Quelques astuces pour réduire son impact numérique


Publié le 08-01-2022 par Modérateur FREELANCE INFO



Bien que vous pratiquiez régulièrement le télétravail, cela n’empêche pas que vos données numériques doivent parcourir des distances astronomiques. En moyenne, on estime qu’elles parcourent 15 000 km. Même le simple fait de visionner un film en streaming ou d’envoyer un e-mail peut avoir un impact numérique considérable. On parle alors de pollution numérique. Cependant, il ne s’agit pas de vous passer de votre technologie préférée, mais plutôt d’adopter des gestes d’écologie digitale. C’est ce qu’on appelle la Green Tech.

 

Prendre conscience de l’impact numérique


C’est un constat sans appel, le numérique pollue. Toutefois, c’est une pollution particulièrement perverse, car les effets ne sont pas systématiquement visibles au quotidien. De ce fait, il est parfaitement normal d’en avoir une perception limitée. Mais en regardant de plus près, vous constatez que les centres de stockage de données, les réseaux, les cryptomonnaies, les terminaux et Internet sont des technologies énergivores et donc particulièrement consommatrices en dioxyde de carbone.


•    Sur le plan de l’électricité, le numérique représente environ 7 % de la consommation mondiale.
•    90 % de l’énergie consommée sur un téléphone portable est directement générée au moment de sa fabrication.
•    Chaque heure, environ 12 milliards d’e-mails sont envoyés à travers le monde, soit l’équivalent de la production énergétique de 18 centrales nucléaires pendant une heure.
•    En moyenne, vos e-mails vont générer 10 g de dioxyde de carbone, soit le même bilan carbone qu’un sac plastique.
•    Concernant les flux de données sur Internet, le streaming vidéo englobe 60 % de la consommation mondiale. Soit un total de 300 millions de tonnes de dioxyde de carbone.
•    Sans le savoir, le visionnage d’une heure de vidéo nécessite autant d’électricité que faire fonctionner un réfrigérateur pendant une heure.
•    En partant du même principe, 10 heures de films en haute définition représentent autant de données que la totalité des articles en anglais que vous pouvez trouver sur le site de Wikipédia.
•    La célèbre vidéo Gangnam Style de Spy a été visionnée des milliards de fois. Pourtant, elle représente la même consommation annuelle qu’une centrale nucléaire.
•    Selon Google, 140 millions de requêtes sont effectuées à travers son moteur de recherche. En termes de dioxyde de carbone émis, il s’agit de la même quantité nécessaire pour réaliser 1000 allers-retours entre New York et Paris.
•    Le passage à la 5G en France augmenterait l’empreinte carbone de 18 à 45 %.
Ces chiffres astronomiques ont de quoi surprendre, mais il s’agit bel et bien d’une réalité.

 

La nécessité de prendre conscience de l’impact numérique


De nombreuses personnes et entités commencent à prendre conscience de l’impact numérique. C’est le cas des GAFA, c’est-à-dire Amazon, Facebook, Apple et Google qui ont décidé de réduire leur consommation énergétique dans leur data Center. Grâce à cette prise de conscience, il faut noter que les serveurs de Facebook utilisent à 66 % des énergies renouvelables.
Selon Google, l’entreprise serait également neutre en carbone depuis 2017. Pour les autres entreprises engagées dans des projets similaires, elles visent l’utilisation des énergies renouvelables pour la prochaine décennie.

 

Les astuces pour réduire votre impact numérique


Maintenant que vous connaissez l’impact du numérique, il est indispensable d’adopter des gestes écoresponsables au quotidien. En vous orientant vers un numérique durable et plus vert, c’est-à-dire la Green IT, vous participez à la préservation de la planète.

 

Le défrichage de votre boîte mail


Bien souvent, votre boîte mail sera remplie à 75 % d’e-mails non désirables. Si vous n’avez pas de temps à consacrer à son nettoyage, vous pouvez utiliser des services comme CleanFox, très simple d’utilisation, vous allez considérablement réduire votre impact numérique. Enfin, évitez d’envoyer des e-mails à des destinataires inutiles et surtout de rajouter des pièces jointes particulièrement lourdes.

 

Le choix d’un moteur de recherche écoresponsable


Indéniablement, Google représente le moteur de recherche numéro un. En France, 94 % des internautes l’utilisent. Sans pour autant bouleverser vos habitudes, nous vous conseillons d’utiliser des navigateurs comme Ecosia, s’engageant à reverser une partie des revenus publicitaires dans la reforestation. D’autres comme Ecogine ou Lilo font également des efforts pour limiter les rejets de dioxyde de carbone et pour s’engager dans des projets solidaires.

 

N’oubliez pas d’éteindre vos appareils numériques


Lorsque vous allez vous coucher ou vous partez, vous éteignez vos lumières. Alors pourquoi ne pas faire pareil avec vos appareils informatiques. Si vous n’êtes pas présent, ils n’ont pas besoin d’être utilisés. N’oubliez pas non plus d’éteindre votre box, car elle consomme à l’année tout autant que votre frigo. En faisant cela, la planète vous dira merci.

 

Le stockage des données


Actuellement, le cloud est une technologie incontournable. Cependant, vous n’êtes pas systématiquement obligé de l’utiliser. Rien ne vous empêche de sauvegarder vos données sur une clé USB ou sur un disque dur externe. Cela évite la consommation inutile de la bande passante et surtout vous allez pouvoir conserver ce précieux objet lorsque vous devez voyager à travers le monde.

 

L’edge computing


Il s’agit d’une pratique consistant encore une fois à traiter les données localement. C’est une solution particulièrement écologique, car dans ce cas-là l’information parcourt une distance moins importante en utilisant des data Center de taille plus modeste. De ce fait, il est inutile de mettre en place des systèmes de refroidissement particulièrement consommateurs d’électricité.

 

Limitez l’usage des appareils connectés


Avec le développement de la technologie, de très nombreux gadgets connectés et application voient le jour. Posez-vous la question de savoir s’il est vraiment utile d’avoir un réfrigérateur connecté et si vous avez besoin d’autant de connexions quotidiennes, présentant des risques sur l’utilisation de vos données personnelles.
Même si vous pensez que vous faites tous les efforts possibles pour la planète, vous vous êtes peut-être rendu compte que vous utilisiez beaucoup trop d’appareils électroniques. En adoptant une attitude responsable, vous allez pouvoir poursuivre vos efforts, sans pour autant vous passer des dernières technologies.



Modérateur FREELANCE INFO