Première mission du créateur d’entreprise : s’informer !


Publié le 11-11-2007 par Aurelien



Les personnes désireuses de se lancer dans une activité professionnelle se lancent souvent sans créer de structure ou sans penser aux conséquences pratiques de leur création.

 

Combien de créateurs s’aperçoivent ainsi qu’ils auraient du prendre telle ou telle option quand il est trop tard pour les prendre (adhésion à une OGA, choix d’une société plutôt qu’une EI ou l’inverse…) ?


Or bien démarrer, c’est pérenniser son entreprise et limiter les écueils des changements de régimes non préparés (passage de micro au réel…), des ajustements des charges sociales (garder des réserves pour les payer…) et les erreurs de gestion (tel créer une société en sous capitalisation…).

La première idée à retenir est qu’il ne faut pas prendre exemple sur les autres à moins d’être certain d’avoir une situation identique. Ainsi une personne proche de la retraite ou une personne chargée de famille n’aura pas les mêmes attentes en créant qu’un jeune célibataire. N’ayant pas les mêmes objectifs, il ne trouvera pas les mêmes avantages dans les choix faits par les autres.

La seconde idée est de chercher avant de se lancer à réunir les informations sur votre activité et les régimes sous lesquels vous pouvez exercer. Ainsi inutile de passer des heures à rêver du statut de la Maison des Artistes ou de l’Agessa si vous n’êtes ni artiste, ni auteur.


Pour vous informer, vous avez de très nombreuses possibilités : ouvrages, stages de formation, des sites Internet… N’hésitez pas à consulter les guides gratuits (sur les sites de l’apce.com ou le netpme.fr par exemple). Vous avez aussi des études sectorielles qui existent (souvent à de petits prix). Par exemple, l’apce.com propose des informations sectorielles et les OGA éditent des statistiques par profession. 

Pensez à bien faire votre étude de marché en vous posant au moins des questions simples : quels sont vos domaines d’intervention, quelle concurrence y a-t-il dans votre domaine, quels prix sont pratiqués…

La troisième idée est qu’il ne faut pas hésiter à poser des questions. Aucune question n’est stupide si elle bloque votre réflexion. Il existe des créateurs qui partagent leurs expériences (blogs, forums…) et des services d’information ou des administrations qui répondent à vos questions. Pensez à confronter leurs réponses. Vous avez aussi la possibilité de vous informer auprès de professionnels (experts comptables, avocats, oga) ou de structures orientées vers la création (cci, pépinières d’entreprises).

Vous avez de nombreux moyens pour assurer de bonnes bases à votre entreprise.

Aussi n’hésitez pas à utiliser ces clefs avant de voir des possibilités se refermer devant vous.

 

HMG 

hmg_71@yahoo.fr



Aurelien