Les plafonds auto-entrepreneur en 2021


Publié le 21-04-2021 par Modérateur FREELANCE INFO



La micro-entreprise, anciennement appelée auto-entreprise, est un régime juridique qui présente de nombreux avantages pour les freelances qui se lancent dans leur activité. Elle permet une compatibilité et une fiscalité simplifiées, ce qui représente un atout non négligeable en début d'activité professionnelle. Toutefois, le régime impose des plafonds qu'il faut surveiller de ne pas dépasser annuellement. Par exemple, cela concerne le plafond de chiffre d'affaires : le régime simplifié existe justement parce que le CA est limité. Une fois dépassé ce n'est plus valable ! De même, il y a un plafond qui permet d'avoir une franchise de la TVA, qu'il ne faudrait pas dépasser. Découvrez les plafonds auto-entrepreneur applicables en 2021 pour bénéficier des avantages d'être micro-entrepreneur !

 

Le plafond pour la micro-entreprise : le chiffre d'affaires

 

Bénéfices de la micro-entreprise

 

La micro-entreprise est le régime social et fiscal le plus adapté pour la plupart des freelances. C'est un système simplifié pour bénéficier les projets qui ne génèrent pas un CA important pour le moment. Vous pouvez donc tester un projet et une activité économique sans prendre le risque d'ouvrir une entreprise sans limitations. De même, la micro-entreprise est idéale pour pouvoir créer et gérer son entreprise en toute facilité, sans trop de contraintes.

 

Les plafonds de CA pour la micro-entreprise

 

Or, afin de profiter de ces bénéfices, vous êtes contraints de ne pas dépasser un certain seuil de chiffre d'affaires ! Il varie selon que vous êtes un prestataire de services ou que vous vendez des produits. En effet, dans ce dernier cas, il faut acheter des produits finis et les revendre avec une marge commerciale.

L'une des principales contraintes de ce régime est l'impossibilité de déduire des frais liés à votre profession. Donc, le plafond tient compte de la différence entre le processus d'achat et de revente contrairement à une profession dans l'IT, par exemple.

Dans le cas où vous pratiquez une activité mixte, chaque partie aura son propre plafond en fonction de sa nature. Si vous vendez des produits et que vous faites des prestations de services, il faudra veiller à ne pas dépasser aucun des deux plafonds. Pour la prestation de services, le plafond de chiffre d'affaires s'élève à 72 600 € en 2021. De son côté, la vente de marchandises ne doit pas dépasser les 176 200 €.

 

Quelques astuces

 

Soyez attentif car les plafonds ne se cumulent pas mais ils se complètent. Votre plafond maximal correspond à 176 200 € de l'achat et revente de marchandises, dont 72 600 € correspondent aux services.

Par ailleurs, ouvrez votre micro-entreprise au plus tôt dans l'année. En effet, le CA annuel est calculé sur l'année civile. Pour bénéficier des avantages de la première année d'activité, ce serait dommage d'ouvrir sa micro-entreprise en novembre ! De plus, soyez attentif à ne pas dépasser le plafond calculé au prorata du temps d'activité. Si vous ouvrez votre micro-entreprise en mars, vous aurez un plafond plus bas que 72 600 €.

 

Et si jamais vous dépassiez les plafonds de CA ?

 

Une marge de tolérance

 

Pour rester dans le régime de la micro-entreprise, il faut respecter les plafonds. Et si jamais il arrive que vous dépassiez exceptionnellement le plafond ? Pas de stress, il est possible de bénéficier d'une période de tolérance. Malgré le dépassement, vous resterez sous le même régime du micro-entrepreneur l'année d'après. En revanche, il s'agit d'une exception. Si vous dépassez à nouveau le seuil, il faudra changer de régime et de statut juridique.

 

Passage au régime de l'entreprise individuelle

 

Vous passerez à l'entreprise individuelle qui a un format plus adapté à des chiffres d'affaires plus conséquents. Or cela entraîne des changements, comme l'application du taux de charges sociales pour l'entreprise individuelle, c'est-à-dire, l'entrée dans le régime social de droit commun. Ensuite, vous serez imposés selon le régime réel d'imposition ou BIC (professions commerciales ou artisanales) ou le BNC (régime fiscal de la déclaration contrôlée). Sous le régime de l'entreprise individuelle, vous pourrez enfin déduire les frais professionnels.

Sachez que la comptabilité sera plus compliquée avec des obligations de production de livres comptables et de comptes annuels d'entreprise.

Il est donc conseillé de vérifier que vous ne dépasserez pas les plafonds de chiffres d'affaires. En cas d'atteindre les limites, profitez pour prendre des congés, ce qui n'est pas facile quand vous êtes freelance.

 

Le plafond pour la micro-entreprise : la franchise de la TVA

 

Si vous voulez développer votre activité mais que vous devez vous occuper de mener une comptabilité compliquée, vous aurez du mal à grandir. Pour cela, l'État a mis en place un régime dérogatoire de franchise en base de TVA. Autrement dit, vous pouvez vous affranchir de la TVA.

Lorsque vous vendez un produit ou une prestation de services, vous ne devrez pas reverser la TVA à l'État. Cela facilite énormément la gestion de la micro-entreprise. Par ailleurs, vous pouvez proposer des prix particulièrement compétitifs pour décrocher vos premières missions en tant que freelance. Pour bénéficier de cette franchise, il faut respecter un certain plafond. Pour l'achat et la revente de marchandises, le plafond de TVA est fixé à 85 800 € pour 2021. En ce qui concerne les professions libérales réglementées et non réglementées, le plafond est de 34 400 €.

 

Et si jamais vous dépassiez les plafonds de TVA ?

 

Si vous dépassez les plafonds de TVA de votre catégorie, pas de stress ! Vous restez micro-entrepreneur avec une seule conséquence : vous devrez reverser la TVA collectée par l'État. Autrement dit, vous deviendrez redevable de la TVA malgré le régime de micro-entrepreneur. Si vous êtes un freelance déjà établi, avec des clients fidèles, facturer en TTC ne posera peut-être pas trop de problèmes.

De plus, vous pourrez bénéficier de la récupération de la TVA sur les frais professionnels ! Vous pourrez déduire la TVA des frais de la TVA à reverser à l'État, ce qui allègera un peu vos comptes. Si jamais vous êtes intéressés d'emblée par cette option, il suffit de contacter le SIE pour demander une dérogation à la franchise en base de TVA.

 

Être un freelance sous le régime du micro-entrepreneur présente de nombreux avantages si vous vous lancez dans votre activité. Faites les comptes et établissez des prévisions pour vérifier qu'il s'agit du régime qui vous convient le plus, sachant qu'il y a plusieurs statuts juridiques pour freelance.



Modérateur FREELANCE INFO