Portage salarial : définition, fonctionnement et avantages concrets


Publié le 10-11-2020 par Modérateur FREELANCE INFO



Aspirants freelances, vous craignez de perdre vos avantages sociaux de salarié ? Indépendants en place, vous aspirez à davantage de sérénité ? Vous êtes en tout cas nombreux à vous interroger sur le modèle du portage salarial. Définition, fonctionnement et avantages concrets : Freelance-info.fr fait le point. 

Qu’est-ce que le portage salarial ?

  • Une société de portage salarial est une entreprise qui permet à un indépendant de devenir salarié durant une mission chez un client. 
  • Le consultant est alors dit “porté” par la société de portage : il profite de la sécurité du salariat. 
  • Il peut dès lors développer son activité grâce aux avantages offerts par ce statut, que nous détaillerons plus bas : réduction des tâches administratives et comptables, cotisation chômage, retraite et santé, mutuelle… 
  • Ouvert à tous, ce statut est accessible à tout type de profil : indépendants et freelances, mais aussi retraités, cadres, testeurs de projets, consultants à l’international… 
  • Un seul prérequis pour en bénéficier : proposer des prestations de services intellectuels.

Sur le sujet, consultez également notre article “De salarié(e) à freelance : quelques conseils incontournables !”. 

Portage salarial : comment ça marche ?

Le statut du portage salarial repose sur une relation tripartite, entre consultant, client et entreprise de portage salarial. 

  • Le consultant. On l’appelle également “salarié porté” : il choisit ses missions et clients, gère son emploi du temps et s’organise en toute autonomie, tout en profitant du statut de salarié. Pour effectuer sa mission chez un client donné, il signe en effet un contrat de travail (CDD ou CDI) avec une entreprise de portage salarial. 
  • Le client. Il s’agit de l’entreprise, de l’association ou de la collectivité publique pour lequel ou laquelle le consultant effectue sa mission. Le client règle la facture relative à la prestation du consultant à l’entreprise de portage salarial. S’il peut contrôler l’avancement de la mission du consultant et favoriser son intégration en interne, le client n’a pas son mot à dire sur l’organisation personnelle du consultant, qui demeure autonome quant à son emploi du temps. 
  • L’entreprise de portage salarial. Contrat de travail, déclaration d’embauche, paiement des charges sociales : c’est l’entreprise de portage salarial qui prend en charge l’ensemble des démarches administratives du consultant. Responsable de la facturation du client, elle gère les encaissements, édite le bulletin de salaire du salarié “porté” et assure le versement de sa rémunération en fin de mois. 


A noter que le portage salarial ne pose pas de limite en termes de chiffre d’affaires. L’indépendant peut donc devenir salarié porté en complément de son activité de micro-entreprise pour ne pas dépasser les plafonds de chiffre d’affaires

Quels sont les avantages du portage salarial ?

Le portage salarial est un bon compromis pour gagner en indépendance tout en conservant les avantages d’un salarié. Ce statut vous décharge en effet de l’administratif et de tout risque financier, tout en garantissant votre autonomie et en limitant votre responsabilité et vos risques, personnels comme financiers. 

  • Tous les avantages d’un salarié. Le consultant est considéré, dans le cadre de sa mission, comme un salarié de l’entreprise de portage salarial. A ce titre, il bénéficie des avantages proposés par la société à laquelle il est rattaché : complémentaire santé et prévoyance, assurance de responsabilité civile professionnelle, prise en charge des frais professionnels, formations, conseil… 
  • Une protection salariale complète. Grâce au contrat de travail qu’il signe avec l’entreprise de portage salarial, le consultant bénéficie de la protection sociale complète des salariés : régime général de la sécurité sociale, assurance chômage, retraite, prévoyance, congés payés, congés maternité et paternité… En cas de problème, le salarié porté est soutenu : il est prémuni contre les risques relatifs à la création d’entreprise classique. Il est possible de cumuler une activité de portage salarial avec des indemnités retraite ou chômage : le salaire perçu ne pourra toutefois pas dépasser le salaire de référence ayant servi au calcul du montant de l’indemnité. 
  • Des revenus garantis. Le salarié porté est rémunéré dès son premier mois d’activité, sans attendre l’encaissement des clients, selon le modèle suivant : “Salaire du porté = montant de la prestation HT - (frais de gestion + charges salariales et patronales)”. La convention collective du portage salarial prévoit par ailleurs une rémunération minimale de 70 à 85 % du plafond de la sécurité sociale, en fonction du profil du salarié porté. A la clé, ce dernier bénéficie donc d’une réelle sécurité financière, même en cas de défaillance de paiement du client. 
  • Des démarches facilitées au quotidien. Armé d’un bulletin de salaire édité par la société de portage, le salarié porté voit nombre de ses démarches quotidiennes facilitées, à la différence d’un indépendant qui ne “rassure” pas, dans le cadre de l’obtention d’un prêt personnel ou de la location d’un logement, par exemple. 
  • Un consultant autonome mais jamais seul. Halte à l’isolement ! Le salarié porté est accompagné au quotidien par son entreprise de portage tout en préservant son autonomie. Les risques sont ainsi réduits au quotidien pour le consultant qui risque, seul, de faire des erreurs et d’être sujet à des redressements dans le cadre de ses déclarations administratives. En effet, tout incident, accident ou mise en cause engage désormais la responsabilité et l’assurance responsabilité de la société de portage. 

Et vous, qu’en pensez-vous ? Salarié porté, recommandez-vous ce statut aux indépendants ? Suivez l’actualité de l’informatique sur notre blog, et trouvez votre prochaine mission sur Freelance-info.fr. 

 



Modérateur FREELANCE INFO