La Phygital Factory de l'ESCP Business School, un pas supplémentaire dans la plan de transformation phygitale


Publié le 14-09-2021 par Modérateur FREELANCE INFO



Le phygital est le résultat de la fusion du retail (ou commerce physique) et du digital. Cela veut dire que l'on fait une connexion entre son e-shop et le magasin physique. Le but est de faciliter l'achat et répondre aux besoins de tous les types de consommateurs. Depuis la crise sanitaire, les processus de phygitalisation se sont accélérés considérablement. Et les espaces pédagogiques ne font pas exception ! L'ESCP Business School (l'ancienne École Supérieure de Commerce de Paris) s'est lancée dans des projets qui vont dans le sens de la transformation phygitale. Il s'agit de la Phygital Factory : voici tous les détails sur cette étape majeure pour l'école de commerce.

La Phygital Factory de l'ESCP Business School

La Phygital Factory est un espace hybride du physique et du digital inauguré en avril 2021. Son but est de favoriser la création d'outils pédagogiques avec un mot d'ordre : l'innovation au service de la transformation phygitale de l'ESCP Europe. Pour mieux comprendre les enjeux de la création de cette usine phygitale, le directeur de la transformation numérique de l'école, Anthony Hié, a dévoilé les grandes lignes clés de cet espace.

Cette nouvelle antenne de l'ESCP est située dans le campus historique, près de la place de la République, dans la capitale. Cet espace d'échange et d'innovation est ouvert à tous les enseignants et étudiants, soit un total de près de 500 personnes au total. Cela dit, tout le staff de l'école peut s'y rendre pour s'initier au monde digital et à ses ressorts pédagogiques. Le but est d'appliquer ces outils à l'enseignement supérieur.

Véritable espace d'échange, l'idée est de recevoir également des startups de l'EdTech. Ainsi, ils pourraient partager des solutions innovantes qui aideraient à faire évoluer la Phygital Factory. Le but étant de cocréer et coconstruire des outils pour le monde phygital de demain.

L'inauguration de ce laboratoire de l'innovation pédagogique constitue une étape majeure pour le plan de transformation phygital, le projet So'School. Il est mené à bien par José Ramon Cobo, responsable de l'innovation pédagogique, et Anthony Hié. Il s'agit d'un programme qui couvre la période 2019-2022. Son but est d'offrir à toute la communauté ESCP une expérience à la croisée du physique et du digital sur tous les campus européens. Cela met en évidence la volonté de la grande école de commerce européenne de devenir des leaders du phygital learning. Un programme ambitieux mais que l'ESCP se donne les moyens d'accomplir !

Concevoir et créer des contenus pédagogiques numériques

La Phygital Factory se déroule sur 70 mètres carrés où l'exploration et l'innovation dominent l'ambiance. Cet espace suit une logique de prototypage rapide, avec trois sites adjacents. 

Tout d'abord, la zone Design est consacrée à concevoir des outils qui favorisent une collaboration plus fluide, physique et digitale. Elle compte avec des outils très modernes : un paperboard numérique , un tableau de dernière génération, et un smart projector d'Adok, une startup fondée par un ancien élève de l'ESCP dont le projet est de transformer toute surface en support tactile.

Ensuite, Share est le deuxième espace du laboratoire. Ici les élèves ont l'occasion de mettre des casques de réalité virtuelle de la marque Oculus pour une expérience immersive. L'idée est de recréer des situations comme une prise de parole en public ou des entretiens d'embauche en d'autres langues telles que l'anglais. Par le biais des casques, les étudiants se connectent au digital twin, le jumeau numérique de la Phygital Factory du futur (2026 !). C'est la mise en œuvre d'une logique d'intelligence collective, où tous les campus peuvent collaborer et travailler sur le projet. La mise en lien est assurée par la plateforme Openeo, native du programme So'School.

Finalement, la zone Make est, comme son nom l'indique, dédiée à la confection de contenus numériques pédagogiques. L'idée est de créer des contenus originaux avec l'optique de la réalité augmentée ou du micro learning. On enregistre des cours magistraux en ligne grâce à des caméras spéciales et suite à un montage. Le digital permet également d'incruster d'autres contenus comme des présentations ou des documents. Le projet d'élaboration compte avec le suivi d'experts en leur domaine : innovation, audiovisuel, réalité virtuelle… 

Le plan So’School : un véritable investissement pour l'ESCP

Le projet de la Phygital Factory fait partie de l'opération globale de transformation phygital So'School. Le but est d'intégrer tous les campus de l'ESCP à travers l'Europe. Cela consiste à offrir une expérience intégrée entre le digital et le physique. Le parcours devient donc interactif, indépendamment du fait que l'étudiant soit à distance ou en présentiel. Depuis 2018, la grande école de commerce déploie l'idée de classe hybride. La mise en œuvre de dalles d'enregistrement au niveau du plafond permet de capter la dimension spatiale de son. Ainsi, le suivi du cours est bien plus authentique et immersif pour l'élève qui suit à distance. Parmi les 150 salles équipées, 50 sont situées dans le campus de Paris.

Le projet de transformation phygital comprend 47 sous-projets. Il s'organise autour de quatre objectifs principaux :

  • offrir une meilleure expérience intégrée sur les campus, grâce au phygital,
  • développer la culture numérique de l'ESCP,
  • favoriser l'innovation pédagogique,
  • mettre la technologie au service de l'apprentissage.


Le but final est de proposer une expérience mixte, avec au moins 20 % de contenu numérique et 40 % minimum en physique dans chaque cours. Cela laissera tout de même une grande marge de manœuvre aux enseignants.

Dans le cadre de So'School, la Phygital Factory représente un grand pas vers la concrétisation du projet global. Il reste maintenant à prolonger le projet avec le développement du digital twin de l'usine, du workplace numérique So'Wego, de l'Intranet collaboratif et de la plateforme Openeo pour l'innovation. L'idée est de développer tous les espaces et les outils nécessaires pour une expérience d'enseignement et d'apprentissage phygital. Il faut dire que la pandémie a été un grand facteur d'accélération du programme. Le budget a donc été réévalué à la hausse.

On est passé de 4 millions d'euros à 7 millions d'euros. L'intégration digitale permettra dans le futur de profiter des big data pour améliorer l'expérience d'apprentissage, voire de proposer un enseignement adaptatif.

 



Modérateur FREELANCE INFO