Pas de période d’essai lors d’une création d’entreprise


Publié le 28-01-2008 par Aurelien



Créer demande du temps. Il faut réfléchir avant de le faire pour faire les bons choix car il n’existe pas de période probatoire pour « essayer ». En effet contrairement à ce que peuvent laisser penser certains, il n’existe pas de période d’essai sans structure à monter.

Pour de bon

Si vous vous lancez, c’est pour de bon. Il n’est pas possible, une fois la forme d’entreprise déclarée, de la changer facilement (passer d’EURL à SARL entraîne des frais par exemple), même si certaines options peuvent encore être infléchies dans les trois mois de la création (régimes fiscaux, régimes de TVA).

Il est donc important de commencer par vous informer avant de vous lancer car pour aller loin, il faut bien se préparer.

Faux semblants

Peut-être avez-vous l’idée d’exercer cette activité pour essayer en forme associative ou avec un intermédiaire (portage par exemple), voire même illégalement (début d’activité sans déclaration) ? Or même si cela permet de connaître le métier et d’avoir une idée du marché, cela ne permet pas de se lancer à coup sûr car vous ne pouvez pas tester réellement la rentabilité de l’activité.

Pourquoi ?

Tout simplement parce que si les conditions sont différentes, vous n’aurez jamais d’idée concrète de ce que cela peut coûter ou de ce que cela peut rapporter. Ainsi cela peut inciter à créer alors que cela n’est pas économiquement viable (exemple : ignorer les frais réels et la gestion quotidienne de l’activité). Cela peut aussi stopper les élans de création alors même qu’en exerçant seul les conditions pourraient être plus avantageuses (exemple : le net de l’indépendant est supérieur à celui du porté).

Bien se préparer est donc primordial pour éviter de plonger trop loin dans une situation inextricable.


Aurelien