100 % FREELANCE 100 % IT
100 % FREELANCE 100 % IT
Auteur : Olivier_M
Forum: Situation personnelle
Sujet: CDI 110k VS Freelance 185k
Réponses : 7
Vues : 423

Posté le 13/10/21 à 20:01 :

nemek a écrit :
Freelance91 a écrit :Vous voulez comparer des pommes et des poires, le CDI est moins payé et plus sécurisant., le freelancing est plus payé et moins sécurisant.
  • Qu'elle type de structure me suggérez vous ? Un montage financier particulier ? => EURL
  • Est t-il possible d'ouvrir sa société à l'étranger pour bénéficier de taxes réduite quitte à prendre mutuelle + retraire en privé => vous oubliez, du moment que vous exercez en France, vous devez monter une structure en France.
Merci pour vos réponses, pour la société a l'étranger je demande justement parce que je peux exercé d'où je veux. Je voulais donc savoir en tant que français est t'il possible d'ouvrir sa société ailleurs (quitte à aller vivre dans ce pays)
Si vous vivez réellement à l'étranger et que vous y télétravaillez, vous pouvez probablement y ouvrir une société et y payer tous vos impôts. A vérifier cependant en fonction des conventions fiscales entre pays. Et si votre épouse et votre enfant restent, eux, en France, ça risque d'être plus compliqué.
Singapour, c'est très sympa pour les familles (et les impôts)

Posté le 08/10/21 à 14:07 :

BSF_YASSINE a écrit :Merci pour vos retours .

C'est quoi la différence entre le contrat de travail et le contrat commercial du coup ?  en tant que freelancer comment je peux savoir si je suis soumis à un contrat de travail ou à un contrat commercial ?
Pour faire simple :
Un salarié, qui a donc signé un contrat de travail, dépend du code du travail.
Un travailleur freelance, donc non salarié, signe des contrats commerciaux, et dépend donc du code de commerce.

Pour vous qui êtes en EURL (et j'imagine que les parts de la société vous appartiennent), c'est simple, vous ne réalisez que des actes de commerce et ne pouvez a priori pas être salarié.

Posté le 08/10/21 à 09:57 :

La réponse de nicolt81est parfaite.
Un seul élément de plus : si la société de service intermédiaire ne remplit pas ses obligations contractuelles et que ces manquements sont répêtés et sérieux, vous auriez un bon argument pour changer d'intermédiaire. Dans tous les autres cas, ainsi qu'indiqué, le risque est important pour vous.

Posté le 07/10/21 à 18:45 :

Bonjour,

1. Sans savoir précisément quel sera votre rôle (MOA, MOE, dév...) et chez quel type de client vous intervenez difficile de se faire un avis sur votre facturation (les banques d'affaires payent généralement beaucoup mieux que les grands réseaux, et les missions en front-office sont plus chères qu'en back-office par exemple). Mais de manière générale, 350€ me semble bas. Autour de moi, seuls les consultants qui sont débutants et font uniquement de l'homologation (des tests) sont à ce tarif.

Maintenant que vous avez accepté, difficile de renégocier. Mais une fois sur place, essayez de savoir combien paye le client final, et si vous voyez que l'ESN se fait une grosse marge (25% ou plus), essayez de renégocier dans 6 mois.

2. En AE c'est environ 22% de charges ; en portage, une fois payés les frais et les cotisations, il vous restera une petite moitié de ce que vous facturez. Ceci dit, vous pouvez dépasser ponctuellement le plafond AE, et si vous deviez changer de statut, vous pourriez opter pour celui d'entrepreneur individuel, moins "coûteux" que le portage salarial.

3. Motif "juridique", ça m'étonnerait assez. Si l'une des 2 ESN est immatriculée à l'étranger, ne cherchez pas, c'est pour faire partir du bénéfice sous des cieux fiscaux plus favorables. Quoi qu'il en soit, l'important pour vous est de vérifier la solidité financière de ces intermédiaires (grâce à www.pappers"dot"fr par exemple)

4. J'ai une RCP chez Allianz qui s'adapte annuellement à mon niveau de chiffre d'affaires et me coute entre 400 et 600€ par an, si ça peut vous servir de comparaison.

Posté le 03/10/21 à 19:30 :

Bonjour,

Il y a toujours des cas particuliers ou situations hors normes, mais :

  • La marge brute que réalise une société de services informatiques sur le travail d'un freelance est en moyenne de 20%
  • La marge brute que réalise une société de services informatiques sur le travail de ses salariés est en moyenne de 40%
Pour que, financièrement, votre entreprise gagne plus dans l'hypotrhèse ou vous passeriez freelance, c'est soit que vous êtes actuellement un très mauvais salarié qui ne rapporte rien, soit qu'en freelance vous acceptiez un TJM très défavorable pour vous.

Posté le 28/09/21 à 17:01 :

Bonjour,
Je ne suis pas sur de comprendre la question.
A priori les freelances représentent 8,5% des 365.000 personnes travaillant dans le secteur de l'informatique, ce qui est inférieur à la proportion de travailleurs indépendants en France, tous secteurs d'activités confondus.

Posté le 28/09/21 à 16:49 :

Votre expert comptable a raison dans le sens où un montage a finalité "principalement fiscale" (ce qui est hautement subjectif) est susceptible de redressement.
Pour mon cas personnel, je suis dans la situation qu'il décrit : je souhaite arrêter mon activité et passer à autre chose, totalement différent. La société comporte d'autres associés et un second gérant, également consultant, elle a donc vocation à continuer d'exister. Le rachat des parts par la société ne sera pour moi que la solution ultime, si je ne trouve pas de repreneur et si aucun associé n'est en mesure de racheter mes parts.

PS : a priori, le fait pour une société de disposer d'une trésorie importante que ne justifie pas son activité (je pense que nous sommes en plein dedans vu nos métiers), constitue un motif valable de réduction du capital social.

Posté le 28/09/21 à 09:39 :

Oui, ça concerne aussi bien les titres achetés dans les 10 ans suivant la création de l'entreprise que ceux obtenus directement lors de la création lorsque vous faites partie des fondateurs.
Peut-être à faire valider formellement par votre comptable, pour vous assurer que votre société et vous-même satisfaisez à l'ensemble des critères, mais il est très probable que vous puissiez bénéficier de l'abattement renforcé. C'est ce que je m'aprrête à faire et nos situations professionnelles sont sans doute identiques (gérant majoritaire, SARL créée il y a 15 ans dans mon cas).

PS : l'abattement s'applique en cas de cession, y compris si les parts/actions sont rachetées par la société elle-même. Pas sur cependant qu'il s'applique en cas de réduction de la valeur du nominal.

Forum: Le café de Freelance-info
Sujet: Nouveau site freelance-info
Réponses : 117
Vues : 18676

Posté le 17/09/21 à 08:33 :

Bonjour,

Depuis quelques jours, les fils de discussion consultés ne s'affichent plus en "lu".
Plus exactement, il me semble que ceux qui portent un indicateur "Màj" passent en "lu" après consultantion, mais pas les fils ne portant aucun indicateur.
Cordialement

Posté le 15/09/21 à 09:29 :

Qu'entendez-vous par "sans passer par la flat tax" ?
Vous pouvez faire racheter vos parts directement par la société, puisqu'elle dispose de la trésorerie nécessaire. Ce sera alors la fiscalité des plus-values qui s'appliquera, et non celle des revenus mobiliers.

Posté le 08/09/21 à 09:03 :

Oui ils peuvent. 
Bien que cela sera plus compliqué et, si vraiment ils tiennent à vous poursuivre, leur demandera de passer par un avocat un peu dégourdi. Il y a tellement d'angles d'attaque possibles qu'il est impossible de prévoir quelle serait l'issue d'un procès.

Par exemple, j'ai déjà vu une entreprise perdre son action en concurrence déloyale, alors que leur ancien salarié pillait sans retenue le fichier client de son ancien employeur, parce que leur avocat a été incapable de démontrer l'existence d'un préjudice. Même si vous êtes dans votre droit, si le fautif ne provoque pour vous aucun préjudice, il n'y a rien à indemniser.

Dans votre cas, un avocat pourrait chercher à démontrer que votre nouveau statut de salarié porté n'est là que pour vous permettre d'échapper aux conséquences de la violation d'une clause commerciale signée par votre entreprise. Le tribunal pourrait alors rendre à vos actes/statuts leurs portée réelle, au-delà des apparences, et considérer que vous êtes personnellement responsable et/ou que la fermeture de votre EURL n'avait pour seul but que d'échapper à ses obligations contractuelles et ne doit pas être prise en compte dans son jugement.

Posté le 07/09/21 à 12:13 :

Membre-2511556 a écrit :Je compte expliquer verbalement au client le fait que je ne souhaite pas renouveller ma mission chez eux. 
J'aimerai votre avis à ce sujet? Qu'est-ce que je risque en pocédant de la sorte?
Bonjour

Dans le cas le plus extrême : être licencié pour faute grave car ayant refusé de faire ce pour quoi vous êtes payé, plus un procès avec demande de dommages et intérêts, puisque vous aurez causé un préjudice financier à votre employeur facile à prouver et facile à chiffrer, si en plus il perd la mission.
Cependant, même si vous dites au client ne plus vouloir continuer chez lui, c'est avec le commercial de votre ESN qu'il négociera la durée et la fin de mission, pas avec vous.