SGBD : bien choisir votre système de gestion de base de données


Publié le 04-11-2020 par Compte supprimé



Un système de gestion de base de données (SGBD) est un logiciel qui définit le modèle d’un système de base de données : il constitue ainsi une composante indispensable à la création, à la gestion et à l’utilisation d’une base de données. Comment bien choisir votre SGBD ? Nous faisons le point. 

Qu’est-ce qu’un SGBD ?

  • Un système de gestion de base de données (SGBD) désigne un logiciel permettant de stocker des informations dans une base de données. 
  • Son objectif : lire, écrire, modifier, trier, transformer ou encore imprimer les données contenues dans la base de données. 
  • Constitué d’un moteur de base de données, le SGBD est responsable de différents aspects : protection des données, maintenance, règles d’organisation des données, processeur de requête exécutant les opérations requises. 
  • Un SGBD gère de manière générale trois éléments fondamentaux : les données, le moteur de base de données permettant d’accéder aux données, de les verrouiller et de les modifier, ainsi que le schéma de base de données qui définit la structure logique de la base de données. 
  • L’objectif : assurer la concomitance, la sécurité et l’intégrité des données, et l’uniformité des procédures administratives. 
  • Le SGBD fournit en effet une vue centralisée des données, pour plusieurs utilisateurs, à partir de lieux multiples et de manière contrôlée. 
  • Il peut limiter les données vues par l’utilisateur final et sa façon de les visualiser : il fournit à cette fin plusieurs vues d’un même schéma de base de données. 
  • Le SGBD traite l’ensemble des demandes, ce qui permet aux utilisateurs finaux et aux logiciels de ne pas avoir à comprendre où se trouvent les données ni sur quel type de support de stockage elles se trouvent. 
  • Parmi les SGBD les plus connus, on peut citer : MySQL, PostgreSQL, SQLite, Oracle Database, Microsoft SQL Server, Firebird ou encore Ingres. 
  • Ces SGBD sont nécessaires à la plupart des outils que nous utilisons tous au quotidien : guichets bancaires automatiques, systèmes de réservation de vols, catalogues de bibliothèques, systèmes d’inventaire au détail… 

Les différentes catégories de SGBD 

Si les opérations d’un SGBD sont majoritairement exécutées en langage SQL, la structuration des données va différer d’un système à un autre : ils peuvent donc être catégorisés selon différentes approches. 

  • Le SGBD relationnel. Ce type de système organise les différentes données sous forme de tables, chacune étant structurée en lignes et en colonnes. Dès qu’elles partagent une même colonne, l’ensemble des tables de la base de données peuvent être simplement rapprochées. Ses avantages : il est très facile à gérer et à utiliser, il assure une faible redondance et la cohérence des données est élevée. 
  • Le SGBD hiérarchique. C’est l’un des plus anciens modèles : il est particulièrement adapté aux organisations à structure arborescente, puisque les données suivent une arborescence ascendante et sont classées de manière hiérarchique. Ses avantages : la simplicité du modèle, sa facilité d’implémentation, et l’adéquation de la structure du schéma et des besoins des utilisateurs. Sa structure rigide constitue cependant son principal point faible avec un risque accru d’anomalies : supprimer un noeud supérieur entraîne la suppression des données sous le noeud en question. 
  • Le SGBD orienté réseau. Contrairement au modèle précédent, la structure du SGBD orienté réseau n’est pas forcément en arborescence dans le sens descendant. La relation many-to-many est donc possible, c’est-à-dire entre noeuds de même niveau. 
  • Le SGBD orienté objet. Ce type de système manipule, comme son nom l’indique, des objets, c’est-à-dire une entité complexe et évolutive. Ce modèle sert plusieurs objectifs : rendre les objets persistants, les partager entre plusieurs instances d’applications, ne garder en mémoire que les objets dont on a besoin et effectuer des transactions sur les objets pour préserver la cohérence des données. Avec sa puissance de stockage, ce SGBD est très utile pour gérer des structures complexes. 
  • Le SGBD orienté document. Approprié pour les données semi-structurées (ne suivant pas une structure fixe), ce type de système (qu’on appelle également “document store”) est basé sur une structure de tableau simple et des documents permettant d’enregistrer les informations. Ce SGBD est beaucoup plus flexible que les systèmes traditionnels : la structure des documents n’a pas à être cohérente, et la base de données peut héberger de grands volumes de données non structurées. 

Quels critères de choix ?

  • Le stockage des données. Lors de la conception d’une nouvelle application, il est important de choisir un SGBD qui communique avec la base de données, l’application et l’interface utilisateur, dont le stockage soit adapté aux ambitions de l’application. 
  • La facilité d’utilisation. Des utilisateurs variés seront amenés à travailler avec le SGBD retenu. Il est donc primordial de s’assurer que les membres amenés à l’utiliser présentent les compétences nécessaires et suffisantes. La solution : miser sur un langage de requête facile à comprendre et une interface utilisateur intuitive. Il est également possible, selon les logiciels, d’établir plusieurs niveaux d’autorisation. 
  • La cohérence. La nature et la source des données collectées sont toujours plus variées et conséquentes : les règles de cohérence à établir doivent donc figurer parmi vos critères prioritaires de choix d’un système de gestion de base de données. 
  • La performance. La collecte des données croissant régulièrement, il faut être capable de suivre : le système doit donc être capable d’évoluer en adéquation avec vos besoins et l’ampleur de la collecte de données. Le SGBD doit également pouvoir se synchroniser et s’intégrer avec d’autres outils permettant de garantir le bon déroulement des opérations. 
  • La sécurité. L’un des facteurs clés de succès pour une entreprise : la disponibilité des données, qui doit être garantie à tout moment. Il faut donc prendre en compte différents risques : physique (incendie, vol), de piratage, ou encore de corruption involontaire des données sur la base d’une erreur humaine. Il est donc indispensable de prévoir une méthode adaptée de protection des données et de définir des droits d’accès différents pour chaque niveau d’utilisation, tout en vous assurant que vous disposez de la capacité de sauvegarder et de restaurer les données. 

Et vous, qu’en pensez-vous ? Experts en SGBD, trouvez votre prochain job sur Freelance-info.fr !

 



Compte supprimé