100 % FREELANCE 100 % IT
100 % FREELANCE 100 % IT
Auteur : Olivier_M

Posté le 14/04/21 à 18:20 :

Bonjour,

Je suis en train de compléter ma déclaration de revenus en ligne, laquelle cette année nous évite de remplir la DSI/DCR. Lorsque je vérifie les attestations que l'URSSAF met à ma disposition, rien n'est cohérent :

Les montants qui figurent dans mon attestation de CSG/CRDS sont incompatibles avec le contenu de mon relevé de situation, lequel ne correspond pas non plus à ce que j'ai effectivement payé l'année dernière. Concrétement, mon attestation CSG/CRDS mentionne 2000 euros tout rond, alors que mon relevé de situation indique un unique règlement de 1206 euros au 1er trimestre 2020, tout en sachant qu'en réalité, l'URSSAF ne m'a appelé que 563 euros sur ce trimestre (et plus rien ensuite).

Alors ça ressemble un peu à une "erreur de l'URSSAF en votre faveur", mais je voudrait savoir si je suis le seul dans ce cas.

Posté le 13/04/21 à 10:07 :

Bonjour,

Je constate la même chose que vous tous. Il y a pourtant pas mal d'appels d'offres auxquels je peux répondre, mais zéro réponse de la part des clients/ESN français (les boites Suisses répondent par contre rapidement, y compris quand la réponse est négative). Même sur des appels d'offres hyper pointus, pour lesquels j'ai exactement le profil souhaité et pour lesquels la concurrence ne doit pas être énorme, je n'ai pas de réponse.

Sur de multiples candidatures, j'ai eu en tout et pour tout 2 réponses (négatives), l'une mi-février, l'autre mi-mars. Il s'agissait de candidatures réalisées en... octobre et novembre 2020 !

Afficher (pendant quelques semains) un tarif très largement inférieur à ce que je facturais en 2019 n'a pas donné davantage de résultats.

C'est visiblement un problème assez large, puisque l'on en parle parfois sur d'autres groupes de discussion que le présent forum, et c'est également ce que me disent les ingénieurs d'affaires avec lesquels je suis en contact : "on a envoyé ton CV et relancé le client, mais toujours pas de réponse de sa part".

Au final, ainsi que l'ont écrit SCw et code38, j'ai trouvé grâce à mon réseau d'amis également consultants : ceux qui sont en poste sont fortement sollicités par leur client et ont proposé mon CV en direct, avec succès, et à un tarif "habituel".

Posté le 18/03/21 à 10:02 :

Varik a écrit :Bonjour ,

D'après ce que j'ai compris le régime BNC s'applique aussi bien pour les particuliers que pour les professionnels du minage. En gros il n'y pas de différence entre les particulier et les professionnels quand on parle de minage.  

@Olivier : Mon raisonnement est faux puisqu'il ne s'applique qu'au particulier ? En tant que société IS les gains sont soumis à l'IS !   je suis curieux de savoir s'il y un texte dédié à la fisaclité des mineurs professionnels.

@hmg : Oui c'est ce que j'avais en tête avant de voir le retour d'Oliver.
Mon premier message prête à confusion, désolé.

Ce texte du conseil d'Etat fait référence aux gains imposables selon le barème de l'impôt sur le revenu, que vous soyez un particulier ou un professionnel soumis à ce barème (entrepreneur individuel, microentrepreneur...).
En distinguant :
- les gains tirés d'un achat / revente occasionnel de cryptos --> plus-value imposée dans la catégorie des Revenus Mobiliers
- les gains tirés d'une activité occassionnelle de minage --> BNC
- les gains tirés d'une activité habituelle / professionnelle liée au minage ou à l'achat / vente --> BIC

Le texte ne dit pas un mot sur les professionnels soumis à l'impôt sur les sociétés, qui restent donc soumis à leurs règles propres d'imposition --> les bénéfices d'une sociétés soumise à l'IS sont imposés à l'IS pour le cas général.

Posté le 18/03/21 à 09:22 :

Bonjour,

Concernant votre facture de décembre, vous l'avez émise en janvier. A 30 jours fin de mois, et en interprétant de manière stricte cette clause, 31 janvier + 30 jours = 2 mars. On ne peut pas dire qu'il y ait eu un retard significatif.

Par contre, la justification "le client final n'a pas encore payé sa facture" doit vous alerter. Y a t'il une clause dans votre contrat qui conditionne votre paiment à celui du client final ? Vous êtes-vous renseigné sur la solidité financière de cette ESN ?

Concernant votre paiement de janvier, cherchez sur le forum, vous verrez qu'il y a 2 manières d'interpréter la règle "45 jours fin de mois". Soit fin du mois de facturation + 45 jours, donc dans votre cas, si vous avez émis la facture en janvier, le 17 mars ; Soit date de facture + 45 jours, fin du mois concerné, donc dans votre cas : 31 mars.

Concernant l'avenant à votre contrat. En matière commerciale, l'écrit n'est pas indispensable. Gardez des traces (mails, échanges....) que vous intervenez bien pour un client final, et que celui-ci souhaite que vous poursuiviez la mission, cela constituera des preuves que vous avez bien un contrat en cours au cas où le pire arriverait (refus de paiement de l'ESN).

Par ailleurs, est-ce que l'avenant est obligatoire ? Votre contrat ne contient-il pas une clause de renouvellement tacite à l'issue de la période initiale de 3 mois ? Si ce n'est pas le cas, harcelez-les poliement pour obtenir cet avenant, mais si la mission vous plait, que le client final est sympathique, et que vous êtes payé, ça serait dommage d'arrêter la mission ou d'envoyer un ultimatum.

Pour finir : les pénalités de retard : je crois qu'il s'agit d'une mention obligatoire à faire figurer sur vos factures. Si vous ne le faites pas, c'est vous, en cas de contrôle, qui êtes passible d'une petite pénalité (petite, mais à multiplier par le nombre de mentions obligatoires manquant et par le nombre de factures concernées).

Posté le 17/03/21 à 07:35 :

Varik a écrit :la question est de savoir si c'est possible de déclarer le chiffre du BNC en IR et le celui du BIC en IS.
Si je comprends bien il faut créer une structure dédiée pour déclarer le BNC?
 
Bonjour,
hmg vous a répondu : si vous investissez en tant que personne physique soumise à l'IR, alors rien ne s'oppose à ce que vous déclariez certains revenus en BIC et les revenus tirés des cryptos en BNC, la déclaration de revenus sert à cela.
Si vous investissez par le biais d'une structure soumise à l'IS, comme c'est votre cas, et bien tous les gains sont... soumis à l'IS.

L'arrêt du Conseil d'état que vous citez s'applique aux cessions réalisées par des particuliers, donc soumis à l'IR.

Posté le 14/03/21 à 08:11 :

petite-sirène a écrit :Bonjour,
(...) si la personne est salariée dans une entreprise tout en faisant du free-lance pour d'autres boîtes dans un autre domaine, est-ce légal cette fois-ci ?
Bonjour,
Oui dans ce cas c'est légal, à condition, bien souvent, que l'employeur l'accepte, ça dépend du contrat de travail. Dans certains contrats il y a une mention qui indique que le salarié doit tout son temps de travail à son employeur. Certaines professions réglementées ainsi que les fonctionnaires ont, me semble t'il, des restrictions sévères qui sont presque des interdictions d'exercer un autre travail en parallèle, même dans un autre domaine.

Posté le 14/03/21 à 08:06 :

Bonjour,

Il y a deux points à étudier à mon avis.

Le premier : avez-vous discuté du tarif ? Il est fréquent que les grosses sociétés aient leurs propres modèles de contrat, assortis de conditions générales et de délais de paiement que l'on ne peut pas -ou rarement- négocier. Rien d'anormal là-dedans, à condition toutefois que vous ayez pu discuté du tarif, en fonction du boulot à effectuer, de la durée de la mission, des exigences particulières en terme de délai etc..

Si même le tarif vous est imposé par l'ESN sans que ce point ait été évoqué au préalable, ça commence assez mal (ou assez bien pour vous si vous voulez faire requalifier votre contrat de prestation en contrat de travail)

Le second point : outre les conditions de paiment, le devis ou la lettre de mission est important afin que vous et l'ESN soyez parfaitement d'accord sur le travail à accomplir et les conditions dans lesquelles le réaliser. De mon expérience, même pour du développement, s'engager contractuellement à réaliser un boulot sans avoir préalablement précisément décrit ce boulot, c'est une quasi-garantie de mésentente avec le client. Parce que celui-ci aura des exigences ne correspondant peut-être pas à vos compétences, ou vous demandera autre chose que ce qui aura été indiqué à l'oral, ou en demandera bien plus en vous disant "vous avez signé un contrat, vous êtes engagé". Bref, ne pas décrire précisément le service que l'on vend et le prix auquel on le vend, ça ne peut que se retourner contre vous (et c'est vrai de tous les domaines).

Dernier conseil : lisez bien le contrat et les conditions que l'on va vous proposer. Notamment les clauses qui seraient susceptibles de conditionner le paiement de vos factures à des critères subjectifs ou échapant à votre contrôle.

Posté le 07/03/21 à 08:40 :

Inscrit juste pour poster un message publicitaire ?

Mais puisque c'est utile et gratuit, pourquoi pas. L'ergonomie du site est très bien, l'information y est détaillée de manière très claire et la possibilité de télécharger immédiatement et gratuitement les documents est vraiment pratique. Il y a de bonnes chances que le site devienne incontournable pour ceux qui avaient l'habitude d'aller chercher des renseignements sur d'autres sites bien connus mais payants.

Cependant, aucune mention légale, si ce n'est le "partenariat" avec un cabinet d'avocat. Ça fait un peu tâche cette absence de mentions légales (ou alors elles sont bien cachées) pour un site qui propose justement la mise à disposition gratuite de telles informations.
Par ailleurs, puisqu'il s'agit de mettre à disposition gratuitement des informations qui par ailleurs vous ont coûté quelque chose à obtenir, je ne vois pas quel est le business model. Quand un service semble construit pour structurellement perdre de l'argent, je m'inquiète un peu.

Posté le 02/03/21 à 08:23 :

Proposez leur d'intervenir dans ce domaine !
Ce client recherche visiblement des ressources afin de migrer sa chaîne SWIFT vers la nouvelle norme et les nouvelles mesures de contrôle mises en place. Celles-ci exigent un audit de sécurité annuel et indépendant. Si l'audit n'est pas concluant, toutes les banques de la place le savent et peuvent refuser de travailler avec l'établissement défaillant (ou appliquer un protocole sécuritaire plus contraignant). Dans un cas extrême, SWIFT peut vous supprimer l'accès au réseau. Inutile de dire donc que c'est critique pour la banque concernée !

Forum: Le café de Freelance-info
Sujet: Piratage de Freelance-info
Réponses : 45
Vues : 2352

Posté le 26/02/21 à 23:02 :

Membre-186697 a écrit :Bonsoir,

Avez-vous davantage de précisions sur le type de données dérobées ?

Merci.
Bonsoir,

Ce sont les données présentes sur la page récapitulative de votre profil. faites un tour sur l'article d'origine, dont mdeverdelhan nous a indiqué le lien. Basiquement, les champs que vous voyez en vous connectant à votre CV :
Titre du poste recherché, nombre d'année d'expérience, niveau d'études, disponibilité, adresse, téléphone...

Et oui, moi aussi ça m'agace quelque peu que des données aussi précises que mon adresse physique exacte et mon numéro de téléphone se baladent dans la nature.

Posté le 26/02/21 à 07:57 :

Bonjour,

Les sociétés proposant l'achat à cours connu ne prennent aucun risque, elles appliquent des marges qui leur évitent de devoir en être de leur poche. Donc sauf en cas, bien rare, de très forte variation du cours de l'or en l'espace de 2 ou 3 jours, préférez les sociétés "classiques", qui achètent et vendent à cours inconnu. Et prenez simplement en compte qu'entre le prix au jour ou vous validez votre achat / votre vente et le prix réel qui vous sera appliqué, il peut y avoir 1 ou 2% de différence. Et cette différence peut être à votre avantage.

Attention, dans tout mon message je parle des compagnies et bureaux de change bien établis dans la vente et l'achat de pièces, lingotins et lingots. En ce qui concerne les bijoutiers et petits comptoirs, je n'ai pas testé, mais il me semble qu'ils prenent des marges prohibitives. Et encore plus lorsque la transaction ne porte pas sur de l'or "pur" (lingot, pièces) mais sur des bijoux, pour lesquels les prix d'achat sont très, très éloignés du cours officiel (ce qui est justifié en partie parce qu'il va falloir fondre les objets et séparer l'or des autres métaux, puis faire certifier les nouveaux lingots).

--> tant pour l'achat que pour la vente, passez par la société qui vous offre le meilleur prix, c'est à dire celle qui prend le moins de marge, quitte à passer votre ordre à cours inconnu
--> passez par une société qui a pignon sur rue et bonne réputation. Sachez cependant que même avec de grandes sociétés installées partout sur le territoire national, souvent chaque bureau est indépendant et franchisé : s'il dépose le bilan ou "oublie" de vous payer, ou vous refile un lingot "truffé", la maison mère n'est pas responsable et ne vous doit rien.

PS : je vous ai envoyé quelques "retours d'expérience" en message privé.

Posté le 25/02/21 à 08:59 :

Bonjour,

Quelques infos si vous vous décidez pour ce type d'investissement et optez pour de l'or "physique" dont vous prenez livraison

- Le prix d'achat dépend du cours de l'or auquel se rajoute une "prime" qui est fonction de l'offre et de la demande. Cette prime est généralement d'autant plus grande que la valeur est petite et facilement échangeable. Autrement dit : sur un lingot de 1Kg, qui ne s'échange pas facilement parce que peu de monde peut sortir 40 ou 50.000 euros d'un coup, vous payez le poids d'or, et une prime très faible, de l'ordre de 1 à 2%. A contrario, sur une pièce ou un lingotin de 50 grammes, facilement échangeable car affichant un prix de quelques centaines d'euros, vous payez le poids d'or plus une prime qui peut atteindre 15 à 20%. Donc 10 lingotins de 100 grammes coûtent sensiblement plus cher qu'un lingot de 1Kg, alors que le poids total d'or est le même.

- Attention lors de l'achat (et lors de la revente), certaines officines, surtout en province, pratiquent des marges très exagérées. Privilégiez plutôt celles qui pratiquent des frais en % de votre prix d'achat et de vente. En dessous de 5% ce sont des frais convenables, et il ne faut pas hésiter à les négocier pour un montant d'achat ou de vente significatif (il n'est pas très compliqué d'obtenir 3%, voire encore moins).

- Vous paierez ces frais à l'achat et à la vente

- Achat et vente se font la plupart du temps à cours inconnu : vous passez votre ordre le lundi, l'intermédiaire procède à l'achat ensuite. Du coup, le prix que vous allez payer, sera fonction du cours de l'or du mardi ou du mercredi. Idem pour la vente. Parfois, entre temps, le cours aura varié à votre avantage, mais parfois à votre désavantage. Certains bureaux vous proposent des transactions à cours connu, donc pas d'aléa pour vous, mais en contrepartie ils prennent une marge supérieure.

- Ça va sans dire, mais votre achat doit être accompagné d'un certificat (pour les lingots tout du moins, j'ignore s'il y en a pour les pièces)

- Si vous optez pour la détention physique de ce que vous achetez, pensez qu'un coffre dans une banque coûte environ 100 à 150€ par an, et que très peu d'agences bancaires en proposent encore. Par ailleurs, vérifiez bien le plafond d'indemnisation proposé par la banque en cas de destruction du contenu de votre coffre. On a vite fait de le dépasser lorsque le coffre contient de l'or !

Et dernier truc : les jolis lingots brillants et bien réguliers, c'est surtout dans les films, en vrai, un lingot fondu dans les années 50 ou 60, ça ne ressemble pas du tout à ça.