants trop élevés par rapport à leur CA actuel.

Enfin bref, il n'y a pas de solution miracle. Peu importe où on place le curseur, ça ne pourra jamais être bon pour tous les cas.