Freelances, comment calculer votre rentabilité ?


Publié le 14-01-2021 par Modérateur FREELANCE INFO



Indépendants, pas toujours évident de fixer les bons tarifs, d’anticiper les charges et d’estimer le temps à passer sur une mission. Nos conseils pour calculer et surveiller votre rentabilité en freelance. 

Qu’est-ce que le seuil de rentabilité ?

Le principe du travailleur freelance, c’est d’échanger du temps et des capacités contre de l’argent. S’il n’est pas toujours pertinent de facturer ses missions au temps passé, il est pourtant primordial d’en avoir conscience afin de fixer les bons tarifs et d’assurer un “seuil de rentabilité”. 

Votre seuil de rentabilité désigne ainsi le montant minimum de chiffre d’affaires à réaliser pour pouvoir vivre de votre activité. Vos recettes doivent ainsi couvrir, mieux, dépasser, l’ensemble des dépenses auxquelles vous faites face en tant qu’indépendant : impôts, logiciels, matière première, matériel, formations, loyers… 

Surveiller sa rentabilité : quelques réflexes simples 

Atteindre la rentabilité, c’est assurer la pérennité de votre structure, sur les court, moyen et long termes. 

Pour la garantir, il convient d’adopter quelques réflexes. 

  • Gardez constamment en tête votre seuil de rentabilité. Ce chiffre vous sera très utile lorsque vous établirez des devis. Il vous permettra de définir un tarif heure ou jour minimum, c’est-à-dire un montant en-dessous duquel vous ne pourrez pas accepter une mission. 

  • Fixez ainsi des tarifs permettant de dépasser votre seuil de rentabilité. Trois éléments primordiaux vous aideront à les déterminer : votre mode de facturation, votre temps de travail et vos charges. 

  • Choisissez le bon mode de facturation. En tant que freelance, vous avez le choix de votre manière de facturer. Temps passé sur le projet (TJM : taux journaliser moyen) ou forfait ? Les indépendants confirmés ont plutôt tendance à pencher pour cette seconde option. Il ne s’agit pas de vendre du temps (en tout cas pas de manière transparente), mais de proposer un “package”. On facture ainsi pour un résultat final et non pour une quantité de temps passé à l’heure ou à la journée. 

  • Suivez pour vous y aider la règle des 120 jours. Une fois les week-ends, congés et jours fériés ôtés du calendrier, on considère généralement qu’un freelance travaille 220 jours par an. C’est bien sûr sans compter sur tous les postes indispensables mais non rémunérateurs : communication, prospection, rendez-vous clients et fournisseurs, formation, gestion administrative… Ces tâches occupent facilement 40 % du temps de l’indépendant, qui ne facture finalement que 120 à 150 jours par an. Notre conseil : vous baser sur le moins de jours pour vous garantir une marche, et opter pour un calcul sur la base de 120 jours. Vous pourrez ajuster en conséquence votre taux jour. Si vous facturez au forfait, il vous suffira d’estimer officieusement le temps passé pour remplir la mission et de vous fournir ensuite un prix “package” à votre prospect. 

  • Anticipez vos charges et vos impôts. Ils peuvent peser lourd dans la balance : déterminez à l’avance vos coûts à l’année (frais de loyer ou de co-working, matériel informatique, logiciels, mutuelle, assurance professionnelle, charges sociales…) et prévoyez mois après mois l’approvisionnement nécessaire pour les solder avant toute dépense. Si vous êtes soumis à la TVA, mettez-la directement de côté à chaque paiement, pour vous prémunir contre toute mauvaise surprise. 

  • Une fois lancé dans une mission, gérez votre temps en conséquence. Veillez à respecter ce que vous avez vendu et à ne pas dépasser les limites fixées si vous voulez préserver votre seuil de rentabilité. Soyez particulièrement vigilant lorsque vous facturez au forfait, où il est plus facile de perdre de vue le temps passé en regard du tarif vendu. Trackez votre temps à l’aide d’un chronomètre et n’hésitez pas à tenir un compteur de votre temps passé pour ajuster si besoin la conduite de votre mission. 

Une communauté de freelances à votre écoute 

Vous l’avez compris, pour calculer votre seuil de rentabilité, il faut connaître le nombre de jours travaillés dans l’année, faire la liste de toutes vos charges annuelles et calculer le taux horaire et minimum moyen à assurer pour gagner votre vie. 

Vous vous sentez un peu perdu ? Vous doutez sur votre TJM ? Vous hésitez à facturer au temps passé ou en forfait ? Vous n’êtes pas seuls : rejoignez la communauté Freelance-info et ses forums thématiques, qui ont vocation à vous aider dans vos démarches administratives et comptables. 

Que vous soyez déjà informaticien indépendant ou que vous souhaitiez le devenir, vous avez accès à un espace qui vous propose des réponses à toutes les questions que vous vous posez. 

De nombreux indépendants sont déjà passés par là : ils seront ravis de vous aider dans vos démarches. Parcourez les forums, les articles, les conseils pour vous lancer et exercer à votre compte, mais aussi les espaces où on parle problématiques techniques via les topics tech. 

On vous attend sur le forum de Freelance-info, le site de mission 100 % gratuit pour les freelances !


 



Modérateur FREELANCE INFO