Le vocabulaire des freelances : un glossaire pour mieux s'y repérer


Publié le 02-08-2021 par Modérateur FREELANCE INFO



Chaque métier a son propre jargon. Les codes varient d'un secteur à l'autre, ainsi que le mode de fonctionnement et le langage employé. Celui qui n'en fait pas partie ou qui s'initie peut avoir la sensation d'être perdu. Or, le freelancing n'est pas un secteur mais une modalité de travail. Toutefois, les freelances utilisent un vocabulaire quelque peu étrange. Mais pas d'inquiétude ! Il suffit de consulter quelques définitions et ce jargon deviendra familier pour vous. Pour vous aider, voici un glossaire qui regroupe les principaux termes des travailleurs indépendants. Peut-être vous en connaissez déjà quelques-uns ! Dans tous les cas, la liste n'est pas exhaustive, mais elle est assez complète. Bienvenue dans le monde des freelances.

TJM

Cet acronyme désigne le tarif journalier moyen ou TJM. Il s'agit donc d'un point clé pour la vie d'un free lance. En effet, lorsqu'on débute en freelancing, il faut savoir à quel prix se vendre et le benchmark. Avec le TJM, vous déterminez une somme journalière pour laquelle vous vendez vos services. Contrairement au salariat, vous devez y inclure les heures de travail, les charges ainsi que le temps de prospection, d'administration et de vacances. Vous avez donc tout intérêt à bien calculer votre TJM pour que votre activité soit rentable.

Lead (et prospect)

Ce sont deux termes qui se rapprochent énormément. En fait, vous voulez que vos leads se transforment en prospects, et puis... En clients ! En effet, les leads et les prospects sont des clients potentiels. Le lead est la personne que vous contactez, soit parce qu'elle montre un intérêt pour vos services, soit parce que vous démarchez. Cela va du simple commentaire sur un réseau social au message privé. Si vous établissez une relation et que vous vous approchez d'une transaction, vous pouvez parler de prospect. En cas de concrétisation, vous aurez converti votre prospect en client !

Brief

Le brief est un élément clé pour le succès d'une collaboration. En effet, lorsqu'un client vous demande une prestation de services, il doit vous préciser ce qu'il attend de vous. Le brief est donc le cahier des charges que le client soumet au freelance pour lui expliquer les objectifs et ses besoins dans le cadre de la mission. Le brief inclut les stratégies à employer et le produit final que l'on attend de vous. Vous tomberez sûrement sur des briefs lacunaires. Ce sera à vous de demander plus de précisions. L'idée est de connaître au mieux les attentes du client pour que la collaboration se passe au mieux. En fonction de l'habitude du client à travailler avec des prestataires externes, le brief sera de meilleure qualité ou pas. Par ailleurs, il est souvent indicateur et il est susceptible d'évoluer au fur et à mesure que le projet avance. Si le client le change de façon importante, le freelance peut évaluer si cela correspond à l'accord établi en premier lieu. En l'absence d'un contrat, le brief et le devis sont les deux pièces qui régulent les termes d'une collaboration. L'idée finale est que les deux parties tirent un bénéfice de la collaboration, tout en gardant une bonne relation professionnelle.

Livrable

Le livrable correspond à la fois au travail final du freelance et l'objet qui correspond aux attentes de l'entreprise. Un client peut faire quelques demandes de modification. D'ailleurs, cela peut être précisé dans l'accord.

Onboarding

L'onboarding constitue généralement le début d'une collaboration avec un client. L'entreprise prend le temps de donner la bienvenue et de montrer les outils de travail en interne au freelance. Cet accueil officiel est également une période d'intégration qui permet de mieux connaître les équipes. C'est aussi le moment de découvrir les méthodes et les process, la culture d'entreprise et la vie de la société. À ce moment-là, vous allez déterminer le workflow avec votre client.

Workflow

Le workflow est un terme assez flou, très employé par les freelances. En fait, il fait allusion au processus mis en place pour réaliser un projet avec un client. Il comprend le planning, les livrables et les rôles. Si vous travaillez à distance, comme la plupart des freelances, il faudra également mettre en place les outils informatiques nécessaires. Ils ont trait au planning, à l'avancement des tâches et à l'accès au back-end. Il faut que l'entreprise et le freelance soient à l'aise avec les systèmes et les solutions logicielles mises en œuvre.

Charrette

Moins employé aujourd'hui, ce terme fut utilisé d'antan par les étudiants en architecture. Lors des rendus de projets, ils étaient contraints de louer des charrettes pour emporter les maquettes. Lorsqu'un freelance est charrette, il est dans l'étape finale du projet, alors que la deadline approche à grands pas. Un travailleur indépendant et organisé doit s'y prendre à l'avance pour avoir suffisamment de marge de manœuvre.

Corworking

De nos jours, les espaces de coworking sont démocratisés et presque tout le monde les connaît. Mais ce concept mérite qu'on s'y attarde un peu ! Le coworking est très utile quand on se sent isolé dans son travail de freelance. Vous payez un abonnement et vous pouvez accéder à l'espace pour travailler. Si au départ un espace de coworking désigne un endroit où les micro entrepreneurs travaillent côte à côte, c'est un lieu pour réseauter ! En effet, vous rencontrez des gens qui sont dans la même situation et avec qui vous pouvez échanger des missions et vous relayer dans certaines tâches.

Digital nomad

Lorsqu'on devient freelance, c'est cette version du travailleur indépendant dont on rêve ! Le digital nomad est le freelance qui passe sa vie à voyager. Il passe d'un coworking à l'autre, de pays en pays. Ce type de freelance a juste besoin d'un ordinateur et d'une connexion internet pour pouvoir développer son activité. Ainsi, cela lui permet de bouger sans contraintes à travers la planète. Ce sont les spécialistes du télétravail et de la gestion horaire ! En effet, le changement de fuseau horaire constant demande une grande adaptabilité de votre part, puisque c'est rarement le client qui fera un meet à 3 h du matin.

Workation

Voici un néologisme qui provient du mélange du mot « work » et « vacation ». Sans être un digital nomad, un freelance peut avoir envie de se ressourcer et de travailler ailleurs. Ainsi, le travailleur indépendant combine les vacances avec du temps de travail, au bord de la mer ou en pleine montagne !
 

 



Modérateur FREELANCE INFO